Place à l’an II du pro­jet OM

Mar­seille en­tame l’an II du pro­jet OM cham­pion, mais la di­rec­tion à trois têtes - le pré­sident Jacques-hen­ri Ey­raud, l’en­traî­neur Ru­di Gar­cia et le di­rec­teur spor­tif An­do­ni Zu­bi­zar­re­ta - prêche la « pa­tience » avant d’es­pé­rer ré­gner sur la Ligue 1.

La Montagne (Brive) - - Sports -

Jacques­hen­ri, Ru­di et « Zu­bi » sont dans un ba­teau. Jus­qu’ici la na­vi­ga­tion se passe bien. Cin­quième en mai, L’OM vise au moins la 4e place, mais un po­dium et une qua­li­fi­ca­tion à la Ligue des cham­pions ac­cé­lé­re­raient le pro­jet.

Pour y par­ve­nir, les trois hommes du pro­prié­taire amé­ri­cain, Frank McCourt, se sont lan­cés dans un mar­ché es­ti­val am­bi­tieux, même si Ey­raud ré­pète : « Je ne sais pas ce qu’est un mer­ca­to réus­si, il faut at­tendre la fin de sai­son pour le sa­voir ».

Le trium­vi­rat a choi­si du so­lide, de l’ex­pé­ri­men­té. Dans les buts, il a ra­pa­trié Steve Man­dan­da, qui se mor­fon­dait à Crys­tal Pa­lace. Ex­ca­pi­taine, neuf ans D’OM, il connaît la mai­son par coeur et son mé­tier sur le bout des doigts.

En dé­fense, Ru­di Gar­cia a « re­trou­vé un Adil Ra­mi (Sé­ville FC/ESP) avec plus de ma­tu­ri­té et d’ex­pé­rience », qui « a ga­gné des tro­phées », après leur dou­blé en­semble à Lille (2011).

Au mi­lieu, L’OM a dé­go­té un nou­veau pa­tron, Luiz Gus­ta­vo (Wolf­sburg/all.), grat­teur, pas­seur et pro­fes­seur des jeunes pousses (Lo­pez, San­son, An­guis­sa), et en at­taque, un frais cham­pion de France, Va­lère Ger­main (Mo­na­co).

Prendre le contrôle du Vé­lo­drome

Va­lère est né ici, Adil vient de Fré­jus, et Steve rentre à la mai­son : L’OM a aus­si choi­si des joueurs ayant la « fibre » club. Des joueurs d’ex­pé­rience éga­le­ment pour en­ca­drer la jeune garde, per­son­ni­fiée par le « mi­not » Maxime Lo­pez.

Pour la suite et la fin du mer­ca­to, le pré­sident prône la pa­tience et ne veut pas cé­der « aux sur­en­chères. » Les trois pa­trons ex­pliquent qu’ils at­ten­dront pro­ba­ble­ment la fin du mer­ca­to pour re­cru­ter l’at­ta­quant qui leur manque. Oli­vier Gi­roud par exemple, ré­ti­cent à l’idée de re­joindre L’OM pour l’ins­tant, pour­rait chan­ger d’avis s’il voit qu’il est bar­ré à Ar­se­nal.

L’AN II du pro­jet ne se ré­sume pas au mer­ca­to. L’OM va aus­si ré­orien­ter sa po­li­tique mé­dias, pour prendre « le vi­rage du nu­mé­rique », ex­plique Ey­raud, et a lan­cé un plan de 25 dé­parts vo­lon­taires, dont 13 pour le sec­teur des mé­dias.

Le chan­tier au sens propre oc­cupe le centre d’en­traî­ne­ment, avec 400 m² de nou­veaux bâ­ti­ments. A l’ave­nir, L’OM de­vrait dé­mé­na­ger, mais cette sai­son se fe­ra en­core à La Com­man­de­rie.

Après les par­te­na­riats avec une ving­taine de clubs lo­caux, la mise en place d’une vraie po­li­tique de for­ma­tion se pour­suit

En­fin, L’OM cherche à se rap­pro­cher d’are­ma, le ges­tion­naire du stade. Se­lon une source proche du dos­sier, L’OM en­vi­sage même de prendre to­ta­le­ment le contrôle du Vé­lo­drome, mais une autre source pré­cise que « nous en sommes en­core à dé­fi­nir le cadre des né­go­cia­tions. »

BRÉ­SI­LIEN. La re­crue phare de l’été, l’in­ter­na­tio­nal Luiz Gus­ta­vo, en­tou­rée de Zu­bi­zar­re­ta (à gauche) et d’ey­raud (à droite).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.