Vers sept an­nées de pré­pa­ra­tifs

La Montagne (Brive) - - Sports -

Entre la si­gna­ture du contrat de ville hôte, le 13 sep­tembre à Li­ma et l’ou­ver­ture des Jeux d’été de la 33e Olym­piade, le 2 août 2024, Pa­ris au­ra sept ans pour pré­pa­rer sa « cé­lé­bra­tion olym­pique. »

Le pre­mier chan­tier se­ra in­vi­sible mais com­plexe et pié­geux. La gou­ver­nance, la ré­par­ti­tion des ma­ro­quins et des in­fluences dans le fu­tur Co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion des jeux (Co­jo), de­vront ab­so­lu­ment échap­per aux luttes de pou­voir entre le mou­ve­ment spor­tif, la Ville de Pa­ris, la Ré­gion Ilede­france et l’état, sous peine de com­pli­quer la tâche des or­ga­ni­sa­teurs. L’una­ni­mi­té qui a pré­si­dé à l’adou­be­ment de To­ny Es­tan­guet comme fu­tur pré­sident du Co­jo ne doit pas mas­quer ce risque.

« On sent dé­jà la vo­lon­té de la Ville et de la Ré­gion de re­prendre la main sur le dos­sier dans l’in­ter­valle », ex­plique un proche du co­mi­té de can­di­da­ture. Dans la fou­lée du Co­jo se­ra vo­tée une loi olym­pique.

Pa­ral­lè­le­ment au Co­jo se met­tra en place le So­li­deo, char­gé de su­per­vi­ser la li­vrai­son des équi­pe­ments à construire (vil­lage des ath­lètes et centre nau­tique). Pré­si­dé par Anne Hi­dal­go, la maire de Pa­ris, le So­li­deo, dé­jà ju­ri­di­que­ment créé, se­ra do­té de 60 mil­lions d’eu­ros et pour­ra se sub­sti­tuer à une maî­trise d’ou­vrages en cas de dé­faillance fi­nan­cière.

Les billets en vente fin 2022

En­fin, une struc­ture Hé­ri­tage Pa­ris 2024 se­ra dé­diée aux legs ma­té­riels et so­cié­taux de l’évé­ne­ment.

Concrè­te­ment, les pre­miers trac­to­pelles de­vraient com­men­cer à tra­vailler en 2019 sur l’ileSaint­de­nis, site du Vil­lage olym­pique, pour une li­vrai­son pré­vue quatre à six mois avant les Jeux. Le centre nau­tique, en face du Stade de France, de­vra être prêt beau­coup plus tôt pour être tes­té en condi­tion.

Les ins­tal­la­tions pro­vi­soires qui équi­pe­ront les mo­nu­ments pa­ri­siens des­ti­nés à ac­cueillir des épreuves (Tro­ca­dé­ro, Champ­de­mars, In­va­lides) ain­si que ceux qui se­ront construits au Bour­get ou au Parc des ex­po­si­tions de la porte de Ver­sailles, se­ront mises en place dans les der­niers mois.

Jus­qu’à dé­but 2019, le Co­jo, qui sur­vi­vra du­rant plu­sieurs an­nées avec un ef­fec­tif ré­duit, n’au­ra au­cune res­source propre et vi­vra des sub­sides du CIO (1,7 mil­liard de dol­lars/1,45 mil­liard d’eu­ros). Ce n’est qu’au 1er jan­vier 2019 en ef­fet que les con­ trats de partenariats pour­ront être ac­ti­vés.

D’ici là, et jus­qu’en 2024, les chas­seurs de spon­sors de Pa­ris de­vront avoir sé­duit une tren­taine de par­te­naires ­le nombre ha­bi­tuel pour les der­nières édi­tions­ qui vien­dront abon­der le bud­get du Co­jo pour un mon­tant es­pé­ré d’un mil­liard d’eu­ros.

Un autre mil­liard est at­ten­du des ventes de billets qui com­men­ce­ront à par­tir de deux ans avant les Jeux. Ajou­té à la contri­bu­tion du CIO (1,45 md EUR), ces mon­tants de­vraient cou­vrir le bud­get de fonc­tion­ne­ment du Co­jo es­ti­mé à un peu plus de 3 mil­liards d’eu­ros.

PO­PU­LAIRE. Après avoir convain­cu le CIO, Pa­ris va de­voir faire l’union na­tio­nal au­tour des JO.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.