C’est nou­veau, bio et lo­cal !

La Montagne (Brive) - - Tulle Vivre Sa Ville - Lise Chas­tang tulle@cen­tre­france.com

Au rond-point de La­champ est née, une épi­ce­rie pas comme les autres. « La source » pro­pose des pro­duits prin­ci­pa­le­ment bio mais sur­tout, lo­caux.

L’idée à ger­mée il y a deux ans : « C’est sur­tout une aven­ture hu­maine. Re­trou­ver les com­merces de proxi­mi­té ; que les gens se parlent à nou­veau », ex­plique Va­lé­rie Mas­sias. Avec son com­pa­gnon, Gé­raud De­lort, ils ont ré­cem­ment ou­vert « La source », une épi­ce­rie où le bio et le lo­cal sont rois. To­mates de Seil­hac, écha­lotes de Chan­teix

Lui, an­cien tech­ni­cien dans les té­lé­coms ; elle, EX­AMP (aide mé­di­co psy­cho­lo­gique), vou­laient que leur com­merce se pose comme une al­ter­na­tive aux grandes sur­faces de vente ; vou­lant « faire le lien entre les pro­duc­teurs et la clien­tèle », sou­ligne Gé­raud.

Pour réa­li­ser leur pro­jet, Va­lé­rie et Gé­raud ont fait une cam­pagne de fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif de 46 jours, en mars. Avec les 3.800 € ré­col­tés, ils ont pu ache­ter le ma­té­riel in­dis­pen­sable pour les pro­duits frais comme une banque ré­fri­gé­rée. « On vou­lait le moins pos­sible faire ap­pel aux banques », com­mente l’épi­cier. Alors, pour la dé­co­ra­tion, ils ont usé d’un peu d’huile de coude et d’ima­gi­na­tion : bar­dage en bois sur les murs, éta­gères fa­bri­ca­tion « mai­son » ; même le pré­sen­toir à fruits et lé­gumes : « c’était le por­tail de ma mère », confie Va­lé­rie en sou­riant.

Sur ce­lui­ci main­te­nant, concombres et écha­lotes de Chan­teix, to­mates de Seil­hac et me­lons du Lot at­tendent leurs clients. Et quand on fait le tour des pro­duits lo­caux que pro­pose « La source », on se rend compte qu’il y a tout ce qu’il faut à por­tée : le pain, fait à la main, vient de Brive ; les pâtes de Don­ze­nac ; l’eau de Trei­gnac… Même le ca­fé est tor­ré­fié à Cor­nil !

Pour l’ins­tant, Va­lé­rie et Gé­raud sont plu­tôt sa­tis­faits du dé­mar­rage de l’ac­ti­vi­té, avec des lo­caux qui jouent le jeu de la proxi­mi­té. Il y avait « la de­mande d’une épi­ce­rie sur la com­mune. On es­père vrai­ment qu’il y a plein de bou­tiques lo­cales qui ou­vri­ront ».

PIERRE BOU­CHET

A tous les deux, Va­lé­rie et Gé­raud ac­cueillent les clients du mar­di au sa­me­di. DUO.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.