Bolt, seule la vic­toire compte

La Montagne (Brive) - - Sports -

La su­per­star de l’ath­lé­tisme Usain Bolt n’ima­gine pas un ins­tant que son ul­time ré­ci­tal en so­lo, ce soir (22 h 45) en fi­nale du 100 m des Mon­diaux de Londres, se trans­forme en fias­co sur le fil des cen­tièmes de se­conde.

«Si je suis ici, c’est que je suis plei­ne­ment confiant, et mon en­traî­neur aus­si », a ré­pé­té le sprin­ter ja­maï­quain qui pren­dra sa re­traite, sans at­tendre ses 31 ans, après les Mon­diaux 2017.

L’in­vin­ci­bi­li­té qui per­dure en grands cham­pion­nats de­puis 2008 et une foi in­ébran­lable plaident en fa­veur du « hap­py end », même si pour la pre­mière fois Bolt se pré­sente avec pour toute ré­fé­rence un chro­no de 9”95 réa­li­sé le 21 juillet à Mo­na­co.

C’est à Londres, la mé­tro­pole où il a dé­cou­vert l’eu­rope en 2005 avant d’y connaître, porte­dra­peau de la dé­lé­ga­tion ja­maï­quaine, la consé­cra­tion olym­pique en 2012, que la lé­gende s’éclip­se­ra le sa­me­di 12 août après un ul­time pas­sage au stade Eli­za­beth II avec ses par­te­naires du 4 X 100 m.

Pré­sident de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale (IAAF), l’ex­cham­pion de de­mi­fond Se­bas­tian Coe a ren­du un hom­mage ap­puyé à Bolt, qu’il a qua­li­fié d’« ath­lète ex­tra­or­di­naire », « le plus grand sprin­ter de l’his­toire, son pal­ma­rès l’at­teste », mais aus­si, comme en son temps Mo­ha­med Ali, do­té d’une per­son­na­li­té hors du com­mun.

Pour au­tant, Coe a dit sa foi en l’ave­nir du pre­mier sport olym­pique, qui, par la di­ver­si­té des dis­ci­plines et épreuves, a des joyaux en ré­serve.

Aux an­ti­podes de la ligne droite bol­tienne en érup­tion, la pla­cide Al­maz Aya­na a ain­si 25 tours à ac­ com­plir. L’ethio­pienne connaît la mu­sique du 10.000 m, une dis­tance dont elle avait éta­bli le re­cord du monde (29’17”45) en ou­ver­ture des Jeux de Rio.

Le Sud­afri­cain Wayde Van Nier­kerk dé­bute pour sa part des tra­vaux de six jours dans sa quête du dou­blé 400­200 m, que seul l’amé­ri­cain Mi­chael John­son avait réa­li­sé, en 1995 aux Mon­diaux de Gö­te­borg (Suède) et l’an­née sui­vante aux Jeux d’at­lan­ta.

Van Nie­kerk com­mence par le tour de piste, dont il avait ra­vi le re­cord pla­né­taire à John­son, en 43”03, en fi­nale des Jeux de Rio.

Les Fran­çais, qui entrent en lice dans la fou­lée de ces stars, ba­lancent entre crainte et es­poir. Le pa­ri de Jim­my Vi­caut

« Ça passe ou ça casse », a in­di­qué Jim­my Vi­caut, le co­dé­ten­teur du re­cord d’eu­rope du 100 m (9”86) qui fait di­rec­te­ment sa ren­trée en com­pé­ti­tion après une bles­sure à l’is­chio­jam­bier droit.

Pour l’en­traî­neur Di­mi­tri De­mo­nière, le pa­ri n’est pas in­sen­sé. « Jim­my n’est pas là pour faire de la fi­gu­ra­tion. Il y a une carte à jouer car les meilleurs se sont si­tués cette sai­son au­tour de 9”90. »

Au pied du po­dium aux JO 2016, où il avait « es­sayé de faire sau­ter la banque » en fi­nale, Pier­reAm­broise Bosse aborde les sé­ries du 800 m en joueur de po­ker. « Oui, je cours avec des dou­leurs (haut de l’is­chio­jam­bier de la cuisse gauche). C’est en par­tie pour ça que je n’ar­rive pas avec une forme stra­to­sphé­rique. La dou­leur se main­tient de­puis plu­sieurs se­maines, pour­tant je fais des soins comme ja­mais. Mais je ne se­rais pas ici si je ne pou­vais pas te­nir trois tours », a dé­cla­ré le Nan­tais.

SÉ­RIES. Hier soir, Usain Bolt s’est fa­ci­le­ment qua­li­fié pour les de­mi-fi­nales, en 10”07. Dans la même sé­rie, le fran­çais Jim­my Vi­caut s’est lui aus­si qua­li­fié (10”15).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.