C’est par­ti pour vingt jours de cirque à Nexon

La Montagne (Brive) - - Estivités - Mu­riel Min­gau twit­ter : @mmin­gau

Cirque contem­po­rain

Le fes­ti­val La Route du Sirque est à suivre dès au­jourd’hui et jus­qu’au 26 août à Nexon en Haute-vienne. Sur le beau site du châ­teau de la com­mune et ses alen­tours, il se dé­roule dans une am­biance cham­pêtre, tan­tôt pai­sible, tan­tôt fes­tive, tou­jours convi­viale. Outre des stages, des concerts et maintes ani­ma­tions, il pro­pose seize spec­tacles.

Ce­la fait trente ans que Nexon est l’un des lieux ma­jeurs du re­nou­veau du cirque. Les arts de la piste n’ont de cesse de s’y ré­in­ven­ter, sous le nom de cirque contem­po­rain ou nou­veau cirque. Des nu­mé­ros d’au­tre­fois, les ar­tistes ont conser­vé le goût de l’ex­ploit, du dé­pas­se­ment de soi, le sens du mer­veilleux et la conscience d’un hé­ri­tage. Ils y ont ajou­té des his­toires qu’ils écrivent avec le mou­ve­ment des corps et leur dia­logue dans l’es­pace, leurs har­mo­nies et pré­oc­cu­pa­tions ac­tuelles. Ils y ont ajou­té le plai­sir d’in­ven­ter des tech­niques, de croi­ser les arts, de créer des uni­vers sin­gu­liers, d’ex­plo­rer tou­jours plus loin l’ima­gi­naire, en­ga­gés dans une in­ces­sante quête poé­tique.

Les spec­tacles de La Route du Sirque sont ha­bi­tés par cet es­prit créa­tif, qui n’ou­blie pas de s’adres­ser à tous. Contem­po­rain, le cirque reste fa­mi­lial. Alors pen­dant trois se­maines, le pu­blic ira de sur­prise en sur­prise, à la dé­cou­verte d’uni­vers éton­nants et au­da­cieux où l’hu­mour a sou­vent sa place.

Outre les pre­miers spec­tacles pré­sen­tés dans notre édi­tion du 11 juillet, re­te­nons­en quelques autres pour don­ner le ton. En terme de vir­tuo­si­té, Juan Igna­cio Tu­la et Ste­fan Kins­man sont

des as de la roue Cyr où l’acro­bate s’in­sère pour réa­li­ser des fi­gures. Ils en fe­ront dé­mons­tra­tion dans leur spec­tacle San­ta

Ma­de­ra, qui ra­conte aus­si quelque his­toire.

Trois pièces per­met­tront de suivre le tra­vail du maître des lieux, Mar­tin Pa­lisse, jon­gleur et di­rec­teur du pôle na­tio­nal Le Sirque, or­ga­ni­sa­teur du fes­ti­val. Outre Hip 127, la constel­la­tion

des ci­gognes, créé avec Jé­rôme Tho­mas et qui as­so­cie jon­glage et art ly­rique sur une créa­tion mu­si­cale de Ro­land Au­zet, il pré­sente Il est trop tôt pour un

titre, créé au Fes­ti­val d’avi­gnon 2016. Cette forme, née d’une col­la­bo­ra­tion avec Ha­lo­ry Goer­ger et Cos­mic Ne­man, ra­conte l’his­toire du cirque et sa po­li­tique en balles, slam et mu­sique.

Le jon­gleur se pro­dui­ra aus­si avec un clown, ce­lui de Jean Lam­bert­wild, di­rec­teur du Cdn­théâtre de l’union. En­semble, ils don­ne­ront Le Clown

du ro­cher. Ce texte de Ca­the­rine Le­feuvre re­vi­site le mythe de Si­syphe, ver­sion bou­sier. Oui, le fa­meux in­secte qui as­sume si bien sa vie de m…

Un autre clown de­vrait im­pres­sion­ner son monde, comme il l’a fait l’an der­nier à Nexon. Cette fois, Lu­dor Ci­trik, tou­jours aus­si sen­sible, drôle avec quelque chose de dé­li­cieu­se­ment ter­ri­fiant, donne Rance Gres­sion.

En­fin, le fes­ti­val se clô­tu­re­ra avec le Col­lec­tif plu­ri­dis­ci­pli­naire Ca­tas­trophe. Pour conju­rer le sort, ses ar­tistes jouent, chantent et dansent, ayant choi­si en­vers et contre tout la joie et la fête. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES BRI­GITTE AZZOPARD LA ROUTE DU SIRQUE. Elle offre des mo­ments dans un cadre cham­pêtre et pai­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.