A bord du pe­tit train pour dé­cou­vrir la ci­té gaillarde

Trois mois après son ar­ri­vée à Brive, le train tou­ris­tique veut conti­nuer à se faire connaître Ar­ri­vé dé­but mai à Brive, le pe­tit train veut ga­gner en no­to­rié­té. Pour son pro­prié­taire, cette pre­mière an­née est un test.

La Montagne (Brive) - - La Une - Hu­go La­ri­don brive@cen­tre­france.com

Après trois mois à ar­pen­ter les rues de la ci­té gaillarde, le pe­tit train es­saie tran­quille­ment de se faire une place dans le dé­cor. Tous les jours, sauf le mar­di, il ef­fec­tue sept tra­jets com­men­tés d’une qua­ran­taine de mi­nutes à tra­vers le centre­ville. Alain Four­ty est ar­ri­vé à Brive en même temps que le pe­tit train. Il en est le conduc­teur, mais il s’oc­cupe éga­le­ment de le net­toyer, d’en faire les vé­ri­fi­ca­tions et de gé­rer la caisse.

Ce train, l’homme ori­gi­naire de Per­pi­gnan le connaît dé­jà, puis­qu’il le conduit de­puis dé­cembre. « Avant de ve­nir ici, je le condui­sais à Saint­étienne, ex­plique­t­il. Le pa­tron de la so­cié­té, Ro­ger Bes­sat, a fait le choix de faire voya­ger le pe­tit train se­lon les sai­sons, plu­tôt que de le lais­ser dans un dé­pôt ». En no­vembre, le long vé­hi­cule traî­ne­ra ses wa­gons à tra­vers les rues de Rouen, avant de re­tour­ner à Saint­étienne.

Ce train n’est pas le seul de la so­cié­té, qui en pos­sède deux autres près de la Mé­di­ter­ra­née, au Bar­ca­rès et à Leu­cate. « Cette an­née, c’est un peu un test ici, on a pris une large pé­riode, de mai à fin sep­tembre, pour voir quelles sont les dates qui marchent », ra­conte Alain Four­ty.

Jus­qu’à pré­sent, dif­fi­cile de faire un bi­lan pour le conduc­teur. « Ca dé­pend vrai­ment des jours, au­cun ne se res­semble. L’idéal c’est quand il ne fait pas trop chaud et qu’il ne pleut pas ».

Du cô­té des re­tours, les avis sont po­si­tifs, de la part des tou­ristes, mais aus­si des Bri­vistes, qui ont l’oc­ca­sion d’en sa­voir plus sur la ville. « Pe­tit à pe­tit on se fait connaître, ça prend du temps. Cer­tains ar­rivent par­fois avec leurs courses et me de­mandent de les ra­me­ner chez eux, mais je ne suis pas un taxi ! », ri­gole ce­lui qui a aus­si été conduc­teur de bus.

En voyant le vé­hi­cule et ses deux wa­gons se glis­ser dans les rues étroites du centre­ville, on se de­mande par­fois com­ment il peut pas­ser sans ac­crocs. « Si quel­qu’un se gare mal, je suis blo­qué, mais jus­qu’ici tout se passe as­sez bien », sou­rit Alain Four­ty. La co­ha­bi­ta­tion fonc­tionne aus­si avec les com­mer­çants, puisque la cho­co­la­te­rie La­my, dans le centre­ville, a créé une ré­plique ré­duite du train, toute en cho­co­lat.

Suf­fi­sant pour faire re­ve­nir le pe­tit train l’an­née pro­chaine ? « C’est pré­vu, af­firme le Per­pi­gna­nais. En août, le pa­tron doit pas­ser et on fe­ra le point fin sep­tembre ». L’ave­nir semble donc s’écrire à Brive pour le pe­tit train, qui compte bien s’y faire une place, comme un grand.

« Par­fois, les gens me de­mandent de les ra­me­ner chez eux »

PHOTO FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIERE

À BORD. Tous les jours, sauf le mar­di, Alain Four­ty conduit sept vi­sites com­men­tées de qua­rante mi­nutes à tra­vers le centre-ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.