Claire Cha­zal, pas­sion opé­ra

La Montagne (Brive) - - Tulle - IN­TER­VIEW Isa­belle Mermin

Après une pré­sen­ta­tion dé­but juin des « Contes d’hoff­mann », d’of­fen­bach, place à « Aï­da » de Ver­di en di­rect des Cho­ré­gies d’orange.

Au coeur de l’évé­ne­ment, Claire Cha­zal en­vi­sage se­rei­ne­ment la ren­trée, à la tête d’« En­trée libre », sur France 5, et « Soyons Claire », sur la chaîne fran­cein­fo.

Qu’est-ce qui vous sé­duit dans ces

pré­sen­ta­tions ? J’aime l’opé­ra et plus que tout le spec­tacle vi­vant, avec ses jeux d’ac­teurs, ses ta­lents de chan­teurs et ses cho­ré­gra­phies dé­cu­plées par des lieux ma­giques comme ce­lui du Théâtre an­tique d’orange. Au coeur de la vie du spec­tacle, alors que spec­ta­teurs et mu­si­ciens s’ins­tallent, je pré­sente l’oeuvre. Comme l’an der­nier avec « Ma­dame But­ter­fly », j’es­père re­cueillir les émo­tions des ar­tistes à leur sor­tie de scène. Quel est votre meilleur sou­ve­nir de l’opé­ra de Ver­di ? Il se si­tue à Vé­rone dans une mise en scène de Pier Lui­gi Piz­zi et plus ré­cem­ment à l’opé­ra Bas­tille avec Oli­vier Py et sa dé­bauche de dé­cor, d’or, de sta­tues an­tiques et de fi­gu­rants qui se prêtent à cet opé­ra pha­rao­nique. Qu’en est-il de la mise en scène de Paul-émile Four­ny ? « Aï­da » al­terne les mo­ments de triomphe avec les fa­meuses trom­pettes et des scènes plus in­ti­mistes d’une grande in­ten­si­té dra­ma­tique et sen­ti­men­tale. En plus du dé­cor na­tu­rel du théâtre, nous au­rons des vi­déos en 3D pro­je­tées sur le grand mur an­tique. « Aï­da » est trans­po­sée dans la Tur­quie du XIXE siècle, dans une époque ot­to­mane proche de l’uni­vers des peintres orien­ta­listes, comme De­la­croix. Que pré­fé­rez-vous : les scènes in­ti­mistes ou les scènes triom­phales ? J’aime les scènes in­ti­mistes, ce conflit entre l’amour et la rai­son d’état, ces duos entre Ra­da­mès et Aï­da et Ra­da­mès et Am­ne­ris. La qua­li­té des voix compte énor­mé­ment, celle du grand té­nor Mar­ce­lo Al­va­rez et de la jeune Ele­na O’con­nor, qui rem­place Son­dra Rad­va­novs­ky après son dé­sis­te­ment. Des pro­jets au­tour de la quo­ti­dienne « En­trée libre » et de « Soyons Claire » ? Le ma­ga­zine « En­trée libre » était for­mi­dable avant mon ar­ri­vée. Nous avons juste ins­tau­ré la ren­contre avec de grands ar­tistes le lun­di, nous les avons fi­dé­li­sés et faits s’ex­pri­mer sur les autres ar­tistes. Je re­ce­vrai Étienne Da­ho, j’es­père Gé­rard De­par­dieu et nous irons au Mu­sée d’or­say pour les cent ans de la mort de De­gas. Dans « Soyons Claire », je re­ce­vrai des phi­lo­sophes plus di­vers pour com­men­ter l’ac­tua­li­té.

«AÏ­DA». Claire Cha­zal : « J’aime les scènes in­ti­mistes, ce conflit entre l’amour et la rai­son d’état ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.