La sé­cu­ri­té ren­for­cée après l’agres­sion de l’en­sei­gnante

Suite à l’agres­sion de l’en­sei­gnante, des me­sures ont été dé­ci­dées par la Ré­gion et le rec­to­rat

La Montagne (Brive) - - La Une - Ch­ris­tine Moutte ch­ris­tine.moutte@cen­tre­france.com

Après l’agres­sion d’une en­sei­gnante, mar­di, au ly­cée po­ly­va­lent Dan­ton à Brive, des amé­na­ge­ments vont être réa­li­sés pour sé­cu­ri­ser l’ac­cès de l’éta­blis­se­ment.

Hier ma­tin, au len­de­main de l’agres­sion d’une en­sei­gnante par un homme au vi­sage mas­qué dans une classe de ter­mi­nale (voir notre

édi­tion d’hier), les cours ont re­pris au ly­cée po­ly­va­lent Dan­ton à 8 heures sous la sur­veillance de po­li­ciers. Tous avaient cet évé­ne­ment en tête. « For­cé­ment, on est cho­qués par ce qui s’est pas­sé mais on re­la­ti­vise parce qu’il n’y a pas eu de bles­sé », com­mente Léo, étu­diant en BTS.

Si l’en­sei­gnante a été cho­quée, le violent coup de pied à l’épaule que lui a as­sé­né son agres­seur, n’a pas en­traî­né d’in­ter­rup­tion tem­po­raire de tra­vail (ITT). Elle est ve­nue, hier ma­tin, ras­su­rer ses élèves et col­lègues sur son état de san­té. Dans l’éta­blis­se­ment qui compte 800 élèves, cer­tains ont été plus ou moins cho­qués (*), beau­coup s’in­quiètent du fait que « tout le monde peut ren­trer comme il veut ici, le por­tail de l’en­trée prin­ci­pale est tou­jours ou­vert, as­surent Tif­fa­ny et Eva, étu­diantes en BTS. Il y a un sur­veillant au mo­ment de l’en­trée et la sor­tie des classes, mais per­sonne le reste du temps ».

En ar­ri­vant il y a trois ans à Brive, Sté­phane Je­kier, pro­fes­seur au ly­cée pro­fes­sion­nel, s’était d’ailleurs éton­né « de voir ce por­tail ou­vert : je viens du Nord, de Rou­baix où il y a des quar­tiers dif­fi­ciles et où les ly­cées sont très pro­té­gés. Brive, c’est plus calme mais il faut main­te­nant prendre conscience qu’il faut amé­lio­rer la sé­cu­ri­té, ren­for­cer le contrôle à l’en­trée, ce qu’avait d’ailleurs de­man­dé notre pro­vi­seur ».

L’agres­sion de mar­di va ain­si ac­cé­lé­rer la ré­ponse de la Ré­gion à cette de­mande. « Des tra­vaux étaient à l’étude pour 2018 mais nous al­lons les an­ti­ci­per au vu du trau­ma­tisme res­sen­ti par les en­sei­gnants », a as­su­ré Fran­çois Jol­ly, di­rec­teur de la construc­tion et de l’im­mo­bi­lier pour la ré­gion Nou­vel­leA­qui­taine qui a ren­con­tré, hier, à Dan­ton, le pro­vi­seur et la com­mu­nau­té édu­ca­tive avec les ser­vices aca­dé­miques. Ac­cès fil­tré et vi­déo­sur­veillance

« Nous al­lons ren­for­cer l’an­ti­in­tru­sion au ni­veau du por­tail en fil­trant les en­trées, a pour­sui­vi le re­pré­sen­tant de la Ré­gion. Un sys­tème de bar­rières va créer un che­mi­ne­ment et obli­ger toute per­sonne en­trant dans l’éta­blis­se­ment à pas­ser de­vant la vitre de la loge. Le por­tail se­ra éga­le­ment sur­éle­vé. »

Un dis­po­si­tif pour le­quel « les tra­vaux vont dé­bu­ter, dès la se­maine pro­chaine », se­lon le rec­to­rat. Il se­ra sui­vi, dans un se­cond temps, par l’ins­tal­la­tion d’un sys­tème de vi­déo­sur­veillance et d’une alarme in­tru­sion « Une de­mande forte des en­sei­gnants », pour­suit Fran­çois Jol­ly qui, face aux cri­tiques, a rap­pe­lé la po­li­tique de la Ré­gion en ma­tière de sé­cu­ri­té : « La prio­ri­té a été d’avoir tous les ly­cées fer­més, clô­tu­rés. Une nou­velle phase de tra­vaux est pré­vue pour éle­ver le ni­veau de sé­cu­ri­té sur l’exLi­mou­sin : au ni­veau des alarmes au prin­temps 2018, de l’élé­va­tion des por­tails et clô­tures fin 2018. D’autres me­sures se­ront prises se­lon les be­soins et de­mandes des éta­blis­se­ments, comme la vi­déo­sur­veillance ».

(*) Une cel­lule d’écoute a été mise en place par la di­rec­tion des ser­vices dé­par­te­men­taux de l’edu­ca­tion na­tio­nale de la Cor­rèze pour ac­com­pa­gner les élèves et les en­sei­gnants.

AMÉ­NA­GE­MENT. Des tra­vaux vont dé­bu­ter, dès la se­maine pro­chaine, au ni­veau de l’ac­cueil du ly­cée, pour per­mettre de sé­cu­ri­ser l’ac­cès grâce à une en­trée fil­trée. PHO­TO : PAS­CAL PERROUIN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.