Le fac­teur livre aus­si des re­pas à do­mi­cile

La Montagne (Brive) - - La Une - Dra­gan Pé­ro­vic dra­gan.per­ovic@cen­tre­france.com

Une quin­zaine de per­sonnes âgées sur les tour­nées de La­pleau, Sour­sac et Saint­hi­laire­fois­sac se font li­vrer leur cour­rier et leurs re­pas à do­mi­cile par le fac­teur.

De­puis le 1er juin, cette opé­ra­tion de mu­tua­li­sa­tion des moyens, per­met de ne pas aug­men­ter le prix de ce ser­vice en mi­lieu ru­ral.

Trois fois par se­maine, une quin­zaine de per­sonnes âgées sur les tour­nées de La­pleau, Sour­sac et Sainthi­laire-fois­sac se font li­vrer leurs re­pas à do­mi­cile par le fac­teur.

«Bon­jour, c’est le fac­teur. Je vous apporte à man­ger. » La voix de Gilles Rouches ré­sonne dans le cou­loir d’une jo­lie mai­son de fa­mille dont la fa­çade blanche est cou­verte de vigne vierge. Sa pro­prié­taire, Mi­che­line Ga­ry ac­cueille « l’homme de lettres » avec le sou­rire. Ces deux­là se connaissent dé­jà de­puis huit ans. Nous sommes à Sour­sac, l’une des com­munes du Pays de Ven­ta­dour concer­née de­puis le 1er juin par une ex­pé­ri­men­ta­tion du por­tage de re­pas à do­mi­cile par les pos­tiers, pre­mière dans le dé­par­te­ment.

Elle ne fait pas son âge. Mi­che­line Ga­ry (94 ans) ne ta­rit pas d’éloges sur son fac­teur : « Avant, je fai­sais tout moi­même : le mé­nage, la cui­sine… Puis, l’an­née der­nière, j’ai été as­sez gra­ve­ment ma­lade et j’ai de­man­dé qu’on me livre les re­pas à do­mi­cile. Avec Gilles, on dis­cute tou­jours un peu, il est très gen­til, très ser­viable. J’aime bien quand il est là. »

Cette ex­pé­rience pi­lote de por­tage de re­pas a été mise en place pour ré­pondre à un contexte par­ti­cu­lier. « De­puis que deux ins­tances de coor­di­na­tion, La­pleau et Égle­tons avaient fu­sion­né, on avait un sou­ci par rap­port au coût du trans­port du por­tage de re­pas en mi­lieu ru­ral. Il nous fal­lait une per­sonne et un vé­hi­cule ré­fri­gé­ré pour l’as­su­rer, » ex­plique Jean­ma­rie Ta­guet, vice­pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal et pré­sident de l’as­so­cia­tion pour la ges­tion de la mai­son de re­traite, pres­ta­taire de ce ser­vice pour le compte de l’ins­tance de coor­di­na­tion pour l’au­to­no­mie du Pays de Ven­ta­dour.

Il s’agis­sait donc de mu­tua­li­ser les moyens, pour ré­duire les coûts de trans­port, afin de ne pas aug­men­ter le prix de ce ser­vice « vi­tal » en mi­lieu ru­ral. Car, les tour­nées de La­pleau, Sour­sac et Saint­hi­laire­fois­sac s’étendent sur 125 km pour li­vrer des re­pas à seule­ment quinze per­sonnes âgées. Pour as­su­rer cette mis­sion, l’ins­tance de coor­di­na­tion s’est tour­née vers la so­cié­té de ré­fé­rence dans la dis­tri­bu­tion, la li­vrai­son et la col­lecte des co­lis, La Poste.

« Pour nous, cette col­la­bo­ra­tion est une évi­dence, parce que c’est notre coeur de mé­tier, ex­plique Franck Gel­ly, di­rec­teur du site d’égle­tons. Au­jourd’hui, cô­té cour­rier, La Poste doit faire face à une baisse du tra­fic de l’ordre de 5 à 6 % par an. Les fac­teurs savent que leur mé­tier évo­lue, qu’il faut s’adap­ter et al­ler cher­cher de nou­veaux ser­vices. Ce ser­vice­là dé­montre que le fac­teur a un lien pri­vi­lé­gié avec le client, une re­la­tion de confiance et de proxi­mi­té. »

Une trans­for­ma­tion

Maire d’égle­tons, Charles Fer­ré est aus­si pré­sident de la Com­mis­sion dé­par­te­men­tale de la pré­sence pos­tale ter­ri­to­riale en Cor­rèze. « La Poste va par­tout et presque tous les jours. Par ce por­tage de re­pas, on contri­bue au main­tien à do­mi­cile des per­sonnes âgées. De plus, le bi­lan car­bone de cette opé­ra­tion est très bon. Main­te­nant, on a un seul, au lieu de deux vé­hi­cules (ceux de l’ehpad et de la Poste) qui se dé­placent sur ces tour­nées. »

L’un des pos­tiers qui as­sure le por­tage à do­mi­cile, Jean­claude Bouillon, abonde : « Ça nous apporte un com­plé­ment de tra­vail, par rap­port au cour­rier qui est en di­mi­nu­tion. C’est un ser­vice plai­sant. On va au­près des gens qui nous connaissent, es­sen­tiel­le­ment des per­sonnes âgées seules. »

L’ex­pé­rience d’égle­tons s’ins­crit dans la trans­for­ma­tion du mé­tier du fac­teur au­quel La Poste tente de don­ner un nou­veau rôle dans les ser­vices de proxi­mi­té. En Cor­rèze, cer­tains syn­di­cats ne sont pas d’ac­cord avec cette évo­lu­tion. Ils l’ont fait en­tendre lors de la ma­ni­fes­ta­tion des fonc­tion­naires, mar­di à Tulle.

« Avec Gilles, on dis­cute tou­jours un peu, il est très gen­til, très ser­viable. »

PHOTO : A. GAU­DIN

PHOTOS : AGNÈS GAU­DIN

DU LIEN SO­CIAL. Mi­che­line Ga­ry et son fac­teur Gilles Rouches qui lui porte des re­pas à do­mi­cile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.