Pri­son ferme pour les vo­leurs

La Montagne (Brive) - - Brive -

Les deux prin­ci­paux pro­ta­go­nistes d’une sé­rie de cam­brio­lages cou­rant 2016 sur la ré­gion de Brive ont été condam­nés, hier, à deux et un an de pri­son ferme.

UF­ré­dé­ric Ra­biller ne en­quête de gen­dar­me­rie cou­plée à des aveux spon­ta­nés de cer­tains des au­teurs a per­mis de ré­soudre une sé­rie d’une quin­zaine de cam­brio­lages com­mis entre août et oc­tobre 2016 sur l’ar­ron­dis­se­ment de Brive et à Pa­zayac (Dor­dogne).

Des vols et une ten­ta­tive de vols per­pé­trés dans des éta­blis­se­ments pu­blics (les CAT de Saint­viance et Ob­jat, la mai­rie de Ma­le­mort), dans des com­merces et des en­tre­prises.

Cinq ma­jeurs d’une ving­taine d’an­nées et un mi­neur (*) étaient mis en cause à des de­grés di­vers. En tête de liste des pré­ve­nus Jo­na­than Vincent et son frère Lui­gi, res­pec­ti­ve­ment neuf et huit faits dé­lic­tueux à leur ac­tif com­mis seul ou avec deux des autres pré­ve­nus.

Cinq vols sont re­pro­chés au troi­sième pré­ve­nu dont un de 350 litres de ga­soil qu’il af­firme avoir com­mis seul. « J’en ai mis 40 litres dans ma voi­ture et j’ai ca­ché le reste. Il avait dis­pa­ru quand je suis ve­nu le re­cher­cher », ex­plique­t­il à la barre du tri­bu­nal.

Le qua­trième pro­ta­go­niste, lui, est in­cri­mi­né dans deux vols et une ten­ta­tive de vols. Quant au cin­quième pré­ve­nu, une jeune femme, elle est ac­cu­sée d’avoir uti­li­sé des bons ali­men­taires vo­lés dans le coffre­fort de la mai­rie de Ma­le­mort. « Je m’en suis ser­vi pour ache­ter des af­faires à ma fille. Je sa­vais qu’ils étaient vo­lés », avoue­t­elle.

Les faits sont re­con­nus par l’en­semble des mis en cause sauf Lui­gi, non pré­sent à l’au­dience, qui a nié lors de l’en­quête sa pré­sence sur cer­tains cam­brio­lages, une ab­sence fi­na­le­ment confir­mée par ses com­parses. Pas ba­vards

Si les pré­ve­nus jus­ti­fient leurs cam­brio­lages par l’ap­pât du gain, ils res­tent peu pro­lixes sur les bé­né­fices qu’ils en ont ti­ré. « Je ne sais pas ». « Zé­ro ». Des dé­cla­ra­tions concises pas fran­che­ment convain­cantes au vu des pré­ju­dices su­bis par cer­taines vic­times : 10.000 € pour le CAT de Saint­viance, 23.000 € pour ce­lui d’ob­jat.

« Les faits sont graves, les dé­gâts oc­ca­sion­nés consi­dé­rables avec des au­teurs qui ne re­grettent rien, qui ne se re­mettent pas en ques­tion », sou­ligne le mi­nis­tère pu­blic.

La dé­fense pointe le contexte par­ti­cu­lier no­tam­ment pour les deux frères Vincent qui baignent de­puis tou­jours dans une am­biance fa­mi­liale faite de pau­vre­té et d’illet­trisme. « C’était une équipe de bras cas­sés », glisse une avo­cate.

Le ju­ge­ment. Lui­gi Vincent a été con­dam­né à 3 ans de pri­son dont un an de sur­sis mise à l’épreuve pen­dant 3 ans ; Jo­na­than Vincent à 3 ans dont 2 ans de sur­sis mise à l’épreuve pen­dant 3 ans avec main­tien en dé­ten­tion. Les deux autres pré­ve­nus de vols ont été condam­nés à 12 mois dont 8 mois de sur­sis mise à l’épreuve pen­dant 2 ans et à 10 mois dont 8 mois de sur­sis mise à l’épreuve pen­dant 2 ans. Avec pour tous, une obli­ga­tion d’in­dem­ni­ser les vic­times, et une obli­ga­tion de tra­vail ou de for­ma­tion. Une peine de 15 jours de pri­son avec sur­sis a été pro­non­cée à l’en­contre de la re­ce­leuse.

(*) Ju­gé par le tri­bu­nal pour en­fant, le mi­neur a été con­dam­né à 18 mois de pri­son dont 9 mois avec sur­sis avec main­tien en dé­ten­tion.

JUS­TICE. Deux des cinq pré­ve­nus ont été condam­nés à de la pri­son ferme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.