Ap­pel des com­mer­çants et ar­ti­sans de Bugeat à sou­te­nir le pro­jet

La Montagne (Brive) - - Corrèze -

« À ceux de chez nous qui pro­mettent l’apo­ca­lypse, nous ré­pon­dons sim­ple­ment : ne de­ve­nons pas un dé­sert ru­ral et per­met­tez­nous de vivre et de tra­vailler au pays de Bugeat. »

C’est ain­si que com­mencent le texte et la pé­ti­tion lan­cés par « quelques com­mer­çants, ar­ti­sans et autres pro­fes­sion­nels » de Bugeat. Ils in­vitent tout un à cha­cun à pa­ra­pher ce do­cu­ment, dis­po­nible dans les bou­tiques, et sur­tout de ma­ni­fes­ter leur sou­tien lors de l’en­quête pu­blique.

Cette prise de po­si­tion est plu­tôt rare, même si au­cun com­mer­çant ou ar­ti­san ne sou­haite l’in­car­ner. Leur texte ne nie pas les im­pacts éven­tuels de l’uni­té de fa­bri­ca­tion de pel­lets tor­ré­fiés : « Si ce pro­jet est va­li­dé, ce que nous sou­hai­tons, [les ser­vices de l’état] au­ront en­core le pou­voir de stop­per cette pro­duc­tion si les seuils et consignes exi­gés lors de contrôles n’étaient pas res­pec­tés. »

« Nous ne pré­ten­dons pas qu’il n’y au­ra au­cune nui­sance, in­siste le texte. Da­van­tage de ca­mions sur les routes pen­dant la jour­née, c’est une évi­dence ; un peu plus de bruit dans le si­lence trop pe­sant, comme le re­con­naissent de nom­breux ha­bi­tants… Mais en contre­par­tie, il y a aus­si la créa­tion de 25 em­plois di­rects, donc l’ins­tal­la­tion pos­sible de plu­sieurs fa­milles. »

Les au­teurs de ce do­cu­ment l’as­surent : « Ce qui nous guide aus­si, c’est le main­tien en ac­ti­vi­té de dif­fé­rents com­merces ou pres­ta­tions et ser­vices. Nous ré­agis­sons, nous aus­si, comme la po­pu­la­tion de nos vil­lages. Nous vou­lons tous vivre ici […] Ne de­ve­nons pas un énième dé­sert ru­ral qui, inexo­ra­ble­ment, se vi­de­ra de ses ha­bi­tants, qui n’ac­cueille­ra plus per­sonne, ni jeunes, ni vieux. Le main­tien des ser­vices pu­blics, de l’école, voire d’une pré­sence mé­di­cale, se po­se­ra. »

Le texte re­vient aus­si sur la ques­tion de la fo­rêt : « Le pro­blème de la fo­rêt li­mou­sine, c’est qu’elle ne se re­nou­velle pas suf­fi­sam­ment. Les nou­velles plan­ta­tions de­viennent ur­gentes, car elles ne cessent de chu­ter […]. Le net­toyage des ter­rains après les coupes est une né­ces­si­té avant de re­plan­ter et la vente des ré­ma­nents (souches et bran

ches, NDLR) est une op­por­tu­ni­té à sai­sir pour les pro­prié­taires, s’ils veulent va­lo­ri­ser leurs pro­prié­tés. »

L’em­ploi pour main­te­nir un ter­ri­toire

Le texte et la pé­ti­tion sont dis­po­nibles dans les com­merces à Bugeat et au­tour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.