Le pe­tit re­ca­drage du District

La Montagne (Brive) - - Corrèze -

Le foot cor­ré­zien a vu le pré­sident du District adres­ser un tacle à une page Fa­ce­book qui traite du foot lo­cal – sans la ci­ter – aga­cé par des com­men­taires « dé­pas­sant les bornes ».

EJean-paul Co­hade

n fin de se­maine der­nière, le pré­sident du District de foot­ball de la Cor­rèze s’est fen­du d’un cour­rier aux pré­si­dents de clubs du dé­par­te­ment.

La cause ? Des dé­bats in­ces­sants, qui virent à la mise au pi­lo­ri de l’ins­ti­tu­tion, sur une page Fa­ce­book : ad­mi­nis­trée par un an­cien édu­ca­teur d’us­sac, dont les pro­pos, et sur­tout les com­men­taires en­re­gis­trés sur la page, ne sont pas vrai­ment du goût de JeanF­ran­çois Bon­net. Dans le vi­seur d’in­fo

entre autres, les for­faits de clubs en­re­gis­trés en 4e di­vi­sion et, plus glo­ba­le­ment, la for­mule adop­tée par le District pour cet éche­lon dé­par­te­men­tal.

« C’est un site qui tire à vue sur le district. Le dé­bat ne me gène pas, mais quand on traite les gens d’in­com­pé­tents, de bons à rien ou de m…, quand on en ar­rive à des in­sultes, je ne peux pas l’ac­cep­ter » dit le pré­sident Bon­net. Dans son cour­rier, il in­vite les pré­si­dents de clubs à sen­si­bi­li­ser leurs li­cen­ciés sur les pos­sibles pour­suites que pour­rait être ame­née à me­ner l’ins­ti­tu­tion en cas de ré­ité­ra­tion de cri­tiques dé­pas­sant les bornes.

« Si un joueur ou un li­cen­cié pro­fère des in­sultes sur le bord du ter­rain, il peut y avoir des sanc­tions, là, c’est sur In­ter­net, c’est écrit », ob­serve le di­ri­geant. Cause de l’ire de la page

la si­tua­tion en D4 n’est pas niée par JeanF­ran­çois Bon­net, qui as­sure que la for­mule adop­tée n’est pas ins­crite dans le marbre (une phase ini­tiale sur matches al­ler­re­tour).

« Je pré­fère les gens qui viennent nous voir, ceux qui ont des idées et les par­tagent. On a choi­si cette for­mule en pre­nant conseil au­près des clubs lors des réunions de sec­tion. C’est un es­sai, ce n’est pas ins­crit pour dix ans, on fe­ra un bi­lan. Les for­faits des clubs, on ne peut pas les pré­voir. Peut­être fau­dra­t­il avoir une ré­flexion pour que les clubs s’as­surent qu’ils pour­ront faire la sai­son », avance Jean­fran­çois Bon­net, qui in­vite les li­cen­ciés à ne pas ré­pondre aux éven­tuelles pro­vo­ca­tions.

« La cri­tique fait par­tie du jeu »

Pour sa part, Thier­ry Mal­gouyre, l’ad­mi­nis­tra­teur de exé­du­ca­teur à Us­sac confirme son désac­cord sur la vi­sion de la D4 « Je pense qu’il au­rait fal­lu faire au­tre­ment, avec des poules plus grosses, plus d’équipes, mais ils ont fait ça un peu à la hus­sarde, sans concer­ta­tion ».

Sur le plan des in­sultes en re­vanche, il calme le jeu : « Je suis tout seul, je fais ça pour mon plai­sir. Je ne peux pas voir tous les com­men­taires, mais s’il y a des in­sultes, je sup­prime. Je com­prends que ça puisse bles­ser. Mais la cri­tique, ça fait aus­si par­tie du jeu », plaide l’ad­mi­nis­tra­teur qui as­sure ne pas vou­loir s’in­ves­tir au­près du district.

so­ciaux. Du ter­rain, le foot­ball dé­borde par­fois sur les ré­seaux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.