Six mois ferme pour vol, vio­lences et me­naces de mort

Il a été ju­gé hier pour vol, vio­lences et me­naces de mort

La Montagne (Brive) - - La Une - Ma­ryne Le Goff

Un jeune bri­viste de 18 ans com­pa­rais­sait hier de­vant le tri­bu­nal pour des faits de vol et vio­lences sur sa com­pagne ain­si que de me­naces de mort sur le per­son­nel du centre hos­pi­ta­lier de Brive. Tout ne s’est pas pas­sé comme pré­vu.

Les faits re­montent au 5 juin der­nier. Sé­pa­rés de­puis quelques jours, la vic­time et le pré­ve­nu se croisent aux abords de la halle Georges­bras­sens de Brive. Ils se dis­putent, le jeune homme vole la carte bleue et le té­lé­phone de son an­cienne com­pagne qui sou­haite ré­cu­pé­rer ses biens. Il la bous­cule puis va vendre le mo­bile. Telle est la ver­sion du Bri­viste qui com­pa­rais­sait hier de­vant le tri­bu­nal de Brive.

Coup de théâtre à la barre. Ap­pe­lée pour té­moi­gner, la vic­time fixe le pré­sident Weiller ain­si que ses as­ses­seurs et dé­clare : « J’ai men­ti. Il ne m’a pas frap­pée. » Tout le monde reste bouche bée. « Com­ment ça ? », « Pour­quoi avoir por­té plainte ? », « Pour­quoi avoir men­ti ? ». Les ques­tions pleuvent et la jeune femme de 21 ans, alors en­ceinte de huit mois au mo­ment des faits, mur­mure que « c’était pour lui faire du mal, comme il m’avait quit­tée ». La com­pa­ru­tion im­mé­diate du pré­ve­nu prend alors une autre tour­nure.

Le pré­sident conti­nue de re­la­ter les faits qui lui sont re­pro­chés cette fois­ci le 8 août der­nier. De nou­veau en­semble, le couple se dis­pute. La jeune femme prend ses af­faires et sort de leur hé­ber­ge­ment. « Je n’ai pas ar­rê­té de lui en­voyer des mes­sages pour qu’elle me rende mes af­faires et elle ne ré­pon­dait pas, lance le pré­ve­nu. J’étais éner­vé ! »

Es­clandre au ser­vice pé­dia­trique

Il s’avère que la jeune femme s’est ren­due en plein mi­lieu de la nuit au ser­vice pé­dia­trique du centre hos­pi­ta­lier où a été pla­cé son nou­veau­né. Elle de­mande aux in­fir­mières de ne pas lais­ser en­trer son co­pain. Voyant qu’elle a le vi­sage bouf­fi et une pom­mette abîmée, elles lui de­mandent si elle a été vio­len­tée phy­si­que­ment. Elle ré­pond par l’af­fir­ma­tive, puis, de­vant le tri­bu­nal, se ré­tracte. « Votre ver­sion des faits est to­ta­le­ment in­co­hé­rente », constate la pro­cu­reure de la Ré­pu­blique.

Al­coo­li­sé, le pré­ve­nu entre dans la chambre alors que la jeune femme dort. Il est in­vi­té à sor­tir mais ne l’en­tend pas de cette oreille. « Je vais brû­ler cet hô­pi­tal », crie­t­il en se dé­bat­tant. Il re­vient le len­de­main ma­tin et est em­bar­qué par la po­lice.

Le dé­li­bé­ré. Avec ses onze men­tions au ca­sier ju­di­ciaire, le jeune homme est par­ti en di­rec­tion de la mai­son d’ar­rêt de Tulle pour six mois, con­trai­re­ment aux deux ans re­quis par le par­quet. Il de­vra éga­le­ment ver­ser 1 € sym­bo­lique aux deux in­fir­mières et au bran­car­dier ain­si que 200 € au centre hos­pi­ta­lier de Brive. ■

ARCHIVES BRIVE

DÉ­LI­BÉ­RÉ. Le pré­ve­nu est in­car­cé­ré à Tulle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.