« Il va y avoir de la casse… »

Sup­pres­sion du taux ré­duit sur le ga­zole non rou­tier

La Montagne (Brive) - - Limousin L'actu - Anne-so­phie Pé­de­gert anne-so­phie.pe­de­gert@cen­tre­france.com

Le 1er jan­vier 2019 se­ra sup­pri­mé le taux ré­duit sur le ga­zole non rou­tier, uti­li­sé pour les en­gins de chan­tier. Les en­tre­prises du Li­mou­sin sont très in­quiètes.

Le sec­teur des tra­vaux pu­blics sort tout juste d’une crise sans pré­cé­dent. En Li­mou­sin, près de 400 em­plois ont été per­dus entre 2008 et 2016. Le re­bond amor­cé en 2017 com­men­çait tout juste à se conso­li­der en 2018. Le pro­jet de loi de fi­nances (PLF) pour 2019 qui pré­voit la sup­pres­sion du taux ré­duit de fis­ca­li­té sur l’uti­li­sa­tion du ga­zole non rou­tier (GNR) pour les en­gins de tra­vaux pu­blics, vient tout re­mettre en ques­tion.

« Cette me­sure, si elle est vo­tée en l’état, au­ra un im­pact consi­dé­rable sur les coûts de pro­duc­tion des en­tre­prises et met­tra en pé­ril l’équi­libre contrac­tuel de l’ensemble du sec­teur des tra­vaux pu­blics », pré­vient la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des tra­vaux pu­blics. L’ali­gne­ment de la fis­ca­li­té GNR sur celle du ga­zole va en ef­fet gé­né­rer une hausse de prix de car­bu­rant de l’ordre de plus 50 cen­times d’eu­ros par litre (soit + 50 %). Une hausse que les pe­tites en­tre­prises ne vont pas pou­voir ré­per­cu­ter.

In­quiets pour l’ave­nir

Cy­prien Taillas­son gère l’en­tre­prise ATP à SaintP­riest­li­goure en Hau­teVienne. Il tra­vaille seul. Sa clien­tèle est com­po­sée à 90 % de par­ti­cu­liers. « Ce­la va de­ve­nir très com­pli­qué pour moi, je vais for­cé­ment perdre des clients si j’aug­mente mes prix. Je suis très in­quiet quant au de­ve­nir de mon en­tre­prise… »

Joa­quim Fer­nandes est le gé­rant de l’en­tre­prise TPCRB à Saint­sul­pice­le­ Gué­ré­tois en Creuse. Il em­ploie une di­zaine de per­sonnes et dé­pend à 90 % de la com­mande pu­blique. « Nous avons de bons car­nets de com­mande, confie­t­il, mais la plu­part des mar­chés ont été no­ti­fiés il y a dé­jà un an. Or, les prix ont de­puis évo­lué à la hausse. Si on ajoute la sup­pres­sion du taux ré­duit sur le ga­zole non rou­tier, ce sont des pertes sèches qui s’an­noncent. » Joa­quim Fer­nandes avait pré­vu d’em­bau­cher. Il se pose des ques­tions.

D’après la Fé­dé­ra­tion des tra­vaux pu­blics de Nou­velle­aqui­taine, cette me­sure va en­traî­ner, à bud­gets constants, de lourdes conséquences sur le re­cru­te­ment dans les tra­vaux pu­blics. « Ce sont en­vi­ron 200 em­plois qui ne pour­ront pas être créés », as­sure­t­elle.

Ni­co­las Par­vaud, gé­rant de l’en­tre­prise Ax­ter 87, em­ploie 9 per­sonnes. Lui aus­si est in­quiet : « Mes clients sont à 50 % des par­ti­cu­liers et à 50 % des col­lec­ti­vi­tés. J’ai un ap­pren­ti que j’avais pré­vu de gar­der puisque les car­nets de com­mandes sont bons. Mais en jan­vier, je ne sais pas comment je vais faire. Est­ce que je vais ar­rê­ter d’em­bau­cher, d’in­ves­tir ? »

En Cor­rèze, Max Del­py, qui di­rige l’en­tre­prise Del­py à Ma­le­mort, s’in­ter­roge aus­si : « Dans un tel contexte, la ques­tion qui se pose est celle de la trans­mis­sion de l’en­tre­prise… »

Des en­tre­prises qui vont aus­si de­voir faire face à la re­cru­des­cence des vols, aux si­pho­nages de car­bu­rant et à la concur­rence crois­sante des en­tre­prises agri­coles qui ef­fec­tuent des pe­tits tra­vaux de ter­ras­se­ment et qui, elles, ne se­ront pas tou­chées par la sup­pres­sion du taux ré­duit de fis­ca­li­té sur l’uti­li­sa­tion du ga­zole non rou­tier... ■

EN­TRE­PRISES. De gauche à droite : Cy­prien Taillas­son (ATP), Joa­quim Fer­nandes (TPCRB), Ni­co­las Par­vaud (Ax­ter 87).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.