Vers la fer­me­ture du gui­chet de la gare au 1er no­vembre?

La SNCF ne l’a pas en­core an­non­cé of­fi­ciel­le­ment, mais pour la CGT Che­mi­nots, la fer­me­ture du gui­chet de la gare de Saint-flour n’est plus qu’une ques­tion de mois.

La Montagne (Cantal) - - LA UNE - David Al­li­gnon david.al­li­gnon@cen­tre­france.com

Comme chaque jour, le train de 14 h 05 pour Cler­mont­fer­rand entre en gare. Des voya­geurs montent à bord des wa­gons et croisent ceux qui en des­cendent. Un bal­let quo­ti­dien chro­no­mé­tré. Pas plus de deux mi­nutes à quai. Et voi­là dé­jà la lo­co­mo­tive qui dé­marre. An­dré, l’agent com­mer­cial em­ployé par la SCNF, sa­lue le conduc­teur du train qui s’éloigne. Tout comme la pers­pec­tive de son poste au gui­chet de Saint­flour.

L’an­nonce a fui­té ces der­niers jours l ors d’une réunion à Cler­mont­fer­rand du Co­mi­té d’hy­giène, de sé­cu­ri­té et des condi­tions de tra­vail (CHSCT). Si rien n’a en­core été of­fi­cia­li­sé ­la SNCF pré­voit de com­mu­ni­quer après le CHSCT du 21 sep­tembre­ pour la CGT Che­mi­nots, cette dé­ci­sion est in­du­bi­ta­ble­ment liée à la ré­forme fer­ro­viaire en­ga­gée de­puis 2014. « Mal­heu­reu­se­ment, dans le Can­tal, on n’est cou­tu­mier du fait, re­grette Claude Prat, se­cré­taire départemental CGT Che­mi­nots. Cette fer­me­ture, c’est pour faire des éco­no­mies et pré­pa­rer la SNCF à l’ar­ri­vée de la concur­rence ». Dans un com­mu­ni­qué, le syn­di­cat pré­cise avoir con­tac­té les po­li­tiques, « afin d’agir contre cette ferme­ ture ».

Ser­vice de proxi­mi­té

Le gui­chet voya­geur de la gare se­rait dé­fi­ni­ti­ve­ment fer­mé le 1er no­vembre. Son poste sup­pri­mé. An­dré, qui ac­cueille les clients, les ren­seigne sur les cor­res­pon­dances de­puis 13 ans, ne sait pas en­core quelle des­ti­na­tion la SNCF va lui pro­po­ser. « Ils vont me faire des pro­po­si­tions mais pour où ? Je ne sais pas ». La cir­cu­la­tion des trains et au­to­cars est quant à elle main­te­nue. Pour les usa­gers, l’achat de billets pour­rait se faire uni­que­ment par in­ter­net. Dans une gare de cette di­men­sion, qui plus est en mi­lieu ru­ral, l’agent com­mer­cial cu­mule les fonc­tions. Son ac­ti­vi­té ne se ré­sume pas seule­ment à l’ac­cueil. Il lui ar­rive par­fois de por­ter les ba­gages, d’ai­der les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite, ou en­core de ré­gler des conflits. « Et si un Co­ca tombe par terre, je net­toie ! ». Plus en­core, il as­sure une pré­sence hu­maine, un lien so­cial qui ras­sure les usa­gers. « Ici, c’est comme à l’église, cer­tains passent un peu de temps dans la gare et se confient ».

« Mal­heu­reu­se­ment, dans le Can­tal, on n’est cou­tu­mier du fait »

AC­CUEIL. Si la fer­me­ture est confir­mée lors du pro­chain CHSCT comme l’an­nonce la CGT Che­mi­nots, le gui­chet se­ra fer­mé dès le 1er no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.