La tor­tue de Gau­guin, une créa­tion à suivre

C’est un mo­ment at­ten­du non seule­ment par les étu­diants mais par le tout Au­rillac, pour sa créa­ti­vi­té, pour son énergie, pour sa ca­pa­ci­té à en­rô­ler chaque par­ti­ci­pant dans un tour­billon de fan­tai­sie et de rê­ve­rie. Le spec­tacle or­ga­ni­sé en clô­ture des Rend

La Montagne (Cantal) - - AURILLAC -

Cette an­née, c’est la com­pa­gnie Lu­ca­mo­ros avec

qui en­traî­ne­ra les Au­rilla­cois dans la rue. Ni­chés à l’in­té­rieur d’un grand écha­fau­dage, huit ar­tistes s’em­ploie­ront en mu­sique et en pein­ture à éla­bo­rer sous les yeux du pu­blic, une fresque mo­nu­men­tale. Sous les yeux du pu­blic… tout comme Gau­guin ­ qui a ins­pi­ré cette créa­tion à la com­pa­gnie ­, pei­gnait à même le dos des tor­tues, sur les îles Mar­quises. Un spec­tacle vi­suel et mu­si­cal qui fait di­rec­te­ment ap­pel à la sen­si­bi­li­té des spec­ta­teurs. Les ca­fés­concerts or­ga­ni­sés par le Col­lec­tif L’art est pu­blic re­viennent au centre Hé­li­tas. Pre­miers in­vi­tés de ces mo­ments fes­tifs et mu­si­caux, Trio Anas­ta­sia et Gad­jo Swing, le ven­dre­di 22 sep­tembre à 19 heures. Trio Anas­ta­sia invite à un voyage vo­cal et mu­si­cal, d’ukraine jus­qu’en Amé­rique, en pas­sant par la France et l’an­gle­terre. Quant à Gad­jo Swing, unis par une pas­sion com­mune pour la mu­sique de Djan­go Rein­hardt, ils re­vi­sitent avec un plai­sir com­plice, les stan­dards du jazz ma­nouche et in­vitent le pu­blic à re­trou­ver l’am­biance swing des an­nées 30 et 40. Ren­dez­vous le sa­me­di 22 sep­tembre à 19 heures (ta­rifs : 6 € ; 4 €).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.