Un sta­tut pour les pa­rents dé­lé­gués

La Montagne (Cantal) - - LE FAIT DO JOUR - Isa­belle Va­chias isa­belle.va­chias@cen­tre­france.com

Pa­rents (fu­turs) élus, vous ne le sa­vez sans doute pas, mais votre pa­tron peut vous fa­ci­li­ter la vie.

Comment ? En amé­na­geant ponc­tuel­le­ment vos ho­raires de tra­vail pour vous per­mettre de vous ab­sen­ter, en évi­tant les réunions tôt le ma­tin et tard le soir ou en­core en au­to­ri­sant le té­lé­tra­vail. En ver­tu d’une charte dé­fi­nie en 2016 par le mi­nis­tère de l’édu­ca­tion na­tio­nale, en lien avec l’ob­ser­va­toire des temps et de la pa­ren­ta­li­té en en­tre­prise, un em­ployeur peut agir con­crè­te­ment pour ai­der un pa­rent­dé­lé­gué à exer­cer son man­dat.

« Les chefs d’éta­blis­se­ment font ce qu’ils peuvent pour fixer les réunions à des mo­ments où les pa­rents sont dis­po­nibles, mais nous sommes bien conscients des pro­blèmes d’em­plois du temps », re­marque Da­vid Au­bailly, pro­vi­seur Vie sco­laire de l’aca­dé­mie de Cler­montFer­rand.

Parce qu’il est dif­fi­cile de sor­tir du cré­neau 16 heures­19 heures, l’édu­ca­tion na­tio­nale en ap­pelle à la bonne vo­lon­té des chefs d’en­tre­prise, in­vi­tés à pa­ra­pher la Charte du sa­la­rié pa­rent­dé­lé­gué. Ce do­cu­ment en­gage l’em­ployeur à pri­vi­lé­gier « une or­ga­ ni­sa­tion du tra­vail flexible », à sen­si­bi­li­ser les ma­na­gers « à une meilleure prise en compte des be­soins des sa­la­riés » et à re­con­naître les com­pé­tences ac­quises par les pa­rents dé­lé­gués dans le cadre de leur man­dat.

Au­de­là de ce tout nou­veau dis­po­si­tif, c’est un vé­ri­table sta­tut du pa­rent dé­lé­gué qui a été mis en place du­rant l’an­née sco­laire 2016­2017, avec l’am­bi­tion de « per­mettre aux fa­milles d’être as­so­ciées à la vie de l’école ».

« Le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment a beau­coup tra­vaillé sur le su­jet, le gou­ver­ne­ment ac­tuel y est aus­si très at­ta­ché, re­marque Da­vid Au­bailly. Avant d’être mi­nistre de l’édu­ca­tion na­tio­nale, Jean­mi­chel Blan­quer avait d’ailleurs initié la mal­lette des pa­rents, des ou­tils uti­li­sés par les équipes édu­ca­tives pour amé­lio­rer les re­la­tions avec les fa­milles. »

Si le sta­tut du pa­rent dé­lé­gué ré­pond à une de­mande des fé­dé­ra­tions de pa­rents d’élèves, il tra­duit « la vo­lon­té de l’édu­ca­tion na­tio­nale de tra­vailler avec les pa­rents », in­siste le pro­vi­seur Vie sco­laire. « L’école ne peut pas faire réus­sir un élève sans les pa­rents. », Voi­là le cre­do de l’édu­ca­tion na­tio­nale au­jourd’hui. Il reste à en convaincre les em­ployeurs. De­puis un an, au­cun chef d’en­tre­prise au­ver­gnat n’a si­gné la charte du pa­rent dé­lé­gué.

« L’école ne peut pas faire réus­sir un élève sans les pa­rents »

PHOTO RÉ­MI DUGNE

L’AVANT-ÉLEC­TION. Le scru­tin se pré­pare avec les pa­rents. Au­jourd’hui, les fa­milles sont étroi­te­ment as­so­ciées à la vie de l’école.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.