Le bois ré­vo­lu­tionne la construc­tion

En re­pre­nant l’en­tre­prise au­rilla­coise Wood Way, le groupe can­ta­lien Ma­tière compte sur le po­ten­tiel cer­ti­fié du pro­cé­dé Ba­tipack, un sys­tème d’éco-construc­tion ra­pide et bon mar­ché, qui a l’am­bi­tion de sup­plan­ter la brique et le par­paing.

La Montagne (Cantal) - - LES MARDIS LES MARDIS DE L'ÉCONOMIE -

est le par­paing du fu­tur. Ba­tipack est un bloc de bois rem­pli de laine de roche 100 % éco­lo. Sept fois plus lé­ger et deux fois plus iso­lant que le bloc de bé­ton et la brique.

De­puis 2009, l’en­tre­prise Wood Way, une PME créée à Au­rillac par le Can­ta­lien Jean­pierre Lad­vie, in­gé­nieur de for­ma­tion, per­met la construc­tion de mai­son à os­sa­ture bois grâce à des pan­neaux mo­du­laires iso­lants, as­sem­blés et main­te­nus par un sys­tème pré­con­traint à base de câbles en acier.

À par­tir de plans d’ar­chi­tecte, le bu­reau d’études dé­ter­mine les types de Ba­tipack et les quan­ti­tés né­ces­saires à la construc­tion d’une mai­son qui se­ra fa­bri­quée en deux à trois jours dans l’ate­lier si­tué aux li­mites du Can­tal et de l’avey­ron, à En­traygues. Li­vrée en pièces dé­ta­chées sur pa­lettes, elle peut être mon­tée en deux jours. Res­tent à réa­li­ser les fi­ni­tions in­té­rieures et ex­té­ rieures, bar­dage bois ou cré­pis.

« Entre 2009 et 2016, nous avons réa­li­sé 120 mai­sons », ex­plique Jean­pierre Lad­vie, qui a pour­tant dû se ré­soudre à cé­der son en­tre­prise. « Je n’avais pas les moyens de dé­ve­lop­per ce pro­duit. Quand on est une pe­tite PME, on est ra­pi­de­ment confron­té au pro­blème du dé­ve­lop­pe­ment, no­tam­ment du cô­té fi­nan­cier. » Et puis, âgé de 60 ans, Jean­pierre Lad­vie a es­ sayé de pé­ren­ni­ser le pro­duit qu’il a créé. Le fait que ce soit le groupe can­ta­lien Ma­tière qui se po­si­tionne a beau­coup joué : « J’avais d’autres offres, des gens in­té­res­sés par le pro­duit mais pas du tout par le Can­tal. La di­men­sion ter­ri­toire a été très im­por­tante dans mon choix. Wood Way compte quand même une ving­taine de sa­la­riés à Au­rillac et sur le site de pro­duc­tion, ba­sée à En­traygues. »

La so­cié­té a donc été in­ té­grée cette an­née dans le groupe can­ta­lien Ma­tière, dont les ponts et struc­tures mé­tal­liques mo­du­laires s’ex­portent dans le monde en­tier. Une réus­site que Ma­tière ai­me­rait bien du­pli­quer au­jourd’hui avec Ba­tipack.

In­ven­té et fa­bri­qué dans le Can­tal

« Ce­la a tou­jours été dans la phi­lo­so­phie de Ma­tière de se di­ver­si­fier et d’al­ler cher­cher de nou­veaux mar­chés, in­dique Ni­co­las Ma­tière, qua­triè­ me gé­né­ra­tion à in­té­grer l’en­tre­prise familiale épo­nyme dans la­quelle il s’oc­cupe de l’en­ti­té Ba­tipack. La construc­tion en bois en France, qu’on le veuille ou non, va jouer une part de plus en plus im­por­tante du fait de l’évo­lu­tion des ré­gle­men­ta­tions. » Avec le prix des éner­gies qui ne cesse d’aug­men­ter et de nou­velles contraintes ré­gle­men­taires à ve­nir dans le monde de la construc­tion, le pro­duit, in­ven­té et fa­bri­qué dans le Can­tal, de­vient très com­pé­ti­tif.

« Ma­tière a tou­jours été convain­cu de l’in­té­rêt de Ba­tipack. On tra­vaillait dé­jà avec Jean­pierre Lad­vie avant qu’il nous cède son en­tre­prise. » Au ni­veau de la per­for­mance, c’est la seule tech­no­lo­gie mo­du­laire bois cer­ti­fiée en France, ce qui per­met donc de ré­pondre à un ap­pel d’offres. Ce pro­duit pré­sente aus­si beau­coup d’avan­tages pour le construc­teur en ma­tière de pra­ti­ci­té et de fa­ci­li­té d’em­ploi. « Il est fa­cile à sto­cker et à trans­por­ter. Il n’y a pas be­soin de ma­chi­ne­rie lourde et le pro­cé­dé s’adapte aux moyens lo­caux où que l’on in­ter­vienne dans le monde. »

Jus­te­ment, à l’étran­ger, il y a de la de­mande pour ce type de struc­tures, pré­cise Ni­co­las Ma­tière, « pour en faire des bâ­ti­ments pu­blics, des écoles, des hô­pi­taux… C’est ce qu’on est en train de re­gar­der au Bur­ki­na­fa so. Et pour l’irak, on re­garde aus­si pour le re­lo­ge­ment des per­sonnes dont les mai­sons ont été dé­truites dans les zones de guerre. »

Ma­tière en­tend bien in­ter­na­tio­na­li­ser ce concept comme il l’a fait avec ses ponts. « Cette an­née, l’ob­jec­tif est de réa­li­ser 2 M€ de chiffre d’affaires, et d’ar­ri­ver à 5 M€ dans les trois ou quatre an­nées à ve­nir. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.