Aït Ba­ri : « C’est une fier­té ! » Pro A

En Haut Ni­veau 1 (HN1), élite de 36 ar­bitres fran­çais, il y avait Paul An­ti­phon. De­puis sep­tembre, un se­cond Au­ver­gnat siffle en Pro A : Ah­med Aït Ba­ri. Une ac­ces­sion que le Cour­non­nais de 38 ans vit avec bon­heur et fier­té.

La Montagne (Cantal) - - SPORTS -

Mais ce­la m’a for­gé et j’ai en­gran­gé beau­coup d’ex­pé­rience, ren­con­tré beau­coup de monde.

Oui, de mes dix der­nières an­nées de tra­vail. J’ai tra­ver­sé tel­le­ment de dif­fi­cul­tés, de mo­ments de doute ; les gens ne font pas for­cé­ment de ca­deaux. Je dois mon par­cours à moi­même, mes ef­forts et mon ab­né­ga­tion, à ma fa­mille aus­si. D’y par­ve­nir, c’est une bonne bou­teille d’oxy­gène.

Pau­nan­terre, le 26 sep­tembre ! Su­per : j’ai eu la chance d’ar­bi­trer avec Jo­seph Bis­sang, ar­bitre in­ter­na­tio­nal, et Gilles Bre­tagne, notre doyen aux 30 an­nées de Pro A, qui ont été mes deux for­ma­teurs de­puis 10 ans. De­vant ces deux belles équipes de Pro A dans une grosse am­biance, on se dit : je les re­gar­dais à la té­lé et là, je les ar­bitre. C’est un plai­sir et une fier­té.

On doit être plus juste, plus pré­cis, moins dans l’er­reur. Il y a tel­le­ment d’en­jeux fi­nan­ ciers, mé­dia­tiques et spor­tifs. Et être plus en­core dans le ma­na­ge­ment que dans la sanc­tion. On ma­nage des ac­teurs, au fi­nal.

Ef­fec­ti­ve­ment, il y a en­core des éche­lons (

Mon ob­jec­tif, c’est d’abord de du­rer en Pro A, car c’est un ni­veau re­mis en ques­tion chaque an­née et les roo­kies ont en­core moins le droit à l’er­reur, et d’ac­cé­der à des fi­nales, à des matches im­por­tants. La pro­chaine étape se­ra de pas­ser 2e ar­bitre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.