En­fants et pa­rents en bonne cam­pa­gnie

En sept ans, l’as­so­cia­tion Pa­rents, en­fants et cam­pa­gnie est de­ve­nue une ré­fé­rence dans le sou­tien à la pa­ren­ta­li­té en mi­lieu ru­ral, en iti­né­rance, entre Saint­Dier­d’Au­vergne, Billom et Chi­gnat, dans le Puy­de­Dôme.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Cé­cile Ber­gou­gnoux cecile.ber­gou­gnoux@cen­tre­france.com

Ulysse s’ac­croche au pe­tit jouet à rou­lettes co­lo­ré. Il ne veut pas par­tir. À 22 mois, il sait ma­ni­fes­ter son mé­con­ten­te­ment. Bien as­sis sur son ta­pis de jeux bleu, il gri­mace, com­mence à pleu­rer. Vir­gi­nie s’ac­crou­pit et d’une voix douce lui ex­plique : « Nous re­vien­drons une autre fois. Là, il faut al­ler man­ger. » C’est la pre­mière fois que cette ma­man pous­sait la porte du Ca­fé des fa­milles, ce ma­tin­là ins­tal­lé dans une salle mu­ni­ci­pale de Billom ( Puy­de­Dôme). La vi­site est concluante.

De­puis sept ans, c’est la même his­toire. « Parce qu’il y a un vrai be­soin » ré­sume Gaëlle Dué. Elle fait par­tie des pa­rents qui ont créé l’as­so­cia­tion Pa­rents, en­fants et cam­pa­gnie en 2008. « Nous sommes tous, de près ou de loin, des pro­fes­sion­nelles de la pe­tite en­fance, do­mi­ci­liées dans le sec­teur. Nous ve­nions de créer la crèche as­so­cia­tive Les pe­tits dômes, qui fête ses dix ans cette an­née. Et nous vou­lions pour­suivre l’aven­ture avec cette idée de sou­te­nir la pa­ren­ta­li­té en mi­lieu ru­ral, la re­la­tion adulte­en­fant, lut­ter contre l’iso­le­ment social et fa­vo­ri­ser les liens entre les gé­né­ra­tions. » Il n’y a pas de visée thé­ra­peu­tique et ce n’est pas une gar­de­rie.

Concré­ti­sa­tion avec un lieu d’ac­cueil en­fants­pa­rents à Saint­Dier­d’Au­vergne. Deux fois par mois au dé­but. L’as­so­cia­tion re­çoit l’agré­ment de la Caisse d’al­lo­ca­tion fa­mi­liale pour les en­fants de 0 à 6 ans. Puis le sou­tien des élus. Elle sa­la­rie au­jourd’hui deux per­sonnes spé­ci­fi­que­ment for­mées. « L’écoute ac­tive, l’au­to­ri­té bien­veillante sans ou­blier une ana­lyse des pra­tiques pour évo­quer avec un psy­cho­logue les pro­blé­ma­tiques ren­con­trées » , dé­taille Fran­çoise Si­card, l’une des ac­cueillantes.

L’iti­né­rance est aus­si un choix. Le Ca­fé des fa­milles ar­rive donc à Billom il y a cinq ans. Et, en jan­vier 2014, à Chi­gnat. « Dans la fré­quence et la ré­gu­la­ri­té, nous bâ­tis­sons une re­la­tion de confiance pour ceux qui en ont be­soin », as­sure Gaëlle Duée. Comme Kim. Cette tren­te­naire, ma­man d’une pe­tite Ju no, n’ a pas peur d’avouer que « sans eux, je pense que j’ au­rais été hos­pi­ta­li­sée ! ».

L’an­née a été dif­fi­cile. « Une sé­pa­ra­tion, la fa­ mille qui me tourne le dos. Je me suis re­trou­vée très seule avec ma fille. Vrai­ment, ici, j’ai pu ve­nir souf­fler, avoir une écoute, des conseils. Ce­la m’a confor­té dans mes idées. »

Pour une écoute ou juste pour le plai­sir

Kim va aux trois Ca­fés des fa­milles, à Billom, Saint­Dier et Chi­gnat : « Ju­no est avec les autres en­fants. C’est gra­tuit, fa­cile d’ac­cès. Rien n’est com­pli­qué. On sent la bien­veillance ! »

À cô­té d’elle, Ju­no at­trape un mor­ceau de pâte à mo­de­ler. Elle jette un coup d’oeil à Lou­na, 2 ans, qui s’amuse avec Clarisse, 2 ans et de­mi. Sous les yeux de la ma­man pour l’une et de la nou­nou pour l’autre. « Nous dis­cu­tons mais nous ne per­dons ja­mais nos en­fants de vue. Ici, c’est un lieu de so­cia­li­sa­tion pour les pe­tits et de ren­contre pour nous » sou­rit Sa­man­tha, 28 ans, la ma­man de Lou­na.

Elle vient de­puis que sa fille à trois mois, « pour le plai­sir ». Ma­rie aus­si vient pour ça. Nour­rice agréée, elle confie : « Ce mé­tier peut conduire à l’en­fer­me­ment si l’on n’y prend pas garde. Je re­fuse de res­ter chez moi avec les en­fants. » Elle fait aus­si par­tie du Re­lais as­sis­tantes ma­ter­nelles ( Ram). « Je par­ti­cipe aux ate­liers. Ici, c’est com­plé­men­taire. »

Chan­tal, éga­le­ment nou­nou, est sur la même lon­gueur d’onde : « Je conduis les en­fants aux ate­liers du Ram, à la bi­blio­thèque, à l’éveil mu­si­cal. Le Ca­fé des fa­milles, c’est une ou­ver­ture de plus sur le monde » sou­rit­elle. La pré­sence de ces pro­fes­sion­nelles est un plus pour les ma­mans. Au­tour d’ une tasse de ca­fé, elles échangent des conseils. « On fi­nit par se connaître. Je com­mence même à pou­voir dire quel en­fant est à qui ! », ri­gole Sa­man­tha.

Ce ma­tin­là, à Billom, de 9 heures à mi­di, 16 en­ fants de trois mois à 3 ans et 13 adultes ont pous­sé la porte du Ca­fé des fa­milles. « C’est beau­coup », constate Fran­çoise. La salle n’est pas très grande, une soixan­taine de mètres car­rés. Elle a l’oeil par­tout.

« Je leur ex­plique com­ment nous fonc­tion­nons, qui nous sommes. J’offre la pos­si­bi­li­té de par­ler, de se confier puis je m’ef­face. » Au fil des mois, des liens se tissent. Pour long­temps. « Pour as­su­rer la pé­ren­ni­té de l’as­so­cia­tion, des ma­mans entrent au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion une fois les en­fants sco­lar isés. Elles ont plus de temps dis­po­nible. »

Et il y a de quoi faire. Entre autres, à cô­té du Ca­fé des fa­milles, Pa­rents, en­fants et cam­pa­gnie or­ga­nise une lu­do­thèque, par­fois des après­mi­di jeux. Et plus si af­fi­ni­tés.

« Ici, c’est un lieu de so­cia­li­sa­tion pour les pe­tits et de ren­contre pour nous »

BILLOM. Gaëlle Dué ( à droite) et Fran­çoise Si­card, les deux « ac­cueillantes », ce ma­tin-là, du Ca­fé des fa­milles.

PHO­TO FRED MAR­QUET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.