Mi­gno­ni, l’ap­pel sans re­lâche du Top 14

Un an après avoir quit­té Tou­lon et l’élite, le coach de Lyon en réus­site

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS - A Lyon, Valéry Le­fort

Ve­nu à Lyon pour ins­tal­ler le LOU dans l’élite, et sur­tout l’ar­ri­mer dans la du­rée, Pierre Mi­gno­ni est en passe de réus­sir la pre­mière étape.

Il au­rait pu res­ter dans le confort de l’at­te­lage tou­lon­nais. Se conten­ter de sur­fer sur cette vague va­roise qui n’en fi­nit pas de toi­ser l’Eu­rope du rugby. « J’avais en­vie de me mettre en dan­ger, voir ce que je pou­vais faire à la tête d’une équipe », nous avait­il confié l’été der­nier.

« Mi­gnon » était donc at­ten­du au tour­nant de cette Pro D2 qu’il ne connais­sait pas. D’abord par le mi­lieu, cu­rieux de le voir à la barre et pas seule­ment « au cul des mecs ». Mais aus­si par une ville et un club en quête de réus­site et de sta­bi­li­té mê­lées.

Sept mois plus tard, le bi­lan est presque par­fait (voir en­ca­dré ). Ce qui n’em­pêche pas le boss de jouer les pom­piers alors que tout le monde, à ses yeux, s’en­flamme un peu vite. « Ça me gave ! Mais il faut faire les choses dans l’ordre. Bien sûr qu’on est bien par­ti. Bien sûr qu’on tra­vaille pour l’ave­nir, mais mal­gré notre avance, il reste un tra­vail à fi­nir ».

Il l’avoue, il ai­me­rait « être plus vieux d’un gros mois » . De ces quelques matches qui, s’ils tournent à l’avan­tage de ce LOU car­ni­vore, obli­té­re­ront ce sé­same tant re­cher­ché.

Mais dé­jà, à de­mi­mot, il voit plus loin. Car c’est in fine pour ce­la qu’il est ve­nu. « Il faut sta­bi­li­ser le LOU en Top 14. Ce club est mon­té, des­cen­du, sans ja­mais s’in­crus­ter. Il doit en fi­nir avec ce yo­yo ».

Le LOU na­vigue ces temps­ci entre ru­meurs, pro­lon­ga­tions, re­cherche de joueurs. « Il faut être vi­gi­lant à tout. Cer tains mecs flottent et se de­mandent où ils se­ront. Il faut tout as­su­mer, à l’image de notre éti­quette de fa­vo­ri. Ce­la de­mande du ca­rac­tère ».

Avec 22 dé­parts et 15 ar­ ri­vées, Mi­gno­ni a vi­si­ble­ment trou­vé la bonne al­chi­mie mal­gré le manque de temps. À Lyon, l’ex­n° 9 de l’ASM dit « avoir tout pour tra­vailler ». Mais c’est un se­cret de Po­li­chi­nelle, il voit plus grand. « Ici, à Vé­nis­sieux, les struc­tures sont en at­tente car il y a un pro­jet de dé­mé­na­ge­ment sur Ger­land (*). Le club tra­vaille beau­coup sur le su­jet, on de­vrait y ar­ri­ver et je l’es­père pour fran­chir un cap en termes de struc­tures et d’éco­no­mie ».

L’an pro­chain, le LOU res­te­ra tou­te­fois au Mat­mut Sta­dium mais pour­rait en­vi­sa­ger une ou deux dé­lo­ca­li­sa­tions à Ger­land. For­cé­ment, après cette réus­site qui se des­sine (l’ac­ces­sion), Mi­gno­ni sait qu’il se­ra sur­tout at­ten­du au seul vi­rage qui vaille, ce­lui du Top 14. « On va de­voir se ren­for­cer mais je ne de­vrai pas me trom­per sur les hommes. C’est ce chal­lenge qui m’ex­cite : pé­ren­ni­ser la place du LOU. Le stade, c’est bien, mais l’équipe d’abord ».

Une équipe qu’il des­si­ne­ra à sa fa­çon. « At­ten­tion, ce ne se­ra pas une mai­son de re­traite ! » Et si Lyon doit s’em­ployer en sous­main pour at­ti­rer no­tam­ment de jeunes Fran­çais, il au­ra eu du temps. Et on peut pen­ser que le LOU 2016­17 au­ra fière al­lure pour un pro­mu.

( *) L’Olym­pique Lyon­nais a quit­té le stade de Ger­land pour le parc OL Rhône­Alpes Au­vergne si­tué à Dé­cines. Le rugby pour­rait prendre le re­lais et chan­ger ain­si de di­men­sion.

« J’ai été sur­pris par le bon ni­veau de la Pro D2 »

VI­GI­LANT. « Ici, tout le monde ne parle que du Top 14. Comme si c’était dé­jà ac­quis ! Mais il faut fi­nir le bou­lot. Même si c’est bien par­ti, je me dois de gar­der tout le monde en alerte », clame Mi­gno­ni, ici à l’en­traî­ne­ment entre Durand (à gauche) et Ar­nold, le « se­rial-sco­rer » de Pro D2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.