DU TEMPS PRÉ­SENT

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Culture et laï­ci­té

Pour­quoi ne pas fon­der la cri­tique idéo­lo­gique de l’ex­trême droite fran­çaise sur un ar­gu­men­taire sé­rieux : elle conjugue Hun­ting­ton ( une culture est meilleure qu’une autre) et Carl Sch­mitt (Le « nous » de la culture abs­trai­te­ment éri­gée en norme s’op­pose au « eux » de la culture abs­trai­te­ment in­fé­rio­ri­sée comme l’ami à l’en­ne­mi). Aux an­ti­podes de l’uni­ver­sa­lisme laïque, elle ré­ha­bi­lite une nou­velle fi­gure de l’eth­no­cen­trisme. Exal­ter l’Oc­ci­dent chré­tien contre l’Orient mu­sul­man et ses re­pré­sen­tants sup­po­sés en France n’a rien à voir avec la laï­ci­té. C’est une fa­çon d’usur­per un mot sans en as­su­mer le sens pré­cis. La laï­ci­té est en ef­fet un dis­po­si­tif uni­ver­sa­liste qui s’in­ter­dit de pri­vi­lé­gier tout par­ti­cu­la­risme et, en ce sens, met tous les types de convic­tions spi­ri­tuelles à éga­li­té en les trai­tant comme des op­tions libres, mais qui n’en­gagent que leurs adeptes car elles sont par­ti­cu­lières. Un exemple. La pré­ten­due laï­ci­té du Front Na­tio­nal c’est la crèche chré­tienne ins­tal­lée dans la mai­rie de Bé­ziers cou­plée à l’in­ter­dic­tion des pa­ra­boles qui per­mettent l’écoute de ra­dios mu­sul­manes. Une dé­marche dou­ble­ment an­ti­laïque. D’une part on ré­in­tro­duit la re­con­nais­sance pu­blique de la re­li­gion sup­po­sée iden­ti­taire ( chré­tienne). La mai­rie est pour­tant la mai­son de tout le peuple, athées et divers croyants réunis, sans dis­tinc­tion ni pri­vi­lège. D’où sa né­ces­saire neu­tra­li­té, co­rol­laire de son sens uni­ver­sel. Fon­der un pri­vi­lège re­li­gieux au nom de la culture, c’est dé­tour­ner les mots de leur si­gni­fi­ca­tion en confon­dant ce qui est dis­tinct : culte et culture. D’autre part on viole la li­ber­té de la sphère pri­vée par une in­ter­dic­tion ci­blée sur les ci­toyens de confes­sion mu­sul­mane, donc dis­cri­mi­na­toire. Une telle me­sure blesse la li­ber­té de conscience et l’éga­li­té de trai­te­ment par une in­ter­ven­tion illé­gi­time de la puis­sance pu­blique. Dans sa confé­rence pour l’Unes­co in­ti­tu­lée « Race et his­toire » Claude Lé­vi Strauss rap­pe­lait, en 1953, que nulle hié­rar­chie abs­traite des cultures n’est lé­gi­time. Tout cri­tère de com­pa­rai­son est en ef­fet re­la­tif. Le sort ré­ser­vé aux per­sonnes âgées dans les so­cié­tés dites « pri­mi­tives » les place bien au­des­sus des so­cié­tés dites dé­ve­lop­pées en rai­son de leur éco­no­mie. Par ailleurs la no­tion de culture ne doit pas seule­ment re­cou­vrir l’en­semble sta­tique des tra­di­tions, us et cou­tumes d’un groupe hu­main à un mo­ment de son his­toire. Ap­pe­lée iden­ti­té col­lec­tive, une telle culture de­vient une ma­chine idéo­lo­gique à fa­bri­quer l’en­fer­me­ment com­mu­nau­ta­riste. La culture, au sens dy­na­mique, c’est le pro­ces­sus d’au­to­pro­duc­tion de l’homme par lui­même. Un tel pro­ces­sus n’a rien d’une sou­mis­sion in­dé­fi­nie aux tra­di­tions d’une époque. Co­lere, en la­tin, c’est soi­gner, et amé­lio­rer. L’agri­cul­tor soigne la terre pour lui faire pro­duire l’utile. L’élève se cultive pour pen­ser par lui­même grâce à l’ins­ti­tu­teur qui le conduit à se pas­ser de maître. En ce sens la culture de soi est comme la culture de la terre un pro­ces­sus dy­na­mique qui spé­ci­fie l’hu­ma­ni­té comme his­toire libre. Une li­ber­té ra­di­cale qui fait ap­pel des op­pres­sions sé­di­men­tées et sa­cra­li­sées par les re­li­gions, comme on le voit à pro­pos de la do­mi­na­tion pa­triar­cale sur le « deuxième sexe ». Ain­si la culture sub­ver­tit les cultures au nom des droits hu­mains. La laï­ci­té n’est pas une simple sé­cu­la­ri­sa­tion, en­ten­due comme trans­fert à l’au­to­ri­té ci­vile, ins­crite dans le siècle, de normes re­li­gieuses qui sa­cra­li­sèrent des do­mi­na­tions. En pro­ve­nance de la Bible, la no­tion ma­chiste de « chef de fa­mille » s’est en ef­fet sé­cu­la­ri­sée, et pour pro­mou­voir l’éga­li­té des sexes il a fal­lu la sup­pri­mer du li­vret de ma­riage. En épou­sant le pro­ces­sus dy­na­mique de la culture comme dé­pas­se­ment cri­tique de la tra­di­tion, la laï­ci­té s’en­tend donc comme éman­ci­pa­tion (en la­tin, eman­ci­pa­tio si­gni­fie sor­tie du man­ci­pium, c’est­à­dire du do­maine pa­ter­nel).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.