L’écri­vain Jean An­glade fait che­va­lier

L’im­mense écri­vain au­ver­gnat dis­tin­gué dans l’Al­lier alors qu’il court vers son 101e prin­temps

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - Sté­pha­nie Mé­na ste­pha­nie.me­na@cen­tre­france.com

Jean An­glade a en­fin re­çu les in­signes de che­va­lier de la Lé­gion d’hon­neur. Une dis­tinc­tion re­mise par l’aca­dé­mi­cien bour­bon­nais Jean Clu­zel, hier, à Bran­sat.

Le pa­triarche des lettres au­ver­gnates. Le Pa­gnol au­ver­gnat. « C’est un roc ! C’est un pic ! C’est un cap ! Que dis­je ? » Les mé t a p h o re s n’o n t pa s man­qué hier ma­tin, pour qua­li­fier Jean An­glade, éle­vé au rang de che­va­lier de la Lé­gion d’hon­neur alors qu’il va al­lè­gre­ment vers son 101e prin­temps.

« En­fin ! Vous re­ce­vez la croix de che­va­lier » , s’est ré­jouit l’aca­dé­mi­cien Jean Clu­zel qui re­ce­vait chez lui, à Bran­sat, au coeur de l’Al­lier, l’écri­vain au­ver­gnat, pour lui re­mettre la dé­co­ra­tion (*).

Dans leur dis­cours, les per­son­na­li­tés se sont at­ta­chées à re­le­ver le ca­rac­tère « uni­ver­sel » de son oeuvre, alors que Jean An­glade a l ong­temps été qua­li­fié d’écri­vain ré­gio­na­liste. « Vous avez peint fi­dè­le­ment et ri­gou­reu­se­ment votre Co­mé­die hu­maine », a sou­li­gné l’agri­cul­trice et so­cio­logue bour­bon­naise Mi­chèle De­bord. « Qu’au­riez­vous à en­vier à Bal­zac ? Vous avez bros­sé votre fresque so­ciale, en as­sem­blant des fi­gures, des ar­ché­types hu­mains, des pas­sions, en amas­sant des faits, des évé­ne­ments… »

En cent ans – il est né le 18 mars 1915 – Jean An­glade a écrit 128 ou­vrages, des ro­mans ma­jo­ri­tai­re­ment, mais aus­si des es­sais et des tra­duc­tions car cet an­cien ins­ti­tu­teur est éga­le­ment agré­gé d’ita­lien.

Dans ses brefs re­mer­cie­ments, Jean An­glade a ré­pé­té, sy­billin : « Qui va pia­no va sa­no, qui va forte, va a la morte » . Une formule juste qui a plu à Jean Clu­zel : « Il faut sa­ voir dis­cer­ner sous les ori­peaux de la foire aux idées ce qui fait la force de notre ci­vi­li­sa­tion, le juste et l’hon­neur, contre le confor­misme de la pen­sée. Comme, cher Jean An­glade, vous le faites de­puis si long­temps ».

Pour re­ce­voir sa dé­co­ra­tion, l’écri­vain était en­tou­ré de sa fa­mille, de son bio­graphe Jean­Paul Pou­rade – l’ou­vrage doit pa­raître à l’au­tomne – et du réa­li­sa­teur Yves Cour­tha­liac. Ce der­nier est l’au­teur du film sur l’en­fance de Jean An­glade, À l’École de ma vie. Il tourne ac­tuel­le­ment un documentaire sur l’au­teur que les images de la cé­ré­mo­nie d’hier clô­tu­re­ront.

( * ) E n pr é s e n c e d’e n v i r o n soixante­dix per­sonnes, dont la confré­rie des Fins Pa­lais, le pré­fet de l’Al­lier, Ar­naud Co­chet, le conseiller dé­par­te­men­tal Ga­briel Maquin, l’an­cien dé­pu­té Jean Mal­lot…

DIS­TINC­TION.

Jean An­glade a re­çu la Lé­gion d’hon­neur des mains de Jean Clu­zel à Bran­sat (03) hier ma­tin.

PHO­TO FRAN­ÇOIS-XA­VIER GUTTON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.