Fron­tière

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE -

Par cette dé­mar­ca­tion tran­sitent armes et com­bat­tants ar­ri­vés de plus de 80 pays à tra­vers le monde. Bien­veillante, la Tur­quie y a lais­sé s’in­fil­trer des mil­liers de dji­ha­distes, qui ont long­temps re­pas­sé en toute im­pu­ni­té cette fron­tière pour se faire soi­gner dans des hô­pi­taux, tan­dis que des ai­gre­fins écou­laient sur le mar­ché noir pé­trole et an­ti­qui­tés vo­lées par Daech en Irak et en Sy­rie. Il pa­raît loin le temps où les in­dus­triels turcs com­mer­çaient avec leurs voi­sins d’Alep, la se­conde ville de Sy­rie si­tuée à 40 km seule­ment de cette fron­tière. D’abord ré­frac­taire à la ré­volte, la ci­té qui abri­tait l’un des plus beaux souks du MoyenO­rient avant que la guerre ne le dé­fi­gure, se lan­ça corps et âme dans la ré­volte an­ti­As­sad. À l’été 2012, Alep faillit même tom­ber. De­puis, la ville est par­ta­gée entre les quar­tiers loya­listes de l’ouest – où vit no­tam­ment la mi­no­ri­té chré­tienne – et des sec­teurs à l’est, te­nus par les in­sur­gés, mé­lange hé­té­ro­clite de mo­dé­rés et d’is­la­mistes que la vio­lence des bom­bar­de­ments de l’ar­mée sy­rienne, sou­vent aux ba­rils rem­plis d’ex­plo­sifs, a ra­di­ca­li­sés. Bâ­ti­ments éven­trés, an­ciens hô­tels en ruines, Alep est une ville meur­trie par la guerre. Et pour­tant, comme me le rap­pe­lait l’autre jour l’évêque Mgr Jeam­bart dans une lettre qui mit deux longs mois pour par­ve­nir jus­qu’en France, un sem­blant de vie conti­nue. al­Sa­la­mah – la porte de la paix en arabe qui porte bien mal son nom – que la Tur­quie ne se dé­cide tou­jours pas à ou­vrir, mal­gré les di­zaines de mil­liers de ré­fu­giés qui s’en­tassent dans des camps de for­tune. Ex­té­nués, cer­tains com­bat­tants se rendent, mal­gré l’hu­mi­lia­tion que le ré­gime leur im­pose. « Il nous de­mande d’aban­don­ner nos armes, comme des lâches, quel cy­nisme ! », s’em­porte un de ces re­belles, joint au té­lé­phone. D’autres se ré­signent à pas­ser dans les quar­tiers loya­listes d’Alep. D’autres, en­fin, se ré­fu­gient chez les Kurdes aux­quels les re­belles re­prochent pour­tant un double

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.