Dans les pas de Tho­reau

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Fran­çois Gra­ve­line

Lire Georges Picard, mo­ra­liste éclai­ré éga­ré en notre temps, est un ré­gal pour l’es­prit.

Rien que les titres de ses livres donnent une idée de ce­lui qu’on sur­nomme l’ana­cho­rète du XVe ar­ron­dis­se­ment : Mer­ci aux am­bi­tieux de s’oc­cu­per du monde à ma place ou Le gé­nie à l’usage de ceux qui n’en ont pas.

On se­rait presque dé­çu par ce­lui de son der­nier opus, Le sage des bois, mais l’iro­nie de ce « phi­lo­sophe fa­cé­tieux » , est par­tout pré­sente dans ce ro­man hu­mo­ris­tique, à la nos­tal­gie lé­gère et aux per­son­nages fan­tasques. Son hé­ros, étu­diant en phi­lo­so­phie et en di­let­tan­tisme, se prend de pas­sion pour Wa l d e n o u l a v i e dans les bois de Hen­ry Da­vid Tho­reau, et se pique de vivre dans une ca­bane au fond des bois comme l’es­sayiste amé­ri­cain.

Mais de la théo­rie à la pra­tique, il y a plus qu’un pas, d’au­tant que la vieille Eu­rope du XXIe siècle n’a que peu à voir avec le Mas­sas­su­chets du XIXe.

Avec comme bré­viaire Wal­den, qu’il cite à tout bout de champ (« Le plus vi­vant, c’est le plus sau­vage »), notre sage des bois, mo­qué par ses amis, et avec sa jeu­nesse comme bous­sole, fi­nit par s’ar­ra­cher à la ca­pi­tale, ga­gner la So­logne, puis le Can­tal.

Che­min fai­sant, on dé­couvre un Tho­reau, plus com­plexe que ce que le ré­duc­tion­nisme éco­lo en a f a i t , s u bv e r s i f ( i l e s t l’au­teur de la Déso­béis­sance ci­vile) poète et in­di­vi­dua­liste, tout en sa­vou­rant la plume de ce Cio­ran dé­bon­naire : « com­ment ne pas sou­hai­ter à tout homme un égoïsme bien­fai­sant qui le dis­pense d’em­mer­der ses sem­blables. »

Et ce livre fi­ni, on n’a qu’une en­vie : lire da­van­tage de Tho­reau et da­van­tage de Picard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.