Le banc tri­co­lore et les choix de No­vès ont fait la dif­fé­rence

Le jeu et les joueurs

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS RUGBY - À Saint-De­nis, Valéry Le­fort

L’en­trée en jeu des pi­liers no­tam­ment, très vite en dé­but de se­conde pé­riode, a ai­dé à construire ce suc­cès.

Mé­dard (6). Il a par­fois gâ­ché sur ses re­lances, ou­bliant no­tam­ment ( sciem­ment ?) deux fois Va­ka­ta­wa à ses cô­tés. Son es­sai dé­livre les Bleus, éclaire l’ho­ri­zon et sauve son match.

Tho­mas ( 4). On ne l’a pas vu. Pas ser vi par la p re m i è re p é r i o d e d e s Bleus ni par le temps. Un re­tour ano­nyme, comme sa sor­tie.

Mer­moz (5,5). Il a es­sayé de cas­ser le ver­rou ir­lan­dais à plu­sieurs re­prises. Pas tou­jours ré­com­pen­sé. Vo­lon­taire et ré­gu­la­teur der­rière. Un match as­sez sé­rieux pour le Tou­lon­nais.

Dan­ty ( 5,5). Il est al­lé sou­vent « pé­ter », mi­mant par trop ce Bas­ta­reaud qu’il est sup­po­sé faire ou­blier. Une co­pie plu­tôt brouillonne.

Va­ka­ta­wa (5,5). Les images de ses dé­buts et son pas­sage au 7 ne sont pas pas­sés in­aper­çus. Donc le voi­là sur­veillé comme le lait sur le feu. N’a pas eu beau­coup d’es­paces pour ex­pri­mer son ex­plo­si­vi­té.

Plis­son (5). Une pre­mière pé­riode ra­tée, à l’image de cette passe au pied ca­tas­tro­phique dans ses propres 22. Plus à l’aise par la suite derr ière un pack conqué­rant. Un sur deux sur pé­na­li­té, et un drop ra­té.

Bé­zy (5,5). Le Tou­lou­sain a haus­sé son ni­veau de jeu par rap­port à la se­maine pas­sée. Plus vif, da­van­tage au sou­tien.

Ca­ma­ra (4,5). Fé­brile, il a tom­bé deux bal­lons et long­temps eu du mal face à la puis­sance ir­lan­daise.

Chou­ly (6,5). Il a fait ce qu’il sait faire de bien, no­tam­ment en touche. Ses bal­lons por­tés ont aus­si gê­né les Celtes. Pré­sent en dé­fense. Un es­sai mar­qué mais re­fu­sé. Il a mis le casque à pointe.

Lau­ret ( 5,5). Un ren­du in­égal. Une in­dé­niable ac­ti­vi­té dé­fen­sive, mais aus­si du dé­chet.

Maes­tr i ( 6). Dans son ha­bi­tuel re­gistre, dur au mal, pré­sent au com­bat. Sans éclat, mais sans réelle faille.

Flan­quart (6). Il avait été no­tam­ment choi­si pour contrer la tour de contrôle ir­lan­daise To­ner (2,09 m). Un match sé­rieux, ac­tif, à dé­faut d’être gé­nial.

Ato­nio (4,5). Il a dé­bu­té son match par une faute au sol. En mê­lées fer­mées, même face à la dou­blure de Ross, il a pei­né. Quelques charges à son ac­tif.

Gui­ra­do ( 7). Le ca­pi­taine, in­hi­bé et brouillon face aux Ita­liens, a chan­gé là de bra­quet. Un match d’en­ver­gure, une pré­sence de tous les diables sur les points chauds.

Poi­rot ( 5,5). Une grosse ac­ti­vi­té dé­fen­sive même s’il avance peu à l’im­pact. Un match propre pour l’an­cien Bri­viste.

L e s re m p l a ç a n t s . La France a in­ver­sé le cours de ce match grâce à son banc. Quelle en­trée en ma­tière pour les pi­liers Sli­ma­ni et Ben Arous (res­sor­ti sur bles­sure) dès la 45e ! Je­dra­siak et Gou­jon, très bons pen­dant 12 mi­nutes, leur ont em­boî­té le p a s. Me n t i o n s p é c i a l e pour Ma­che­naud, vif et ins­pi­ré à la mê­lée. On le voit sou­vent sou­ve­rain a v e c l e Ra c i n g 9 2 . I l a mon­tré hier qu’il pou­vait en­dos­ser le cos­tume. Chat se sou­vien­dra long­temps de sa pre­mière sé­lec­tion, avec une pre­mière en­trée sur sai­gne­ment de Gui­ra­do puis une fin de par­tie ra­geuse pour hu­mer le goût si par­ti­cu­lier d’une vic­toire ar­ra­chée avec du ca­rac­tère.

PI­LIERS. Sli­ma­ni, ici avec Maes­tri, a été de ceux qui ont per­mis d’in­ver­ser la ten­dance en en­trant en jeu très tôt. Un choix du boss.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.