Un sport bon pour le coeur et le souffle

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - GRAND ANGLE -

Le so­leil éblouis­sant, brillant sur la pou­dreuse, la neige que l’on sou­lève à chaque en­jam­bée et qui rend les cuisses lourdes, le vent gla­cé qui rem­pli nos pou­mons brû­lants… La marche en ra­quette n’est pas dif­fi­cile, mais elle ré­clame son lot d’ef­forts.

Tout comme la marche nor­dique, la ra­quette est une ac­ti­vi­té grand pu­blic qui se pra­tique sans grande ex­pé­rience préa­lable. Elle per­met pour­tant de brû­ler en moyenne 600 ca­lo­ries par heures, soit une cen­taine de plus que la ran­don­née clas­sique.

« Gé­né­ra­le­ment, on marche à en­vi­ron 2 km à l’heure », in­dique Jean­Luc Ran­vier, du Bu­reau des ac­com­pa­gna­teurs en mon­tag n e d e S u p e r ­B esse. « C’est bon pour le coeur et pour l e s o u f f l e. On prend l’air grâce à l’al­ti­tude. » Pro­blèmes de dia­bète, ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires, can­cers, hy­per­ten­sion, la marche en ra­quettes est l’en­ne­mie de bien des maux. Au ni­veau mus­cu­laire, elle est non­trau­ma­ti­sante. Peu de risque de bles­sures donc, à part en cas de chute ou pire, d’ava­lanche. Mais ce sont là des risques com­ muns aux sports de mon­tagne. Au contraire, les ra­quettes font fonc­tion­ner un grand nombre de muscles et d’ar­ti­cu­la­tions. Outre les cuisses et les fesses, les bâ­tons de marche fe­ront aus­si tra­vailler tout le haut du corps. Ain­si, même si les bons mar­cheurs se­ront plus à leurs aises au cours du pé­riple : « Il est pos­sible de faire des ran­don­nées à ra­quettes dès 5 ans. Il suf­fit de ne pas être trop sé­den­taire et d’être prêt à mar­cher au mi­ni­mum une heure et de­mie » , se­lon Jean­Luc Ran­vier.

Une bonne mé­téo: la condi­tion es­sen­tielle

« La dif­fi­cul­té de l’exer­cice va dé­pendre de la neige », pour­suit le guide. Un ver­glas se­ra très dif­fi­ci­le­ment pra­ti­cable. Une pou­dreuse épaisse est plus ap­pro­priée, « même si ce­lui qui ouvre la marche au­ra plus de mal à sou­le­ver la neige ».

Ba­lades en fo­rêt al­ter­nées de tra­ver­sées de pla­teaux, la ra­quette est aus­si très bonne pour le mo­ral. Mais là en­core, un vent trop violent pour­rait trans­for­mer la ba­lade en lutte contre les élé­ments. Quoi de plus re­vi­go­rant, fi­na­le­ment ?

EF­FORT.

Muscles et ar­ti­cu­la­tions.

PHO­TO JEAN-LOUIS GORCE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.