Le trou­peau de 317 che­vreaux anéan­ti

Le feu s’est dé­cla­ré vers mi­nuit, dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - RÉGION - Ro­main Béal

Dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di, un in­cen­die s’est dé­cla­ré dans la nur­se­rie d’une ex­ploi­ta­tion agri­cole de Lou­roux- Bour­bon­nais ( Al­lier), au lieu- dit « Les Blains ». 317 che­vreaux ont pé­ri.

« C’est une ca­tas­trophe, té­moigne Bas­tiaan Smolders, pro­prié­taire de cette ex­ploi­ta­tion de près de 300 hec­tares. Ils sont tous morts as­phyxiés, ils étaient sans doute en train de dor­mir. Heu­reu­se­ment qu’ils n’ont pas trop souf­fert. »

Car à l’in­tér ieur de la nur­se­rie, tout a brû­lé. Les corps cal­ci­nés des che­vreaux jonchent le sol, et les poutres mé­tal­liques qui sou­tiennent la toi­ture ont ployé sous la puis­sance des flammes. « Le bâ­ti­ment est com­plè­te­ment fou­tu, pour­suit l’agri­cul­teur. Même la salle de traite, ados­sée à la nur­se­rie, est en­dom­ma­gée. Les flammes sont pas­sées à tra­vers. »

Pour­tant, quand à 22 h 45, il fait la tour­née de ses bêtes avant de se cou­cher, tout semble nor­mal. « Le soir tu passes, tout va bien. Et à une heure du ma­tin, ils sont tous morts », se dé­sole­t­il.

Se­lon lui, l’or igine de l’in­cen­die se­rait élec­trique. « Un ex­pert est pas­sé pour consta­ter les dé­gâts. Il pense aus­si que ça vient de l’ar­moire élec­trique, mais on ne sait pas trop, rien n’est sûr ». L’em­bra­se­ment au­rait été ra­pide, no­tam­ment à cause de la pré­sence de bottes de pailles et de poudre de lait ex­trê­me­ment in­flam­mable, sto­ckée à cô­té de l’ar­moire élec­trique. L’iso­la­tion du pla­fond, en po­ly­es­ter, et la li­tière en paille très sèche, in­hé­rente à une nur­se­rie, n’ont rien ar­ran­gé.

Jus­qu’à 1.000° C à l’in­té­rieur

« Les pom­piers sont ar­ri­vés en quinze mi­nutes, ra­conte Bas­tiaan. Mais l’in­ter­ven­tion s’est pro­lon­gée jus­qu’à cinq heures du ma­tin. Ils m’ont dit que la tem­pé­ra­ture était mon­tée à 1.000 °C à l’in­té­rieur. »

L’ex­ploi­tant, qui em­ploie trois per­sonnes, comp­tait sur ces che­vreaux pour aug­men­ter son chep­tel et se lan­cer dans la pro­duc­tion de fro­mages. Son as­su­rance lui a dé­jà cer­ti­fié que tout se­rait pr is en charge.

L’in­cen­die a mo­bi­li­sé huit ca­mions et une ving­taine de sa­peurs­pom­piers ve­nus de Cosne­d’Al­lier, Mont­lu­çon, Ville­fran­ched’Al­lier, et Cérilly. La com­mu­nau­té de bri­gades de Cérilly, en charge de l’en­quête, de­vra dé­ter­mi­ner l’ori­gine exacte du si­nistre.

IN­CEN­DIE. Les 317 che­vreaux se­raient morts as­phyxiés, avant d’être en­suite car­bo­ni­sés, as­sure l’éle­veur. PHO­TO FLORIAN SALESSE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.