Dans les salles obs­cures

Dans les salles obs­cures se jouent de drôles de jeux, très in­times. Les dé­mê­ler peut re­le­ver du jeu, entre rire et sé­rieux.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAG DIMANCHE - Da­niel Martin da­niel.martin@cen­tre­france.com

Le ci­né­ma, consi­dé­ré non comme un art ou une es­thé­tique, mais comme source d’émo­tions. Ce qu’il pro­duit sur le spec­ta­teur. Pro­voque ou ré­vèle en lui. Une idée qu’Olivia Ro­sen­thal a dé­jà dé­ve­lop­pée dans Ils ne sont pour rien dans mes larmes (*) et re­prend en trois temps, trois films : Alien (une té­tra­lo­gie), Les Oi­seaux d’Hit­ch­cock, Bam­bi & Co, à sa­voir Le Livre de la jungle, deux des­sins ani­més de Walt Dis­ney réa­li­sés à des an­nées de dis­tance.

Un en­semble dis­pa­rate mais re­lié par des ques­tions com­munes, les siennes. L’édu­ca­tion comme une do­mes­ti­ca­tion, ou non ; la fa­mille comme lieu idéal d’épa­nouis­se­ment, ou non ; la ma­ter­ni­té sous tous les angles.

Sé­rieux ? Oui et non. Car on ne sait ja­mais sur quel pied elle danse, Ro­sen­thal, entre rire et sé­rieux. Ce qui ajoute au plai­sir de lec­ture, au trouble : par où va­t­elle nous pié­ger, dé­bus­quer notre confor­misme, notre sen­ti­men­ta­lisme, notre niai­se­rie ? S’en mo­quer gen­ti­ment. La lec­ ture se fait jeu ou ana­lyse.

Comme on ne peut dire toute la ri­chesse de ce livre, un exemple. Quand elle as­siste pour la pre­mière fois à la mort de la mère de Bam­bi, elle pleure ; 45 ans plus tard, re­voir la scène lui per­met « d’af­ fron­ter ( ses) vieux dé­mons, de trans­gres­ser un in­ter­dit, de (se) pré­pa­rer à la mort de ( sa) mère, de gran­dir ».

Bien. Ce qu’elle re­lie au fait que le ci­né­ma nor­ma­lise et condi­tionne aus­si, on le sait. D’où cette lec­ture du trai­te­ment que ré­serve Dis­ney, le conser­va­teur, à Mow­gli, l’en­fant sau­vage. En 1967, il est son pire en­ne­mi, « ce­lui qui fe­ra la ré­vo­lu­tion sexuelle avec ses amis hip­pies ». Il le ra­mène à la ci­vi­li­sa­tion, le ma­rie, en fait « le re­pré­sen­tant de la fa­mille, de l’hé­ri­tage et du bon­heur conju­gal, en même temps qu’il le trans­forme en fu­tur chas­seur, en fu­tur tueur de la mère de Bam­bi ».

(*) Des témoignages de spec­ta­teurs, en­ca­drés de deux textes à pro­pos des

qui tou­jours la font pleu­rer à chaudes larmes, sans qu’elle en sache la rai­son. La cherche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.