Da­vid Ca­me­ron: « L’UE nous donne le meilleur des deux mondes »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE -

Le Pre­mier mi­nistre bri­tan­nique, Da­vid Ca­me­ron, s’est lan­cé dans la ba­taille pour convaincre les Bri­tan­niques de vo­ter en fa­veur du main­tien dans l’UE, an­non­çant un ré­fé­ren­dum le 23 juin.

Au len­de­main de l’ac­cord ar­ra­ché à Bruxelles à ses ho­mo­logues eu­ro­péens, le di­ri­geant bri­tan­nique a ré­ité­ré que le Royaume­Uni se­ra « plus fort, plus en sé­cu­ri­té et plus pros­père au sein d’une union eu­ro­péenne ré­for­mée » , lors d’une brève al­lo­cu­tion de­vant le 10, Dow­ning Street, à l’is­sue d’un Con­seil des mi­nistres de deux heures. « Nous sommes proches de l’une des plus im­por­tantes dé­ci­sions de notre vie » , a sou­li­gné Da­vid Ca­me­ron, qui joue là sa place dans l’His­toire.

Plai­dant pour le main­tien de son pays dans l’UE, il a sou­li­gné que ce­la « nous donne le meilleur des deux mondes », es­ ti­mant que la quit­ter se­rait « un plon­geon dans l’in­cer­ti­tude » et me­na­ce­rait l’éco­no­mie et la sé­cu­ri­té du Royaume­Uni.

La par­tie s’an­nonce très dé­li­cate : avec 53 %, les Bri­tan­niques par­ti­sans d’une sor­tie de l’UE de­van­çaient en jan­vier ceux d’un main­tien (47 %), se­lon un son­dage de l’ins­ti­tut Sur­va­tion.

Si l’ac­cord qu’il a né­go­cié à Bruxelles a été ac­cueilli avec scep­ti­cisme par la presse con­ ser va­trice, Da­vid Ca­me­ron a re­çu un ap­pui de poids de sa mi­nistre de l’In­té­rieur, The­rese May, eu­ros­cep­tique no­toire, qui s’est ran­gée dans la cam­pagne pour le oui. « L’Union eu­ro­péenne est loin d’être par­faite et cet ac­cord doit faire par­tie d’un pro­ces­sus per­ma­nent de chan­ge­ment et de ré­forme […] mais pour des rai­sons de sé­cu­ri­té, de pro­tec­tion contre le crime et le ter­ro­risme, de com­merce avec l’Eu­rope et d’ac­cès aux mar­chés mon­diaux, l’in­té­rêt na­tio­nal est de res­ter membre de l’UE », a­telle dé­cla­ré.

« Une oc­ca­sion en or » pro­clament les eu­ro­phobes

Dans la fou­lée de la réunion du ca­bi­net, cinq mi­nistres ont an­non­cé leur vo­lon­té de faire cam­pagne pour une sor­tie de l’UE, dont ceux de la Jus­tice, Mi­chael Gove, et du Tra­vail, Iain Dun­can Smith, membres dé­cla­ rés du puis­sant cou­rant eu­ros­cep­tique au sein du par­ti To­ry.

Et une in­con­nue per­siste : Bo­ris John­son, le tru­cu­lent et po­pu­laire maire de Londres, can­di­dat à la suc­ces­sion de Da­vid Ca­me­ron, n’a tou­jours pas an­non­cé sa po­si­tion.

Du cô­té des eu­ros­cep­tiques convain­cus, comme le chef du par­ti eu­ro­phobe et an­ti­im­mi­gra­tion Ukip, Ni­gel Fa­rage, la messe est dé­jà dite. « 23 juin : une oc­ca­sion en or. Bat­tons­nous pour re­prendre le contrôle de notre pays ! », a­t­il twee­té.

Le Pre­mier mi­nistre va de­voir me­ner « une lutte achar­née » pour convaincre ses com­pa­triotes, a pré­ve­nu le quo­ti­dien The Times, af­fi­chant son scep­ti­cisme face à l’ac­cord ob­te­nu à Bruxelles comme la plu­part des titres de la presse bri­tan­nique – à l’ex­cep­tion du Guar­dian et du Fi­nan­cial Times.

RÉ­FÉ­REN­DUM.

La par­tie s’an­nonce dé­li­cate pour le Pre­mier mi­nistre.

AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.