Fran­çois Hol­lande sif­flé et cha­hu­té

In­sultes pour le pré­sident de la Ré­pu­blique et heurts pour l’inau­gu­ra­tion de la 53e édi­tion

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE -

Un pré­sident hué et in­sul­té par des éle­veurs, des heurts au­tour du stand du gou­ver­ne­ment dé­mon­té par des ma­ni­fes­tants, et des éle­veurs qui crient leur dé­tresse : le Sa­lon de l’Agriculture s’est ou­vert dans un cli­mat d’ex­trême ten­sion.

Une heure à peine après son ar­ri­vée, hier, vers 6 h 45, Fran­çois Hol­lande a été ac­cueilli par des sif­flets ac­com­pa­gnés d’in­sultes et d’ap­pels à la « dé­mis­sion », lan­cés par une haie d’éle­veurs en co­lère qui n’ont pas mâ­ché leurs mots : « Il s’en fout com­plè­te­ment de nous », « Bon à rien », « On n’est pas des mi­grants », « Connard », « Fu­mier »…

Puis, vers 9 h 30, des di­zaines de ma­ni­fes­tants de la FNSEA ont dé­mon­té le stand du mi­nis­tère de l’Agriculture et pro­tes­té à grands coups de sif­flet, pous­sant les CRS à in­ter ve­nir pour les mettre à l’écart. Des par­ti­ci­pants ont été bles­sés, l’un d’eux se re­trou­vant le nez en sang. Le pré­sident n’était pas pré­sent lors de cet in­ci­dent.

Se­lon le pré­fet de po­lice de Pa­ ris, Mi­chel Ca­dot, deux ma­ni­fes­tants ont fait l’ob­jet d’un contrôle d’iden­ti­té et ont été re­lâ­chés sans pour­suites, contrai­re­ment à un mi­li­tant CGT, qui a été con­dam­né, ven­dre­di, à 250 eu­ros d’amende pour « ou­trages » lors d’une ma­ni­fes­ta­tion, lun­di, à Mul­house, lors de la­quelle il avait lan­cé « Valls je t’em­merde ».

« Sif­fler le pré­sident de la Ré­pu­blique, pour moi, ce n’est pas ac­cep­table ! », a dé­plo­ré le mi­nistre de l’Agriculture, Sté­phane Le Foll, qui ac­com­pa­gnait le chef de l’État. « En même temps on était par­fai­te­ment conscients qu’un cer­tain nombre d’agri­cul­teurs, d’éle­veurs en par­ti­cu­lier, al­laient sou­hai­ter ex­pri­mer la co­lère qu’ils res­sentent », a­t­il ajou­té.

« L’in­ci­dent est clos », a dé­cla­ré de son cô­té le pré­sident de la FNSEA, Xa­vier Beu­lin, à pro­pos du dé­mon­tage du stand. Ce n’est pas la pre­mière fois que le sa­lon donne lieu à des dé­bor­de­ments, même si le cru 2016 est par­ti­cu­liè­re­ment agi­té.

En 2001, Lio­nel Jos­pin, alors Pre­mier mi­nistre, avait été sif­flé par des cen­taines d’éle­veurs, tan­dis que l’édi­tion 2008 avait été mar­quée par le dé­sor­mais cé­lèbre épi­sode du « Casse­toi pauvre con » lan­cé par le pré­sident Ni­co­las Sar­ko­zy à un vi­si­ teur qui avait re­fu­sé de lui ser­rer la main…

Fai­sant fi des sif­flets et in­sultes d’hier, Fran­çois Hol­lande a tou­te­fois mis la pres­sion sur la grande dis­tri­bu­tion, ac­cu­sée d’ac­cen­tuer la crise des éle­veurs en ex­tor­quant des baisses de ta­rifs à ses four­nis­seurs, en af­fir­mant qu’il fal­lait re­voir la loi de mo­der­ni­sa­tion de l’éco­no­mie ( LME), adop­tée en 2008 par le gou­ver­ne­ment Fillon et ac­cu­sée de ne pas pro­té­ger les pro­duc­teurs dans les né­go­cia­tions com­mer­ciales.

Une mise en garde adres­sée aux dis­tri­bu­teurs

« Je veux dire aux dis­tri­bu­teurs : at­ten­tion, à ce que vous al­lez faire dans les 48 pro­chaines heures parce que ça va dé­ter­mi­ner le conte­nu de cette pro­chaine loi » , qui se­ra vo­tée « avant l’été » , a­t­il pré­ve­nu. Les né­go­cia­tions com­mer­ciales entre la grande dis­tri­bu­tion et ses four­nis­seurs s’achèvent de­main.

Fran­çois Hol­lande a quit­té le sa­lon vers 12 h 30, après en­vi­ron six heures de vi­site, soit la plus courte de­puis le dé­but de son quin­quen­nat.

Co­lères. Fran­çois Hol­lande a es­ti­mé, hier, qu’il ne fal­lait « pas confondre toutes les co­lères », entre agri­cul­teurs pour cer­tains « au bord de la dis­pa­ri­tion » et contes­ta­tion du pro­jet de loi ré­for­mant le droit du tra­vail, sur le­quel il en­tend « trou­ver le bon équi­libre ».

SÉ­CU­RI­TÉ.

Le chef de l’Etat pro­té­gé par ses gardes du corps.

PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.