Dans la four­naise du bois des Cor­beaux

Les hommes du ré­gi­ment cler­mon­tois se sont je­tés dans l’em­blé­ma­tique ba­taille le 7 mars 1916

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME HISTOIRE - So­phie Le­clan­ché so­phie.le­clanche@cen­tre­france.com

Il y a un siècle jour pour jour, les Gau­lois du 92e RI de Cler­montFer­rand s’ap­prê­taient à en­trer dans « l’en­fer de Ver­dun ». Ex­traits du jour­nal de marche.

AVer­dun, les hommes du 92e Ré­gi­ment d’In­fan­te­rie de Cler­mont­Fer­rand «y étaient ». Pour ten­ter d’ho­no­rer la de­vise « On ne passe pas », ils sont en­trés dans la ba­taille le 7 mars. Les hos­ti­li­tés avaient été dé­clen­chées par les Al­le­mands le 21 fé­vrier. Le jour­nal de marche ra­conte au fil d’une belle écri­ture, ré­gu­lière et po­sée, leur épo­pée au jour le jour.

Baïon­nette au ca­non

6 mars 1916. La ca­non­nade est in­tense à l’est de Ver­dun, tout res­pire un dé­part pro­chain pour la four­naise.

7 mars. À 12 h 30, dé­part au bois du Bou­chet pour oc­cu­per les côtes 272 et 275. À l’ar­ri­vée, contre­ordre. Les 2e et 3e ba­taillons avec cha­cun une Cie de mi­trailleuses se porte à 1.200 m de Chat­tan­court […] A 19 heures, le lieu­te­nant­co­lo­nel com­man­dant le ré­gi­ment re­ce­vait l’ordre sui­vant « L’en­ne­mi s’est em­pa­ré du bois des Cor­beaux, au 92 re­vient l’hon­neur de re­prendre cette po­si­tion » [ …] Nous at­ta­que­rons à 7 heures en par­tant d’un ra­vin au sud et at­te­nant à la cote 295 du Mort’Homme […] la pous­sée se fe­ra en 4 vagues […] A 23 heures, dé­part pour ce point. Di­rec­tion de l’Étoile po­laire.

Le 8 mars. À 7 heures, dé­clen­che­ment de l’at­taque. On pro­gresse sans ar­rêt, sans ti­rer un coup de fu­sil, baïon­nette au ca­non et à 7 h 30, mal­gré un violent bom­bar­de­ment, toutes les uni­tés étaient en­ga­gées sous bois et culbu­taient les Alle­ m a n d s q u i l’ o c c u p a i e n t . À 9 heures, la presque to­ta­li­té du bois des Cor­beaux et du bois de Cu­mières était en notre pos­ses­sion, sauf 2 élé­ments re­pré­sen­tant à peu près le 1/5 de la su­ per­fi­cie to­tale des deux bois. Au cours de l’as­saut les pertes sont as­sez sé­rieuses : 4 of­fi­ciers tués : le ca­pi­taine Schaëf­fer de la 11e Cie ; le lieu­te­nant Mou­zat, de la 6e Cie ; les sous­lieu­te­nants Hedde et Im­ber­dis de la 9e Cie et 13 of­fi­ciers bles­sés. […] Pen­dant la nuit du 8 au 9, or­ga­ni­sa­tion des li­sières, creu­se­ment des tran­chées, pose de quelques ré­seaux de fil de fer.

9 mars. Après un bom­bar­de­ment violent (obus la­cry­mo­gènes et 210) vio­lente at­taque al­le­mande […] à coup de gre­nades et lutte corps à corps. Les 7e et 8e Cie sont par­ti­cu­liè­re­ment éprou­vées. Le lieu­te­nant Blan­chard Commt de la 8e est tué, le sous­lieu­te­nant Ver­do­ni, Commt la 7e dis­pa­raît. […] Du­rant la nuit, pré­pa­ra­tion d’une contreat­taque de notre part.

10 mars. On re­prend le ter­rain per­du pen­dant la nuit et on pousse jus­qu’à la li­sière est. […] À 7 h 30, on si­gnale des ren­forts d’Al­le­mands dé­bou­chant des forges et du val­lon. Lan­ce­ment de fu­sées rouges pour ob­te­nir de la part de l’ar­tille­rie un tir de bar­rage. L’ar­tille­rie ne ré­pond pas. Les Al­le­mands s’élancent en masse com­pacte sur tout le bois. Mort du lt­co­lo­nel Ma­cker. On se re­plie sur la crête qui va au Mort’Homme.

11 mars. Les élé­ments res­tants des 2e et 3e ba­taillons oc­cupent tou­jours la crête du Mort’Homme. […] Le 1er ba­taillon et la 1re Cie prennent part à une at­taque de la li­sière sud du bois de Cu­mières, avec 4 Cie du 98e. L’élan est bri­sé par un tir violent. On se re­tranche.

La vo­lon­té de vaincre

12 mars. Le 1er ba­taillon reste ac­cro­ché à la li­sière sud du Bois de Cu­mières.

13 mars. Même po­si­tion […]. 14 mars. […] Le 1er ba­taillon est re­le­vé dans la nuit par un ba­taillon du 98e. À 12 heures, tout le ré­gi­ment fait co­lonne vers Bé­the­lain­ville­Dom­basle. Le chef de ba­taillon Se­vin prend pro­vi­soi­re­ment le com­man­de­ment du ré­gi­ment. 15 mars. Les élé­ments du ré­gi­ment mettent un peu d’ordre dans leur ma­té­riel. Re­cen­se­ment du ma­té­riel de toute na­ture. 16 mars. Ordre du ré­gi­ment n° 170 […] Le gé­né­ral de Ba­ze­laire com­man­dant un grou­pe­ment de la IIe ar­mée : La 52 bri­gade s’est cou­verte de gloire par la vi­gueur de ses at­taques sur le bois des Cor­beaux […] Elle a tout d’abord of­fert son sa­cri­fice à la pa­trie, de­man­dé l’ap­pui de Ce­lui qui sou­tient toutes les éner­gies, puis, les coeurs hauts, les âmes fortes, elle a fon­cé sur l’en­ne­mi et l’a re­fou­lé. Mon­ta­gnards de l’Au­vergne, les sol­dats des 92 et 139 ré­gi­ments ont mê­lé leur sang à ce­lui de leur chef. C’est par la vo­lon­té de vaincre qu’on ob­tient la vic­toire. Et la vic­toire nous l’au­rons parce que nous la vou­lons.

17 mars. Cor vées di­verses. Échange des ef­fets. (….) De plus chaque soir, cor­vée de pion­niers pour creu­ser des tombes pour in­hu­mer les sol­dats qui meurent dans les am­bu­lances sta­tion­nées dans le vil­lage.

DE­VISE. « De­bout sol­dats d’Au­vergne, de­bout ça va bar­der ! », tel était le cri de ral­lie­ment du 92e RI. DR

SUR­NOM. Le Go­rille, em­blème de la 2e Com­pa­gnie du 92 de­puis la Grande Guerre. F. BOILEAU

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.