Na­kai­ta­ci a chas­sé tous ses fan­tômes !

L’ai­lier in­ter­na­tio­nal s’est re­mis la tête à l’en­droit avec un tri­plé

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS RUGBY - À Gre­noble, Valéry Le­fort

L’ai­lier fan­to­ma­tique de l’au­tomne a cé­dé la place à un Nai­ka­ta­ci de haute vo­lée. La mé­ta­mor­phose est sai­sis­sante.

Sa lèvre est en­san­glan­tée, dou­lou­reuse, mais il ne sent pas la dou­leur. Noa Na­kai­ta­ci sour it à pleines dents. Celles du bon­heur et du plai­sir re­trou­vés. Dans les en­trailles du stade des Alpes, le Fid­jien semble un autre homme. Droit, fier, sou­la­gé aus­si. « Ça va, mais c’est aus­si grâce à l’équipe et à Franck (Azé­ma) qui m’ont beau­coup sou­te­nu ».

On le sait, mais le sport, c’est (sur­tout) dans la tête. Com­ment en dou­ter quand on le voit au­jourd’hui et qu’on le com­pare au zom­bi er­rant sur les pe­louses il y a deux mois en­core ? À se de­man­der si c’est le même homme, le même ath­lète…

On se rap­pelle son ou­bli cou­pable en coupe d’Eu­ rope face aux Os­preys et un re­pli non­cha­lant dé­bou­chant sur un es­sai gag. Il sem­blait alors ailleurs, si loin du rugby. Ven­dre­di, le jeune in­ter­na­tio­nal tri­co­lore a fait taire les cri­tiques. « C’est la pre­mière fois de ma car­rière que je marque trois es­sais ».

Mi­né par une Coupe du monde où il n’avait vi­si­ble­ment pas trou­vé toute sa place ni son compte, Na­kai­ta­ci a tra­ver­sé des se­maines noires à son re­tour du Royaume­Uni. Avant­hier, il a tra­ver­sé le ter­rain. « Je suis content pour lui. Il a souf­fert, alors il a le droit d’en pro­fi­ter sans tou­te­fois s’en­flam­mer » , jauge son en­traî­neur, qui ne l’a ja­mais lâ­ché sous la grêle. « Je veux gar­der les pieds sur terre. pas de sou­ci », confirme le n°11 cler­mon­tois.

Il rêve main­te­nant en poin­tillé de re­trou­ver les Bleus avec Va­ka­ta­wa sur l’autre aile. « On est cou­sins éloi­gnés, ce se­rait bien… » . Pour l’heure, il sa­voure. On lui de­mande s’il a pré­vu de payer une bière à ses co­équi­piers pour son hat­trick. Il ri­gole, l’oeil ma­li­cieux. « Ce se­rait plu­tôt à eux de ré­gler non ? » C’est sûr, Na­kai­ta­ci est gué­ri.

RUGBY TO­TAL. Na­kai­ta­ci a non seule­ment ins­crit trois es­sais mais il a aus­si beau­coup et bien dé­fen­du. La pa­no­plie par­faite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.