Ve­nez faire le plein d’idées et de conseils au Sa­lon de l’ha­bi­tat

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - PAGES 2 ET 3

Le Sa­lon de l’ha­bi­tat se tient, jus­qu’à de­main, à la Grande Halle d’Au­vergne à Cour­non. Si la dé­co tient une place de choix, les pro­fes­sion­nels de l’ha­bi­tat au sens large ne sont pas en reste : au to­tal, 330 ex­po­sants, dont cer­tains sont là pour vous ap­por­ter de pré­cieux conseils.

C’est idéal ! Tout le monde est là si vous sou­hai­tez ache­ter un bien et vous ren­sei­gner. Le Sa­lon de l’ha­bi­tat offre l’op­por­tu­ni­té de pou­voir ren­con­trer des pro­fes­sion­nels qui pour­ront vous ac­com­pa­gner dans votre pro­jet. À l’ins­tar de Guy Ro­cher, de la Fnaim Au­vergne.

Quand on vi­site un bien. « Quand on s’in­té­resse à un bien aty­pique, il faut bien avoir à l’es­prit qu’il n’est pas sûr que ce bien puisse plaire à d’autres per­sonnes fa­ci­le­ment.

Lorsque l’on voit une of­

fre trop al­lé­chante, il faut être par­ti­cu­liè­re­ment vi­gi­lant, le Père Noël n’existe pas ! Et puis, il faut sa­voir que le vo­ca­bu­laire n’a pas la même si­gni­fi­ca­tion pour tout le monde. Un char­mant deux pièces fait sou­vent ré­fé­rence à un tout pe­tit ap­par­te­ment.

Il faut être vi­gi­lant sur les don­nées tech­niques. Fort heu­reu­se­ment au­jourd’hui, la loi nous oblige à vous re­mettre 1 à 1,5 kg de pa­pier là­des­sus. Sou­vent, on n’est at­ti­ré que par un ou deux points et le reste, on laisse fi­ler. Pour évi­ter ce­la, il est bon de s’ en­tou­rer de gens com­pé­tents : no­taire, avo­cat… »

■ La co­pro­prié­té. « C’est source de nom­breux conflits. Il y a d’abord les dif­fé­rends hu­mains, c’est pour­quoi il est bon de consi­dé­rer l’en­semble de la co­pro­prié­té. En­suite, il faut être at­ten­tif aux règles. Des écrits existent, il est bon de les consul­ter et de re­mon­ter deux, trois ans avant pour sa­voir si une ques­tion sur de gros tra­vaux re­vient ré­gu­liè­re­ment. »

L’état d’en­tre­tien des lieux. « On peut être frus­tré, quand on a un bud­get ser­ré, de ne pas pou­voir faire ce dont on a rê­vé. Il faut tou­jours pré­voir une marge fi­nan­cière. »

Le choix du bien. « Les ac­qué­reurs rêvent tous d’un pro­duit idéal par rap­port à ce qui existe, pour­tant, il ne faut pas se trom­per au mo­ment de l’achat. On fait des choix à cer­taines pé­riodes de la vie qui, dix ans après, voi­ re avant, ne se­ront pas op­por­tuns : un étage sans as­cen­seur, ce peut être un étage de trop ! ».

L’étude du bien. « Il faut prendre son temps et bien l’ob­ser­ver. En­suite, il faut ré­flé­chir dans quel cadre lé­gal l’ache­ter : SCI, en nom propre, etc. Il faut prendre garde aus­si aux dé­lais des ga­ran­ties : la sur­face, un pro­blème de construc­tion ou autres. »

La prise de dé­ci­sion. « Il faut blo­quer le bien avec une in­ten­tion d’achat dès que c’est dé­ci­dé si­non le bien peut vous pas­ser sous le nez. Il faut dire à la per­sonne qui vous ac­com­pagne tout ce que sou­hai­tez faire avec votre bien parce que si par exemple vous sou­hai­tez agran­dir, ce n’ est peut­ être pas pos­sible ».

Les der­nières vé­ri­fi­ca­tions. « Vé­ri­fiez si tout est bon avant le com­pro­mis de vente. Une fois si­gné, il faut faire at­ten­tion aux dé­lais ».

IM­MO­BI­LIER. Au Sa­lon de l’ha­bi­tat, quelque 330 ex­po­sants sont pré­sents sur près de 17.000 m2 d’ex­po­si­tion pour vous ac­com­pa­gner dans votre pro­jet, que ce­la soit l’achat, l’en­tre­tien ou la dé­co­ra­tion de votre bien. PHO­TO JEAN-LOUIS GORCE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.