Pour bas­cu­ler à coup sûr du bon cô­té…

Alors que les An­glais vien­dront cher­cher le Grand Che­lem à Pa­ris

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS L'ACTU NATIONALE - À Édim­bourg, Valéry Le­fort

Avec une 3e vic­toire, ce Tour­noi se­rait dé­jà réus­si pour les Bleus de No­vès. Dans le cas contraire, la ré­cep­tion à suivre des An­glais gor­gés de tes­to­sté­rone n’au­gure rien de bon…

Al­lez, avouons­le, il n’y eut pas grand monde pour pleu­rer le sort des An­glais, bou­tés comme des mal­propres de « leur » Coupe du monde par leurs Lil­li­pu­tiens de voi­sins gal­lois lors du 1er tour en sep­tembre der­nier.

Go­gue­nards, les Fran­çais se sont ral­liés comme un seul homme aux an­ciens confet­tis de l’Em­pire bri­tan­nique pour mo­quer ce ra­tage mo­nu­men­tal. Mais six mois plus tard, les sour ires pour­raient chan­ger de camp… Re­pr is en main par l’Aus­tra­lien Ed­die Jones, dé­jà ma­gi­cien avec le Ja­pon, les An­glais sont pas­sés du bû­cher des va­ni­tés au rêve in­can­des­cent d’un Grand Che­lem après leur suc­cès, hier, face aux… Gal­lois (25­21). La boucle est en passe d’être bou­clée, aus­si ra­pide qu’une ac­cé­lé­ra­tion de Wat­son ou Jo­seph. Quand bien même les « Ros­beefs » ont eu la trem­blote du mou­ton en fin de match.

C’est dans ce contexte ­ qui voit la Rose re­fleu­rir en hi­ver ­ que les Bleus s’at­taquent à ces Écos­sais joueurs et gé­né­reux. Une vraie bande de fous fu­rieux, ver­sion Brave Heart à 15 contre 15 ! Oui, à 15 contre 15 de­puis que Cot­ter a mon­té une mê­lée qui tient en­fin la route, as­so­ciée à cette en­vie gé­né­tique d’en­voyer la balle au large.

Après deux suc­cès ex­cel­lents pour le mo­ral à dé­faut d’autre chose ( Ita­lie puis Ir­lande), les Fran­çais ont échoué à Car­diff ( 19­10). Sans honte, avec une grosse dé­fense, du coeur mais aus­si des li­mites dans un jeu d’at­taque dont on peut com­prendre qu’il soit en construc­tion avec quatre an­nées d’at­trape­couillons.

Un suc­cès au­jourd’hui, là même où Saint­An­dré n’a ja­mais per­du, se­rait une réelle plus­va­lue. Comp­ta­ble­ment dé­jà, il va­li­de­rait un Tour­noi po­ si­tif. Ce n’est sur­tout pas ano­din, per­met­tant même d’écha­fau­der un « Crunch » bouillant et for­ma­teur pour ter­mi­ner cet opus de re­lance. Mais gare au sché­ma in­verse… Un mau­vais match dou­blé d’un coup de cor­ne­muse sur la tête en­core fra­gile de ces jeu­nots tou­jours en ap­pren­tis­sage se­rait la pire des pré­pa­ra­tions au duel sé­cu­laire qui se pro­file au Stade de France la se­maine pro­chaine. Avec le risque fort de fi­nir sur un 2­3 (ra­tio vic­toi­res­dé­faites) qui ap­pa­raî­trait comme un dé­sastre de plus au re­gard de la spec­ta­cu­laire ré­demp­tion an­glaise.

On n’en est pas là. No­vès et Cot­ter, amis dans la vie, ne se fe­ront pas de ca­deaux dans le cadre jouis­sif de Mur­ray­field. Les Ca­lé­do­niens ont fait sau­ter la chape de plomb qui les cor­se­tait dans le Tour­noi de­puis la prise en main de l’ex­Cler­mon­tois. Mais le suc­cès en Ita­lie ­ après sept re­vers d’af­fi­lée ­ n’au­ra de sens que s’il est confir­mé face aux Bleus.

Le staff tri­co­lore a choi­si d’in­no­ver, à tout le moins d’adap­ter son sys­tème of­fen­sif. Fo­fa­na ai­lier, Trinh­Duc ou­vreur, la paire Mer­moz­Fi­ckou au centre : tout ce­la fleure bon les bonnes in­ten­tions. Reste à trou­ver l’har­mo­nie der­rière un pack qui a don­né des gages de sa­tis­fac­tion. Les doigts de pieds en éven­tail, une mousse à la main, les An­glais se­ront at­ten­tifs à tout de­vant leur té­lé. Aux Bleus de leur prou­ver que le Stade de France ne se vi­si­te­ra pas comme on le fait d’Eu­ro­dis­ney.

Doigts de pieds en éven­tail, une mousse à la main, les An­glais se­ront at­ten­tifs à tout

CENTRE. Maxime Mer­moz se­ra as­so­cié à Gaël Fi­ckou au centre. Une in­no­va­tion de Guy No­vès avant d’af­fron­ter les Ecos­sais de Vern Cot­ter à Mur­ray­field ce di­manche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.