Il a avoué avoir re­non­cé à « se faire ex­plo­ser au Stade de France »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS -

Sa­lah Ab­des­lam, par­ti­ci­pant clé des at­ten­tats du 13 no­vembre, a af­fir­mé aux en­quê­teurs belges qu’il « vou­lait se faire ex­plo­ser au Stade de France » le soir des at­ten­tats, avant de faire « ma­chine ar­rière ». C’est ce qu’a fait sa­voir, hier, le pro­cu­reur de Pa­ris Fran­çois Mo­lins.

« Ces pre­mières dé­cla­ra­tions, qu’il faut prendre avec pré­cau­tion, laissent en sus­pens toute une sé­rie d’in­ter­ro­ga­tions sur les­quelles Sa­lah Ab­des­lam de­vra s’ex­pli­quer » , a ajou­té le pro­cu­reur au cours d’une confé­rence de presse à Pa­ris. Il évoque « en par­ti­cu­lier » la pré­sence du dji­ha­diste dans le XVIIIe ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris le 13 no­vembre « dès 22 heures, après avoir dé­po­sé le com­man­do du Stade de France » avec une Clio noire, re­trou­vée quatre jours après les at­ten­tats dans cet ar­ron­dis­se­ment.

« Dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé im­mé­dia­te­ment après les at­ten­tats, il était men­tion­né par Daech la com­mis­sion d’un at­ten­tat dans le XVIIIe ar­ron­dis­se­ment », a rap­pe­lé Fran­çois Mo­lins. « Les in­ves­ti­ga­tions de­vront donc s’at­ta­cher à dé­ter­mi­ner sur ce point si une ac­tion ka­ mi­kaze de Sa­lah Ab­des­lam de­vait bien avoir lieu dans le XVIIIe ar­ron­dis­se­ment. »

Plus tard dans la nuit, il avait aban­don­né une cein­ture ex­plo­sive à Mon­trouge avant de se faire ex­fil­trer vers Bruxelles par deux amis. Le sus­pect, âgé de 26 ans, « ap­pa­raît, à ce stade des in­ves­ti­ga­tions, comme ayant eu un rôle cen­tral dans la consti­tu­tion des com­man­dos du 13 no­vembre, dans la pré­pa­ra­tion lo­gis­tique des at­ten­tats et en­fin en étant lui­même pré­sent à Pa­ris le 13 no­vembre », a ajou­té le pro­cu­reur.

« Contrô­lé à plu­sieurs re­prises »

Le dji­ha­diste « a par­ti­ci­pé à l’ar­ri­vée d’un cer­tain nombre de ter­ro­ristes en Eu­rope », a­t­il af­fir­mé, sou­li­gnant qu’il avait « mul­ti­plié les dé­pla­ce­ments en Eu­rope au moyen de lo­ca­tions suc­ces­sives de vé­hi­cules ».

Il a ef­fec­tué plu­sieurs sé­jours entre l’été et l’au­tomne 2015 en Ita­lie, en Grèce, en Hon­grie, en Au­triche, en Al­le­magne, aux Pays­Bas et en France, où il est contrô­lé à plu­sieurs re­prises. D’abord en août avec Ah­med Dahmani, un Belge de 26 ans soup­çon­né d’avoir ai­dé à re­pé­rer des cibles pour les at­ten­tats, ar­rê­té et con­dam­né de­puis en Tur­quie.

Puis le 9 sep­tembre à la fron­tière aus­tro­hon­groise, « en com­pa­gnie de deux in­di­vi­dus se pré­sen­tant sous de fausses iden­ti­tés, dont l’un est très vrai­sem­bla­ble­ment l’in­di­vi­du mort au cours de l’opé­ra­tion me­née par les en­quê­teurs belges mar­di dans l’ap­par­te­ment de Fo­rest », le se­cond étant tou­jours en fuite, se­lon Fran­çois Mo­lins.

En­fin, le 3 oc­tobre en Al­le­magne, à Ulm, avec un com­plice ar­rê­té ven­dre­di à Mo­len­beek. Ce sus­pect avait uti­li­sé ces der­niers mois de faux pa­piers sy­rien et belge, au nom de Mou­nir Ah­med Alaaj et d’Amine Chou­kri.

Sa­lah Ab­des­lam a éga­le­ment joué un « rôle cen­tral » dans « la pré­pa­ra­tion lo­gis­tique des at­ten­tats », a ajou­té le pro­cu­reur. Le 12 sep­tembre, il achète « 12 dé­clen­cheurs à dis­tance dans un ma­ga­sin de py­ro­tech­nie » à Saint­Ouenl’Au­mône ( Val­d’Oise), puis, le 8 oc­tobre, à Beau­vais, « 15 litres d’eau oxy­gé­née », un com­po­sant uti­li­sé dans la fa­bri­ca­tion du TATP, l’ex­plo­sif conte­nu dans les cein­tures ex­plo­sives des dji­ha­distes du 13 no­vembre. Le 9 no­vembre, « il loue à Et­ter­beek, en ban­lieue de Bruxelles », la Clio du Stade de France et « le vé­hi­cule Po­lo uti­li­sé […] par le com­man­do » du Ba­ta­clan. Trois jours plus tard, il loue l’ap­par­te­ment « conspi­ra­tif d’Afort­ville » ( Val­de­Marne).

« Avan­cée très forte »

L’ar­res­ta­tion de Sa­lah Ab­des­lam est une « avan­cée très forte » pour l’en­quête, a es­ti­mé Fran­çois Mo­lins. « Les in­ves­ti­ga­tions se pour­suivent sans re­lâche, en France et en Bel­gique » , pour cer­ner « tous les ac­teurs » de ces at­taques, qui avaient fait 130 morts et des cen­taines de bles­sés.

Un man­dat d’ar­rêt eu­ro­péen lui a été no­ti­fié hier « à 16 h 15 par un ma­gis­trat du par­quet fé­dé­ral belge », a en­core dit le pro­cu­reur de Pa­ris. « Sa­lah Ab­des­lam n’a pas consen­ti à sa re­mise aux au­to­ri­tés fran­çaises », ce qui ne l’em­pêche en rien. Celle­ci in­ter­vien­dra dans un dé­lai qui peut al­ler de « quelques jours à trois mois », a ajou­té le pro­cu­reur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.