Des Bleus cou­ra­geux mais trop tendres

Trop de manques tri­co­lores et Grand Che­lem an­glais

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS RUGBY - Au Stade de France, Valéry Le­fort Saint-De­nis (Stade de France).

La France ter­mine cin­quième du Tour­noi après cette troi­sième dé­faite qui offre le Grand Che­lem aux An­glais. Mais dans cette gri­saille, on a vu du mieux.

rouche, Wat­son ve­nant se­couer Fi­ckou dans les airs sur le coup d’en­voi. Les Bleus réus­sis­saient en écho une en­tame plu­tôt convain­cante pen­dant dix grosses mi­nutes, hor­mis cette dé­fense laxiste de Fi­ckou sur Brown...

Em­me­nés par un Sped­ding mo­bile et res­sem­blant à ce­lui aper­çu à Gre­noble en Top 14 il y

FRANCE 21 - AN­GLE­TERRE 31

Mi-temps : 17-12 pour l’An­gle­terre. Temps froid. Pe­louse bonne. Ar­bitre : M. Owens (Galles). 78.834 spec­ta­teurs.

France : sept pé­na­li­tés (3e, 16e, 29e, 39e, 43e, 50e, 59e, ) de Ma­che­naud. An­gle­terre : trois es­sais de Care (12e), Cole (20e), Wat­son (56e); trois pé­na­li­tés (4e, 44e, 72e, 79e) et trois trans­for­ma­tions de Far­rell (12e, 20e, 56e).

France : Chioc­ci (78, fautes ré­pé­tées). 3-0 (pour la France), 3-3, 3-10, 6-10, 6-17, 9-17, 12-17 (m-t); 15-17, 15-20, 18-20, 18-25, 21-25, 21-28, 21-31.

15. Sped­ding ; 14. Fo­fa­na, 13. Fi­ckou, 12. Mer­moz (Mé­dard, 70e), 11. Va­ka­ta­wa ; 10. Trinh-Duc (Plis­son, 13e), 9. Ma­che­naud (Bé­zy, 76e) ; 7. Le Roux, 8. Gou­jon (Lau­ret, 70e), 6. Chou­ly ; 5. Maes­tri. 4. Flan­quart (Je­dra­siak, 57e) ; 3. Sli­ma­ni (Ato­nio, 57e), 2. Gui­ra­do (cap, Chat, 66e), 1. Poi­rot (Chioc­ci, 57e). Ent : Guy No­vès.

15. Brown ; 14. Wat­son, 13. Jo­seph, 12. Far­rell, 11. No­well ; 10. Ford, 9. Care (Youngs, 43e) ; 7. Has­kell, 8. B. Vu­ni­po­la, 6. Rob­shaw (Clif­ford, 76e) ; 5. Kruis. 4. Itoje ; 3. Cole, 2. Hart­ley (cap, Co­wan-Di­ckie, 68e), 1. M.Vu­ni­po­la (Mar­ler, m-t). Ent : Ed­die Jones. a deux se­maines, les Tri­co­lores al­laient pour­tant se faire pié­ger par le de­mi de mê­lée Dan­ny Care qui pro­fi­tait d’une pro­tec­tion in­do­lente d’un ruck pour fi­ler lit­té­ra­le­ment à l’An­glaise ( 3­10, 12e ). Ra­geant et payé cash...

Réa­listes et jouant sur la corde de leur puis­sance avé­rée, les hommes de Jones al­laient ve­nir mar­quer trois fois en au­tant d’in­cur­sions. Après Care et une pé­na­li­té préa­lable de Far­rell, c’est le pi­lier Cole qui ve­nait se­mer le doute, au propre comme au fi­gu­ré. Son es­sai sem­blait en­ta­ché d’une obs­truc­tion de son com­père M. Vu­ni­po­la sur Gui­ra­do. L’ar­bitre, M. Owens, ac­cor­dait les cinq points puis de­man­dait la vi­déo sous la bron­ca avant de va­li­der fi­na­le­ment la rou­lade du droi­tier chauve du XV de la Rose (6­17, 20e).

Les Fran­çais n’al­laient pour­tant pas cra­quer, re­ve­nant par le pied de Ma­che­naud, au­teur d’un 100 % bien­ve­nu ( 7 sur 7) alors que Far­rell, moins pré­cis, lais­sait les siens à por­tée de fu­sil à la pause (12­17).

Mais avec un Plis­son man­quant de mor­dant et au jeu d’oc­cu­pa­tion dé­faillant ( TrinhDuc bles­sé d’en­trée), les Bleus et leur dé­fense plu­tôt so­lide et en place ­ Gui­ra­do om­ni­pré­sent ­ al­laient­ils te­nir le rythme en se­conde pé­riode alors qu’à deux es­sais à rien, ils avaient dé­jà li­mi­té les dé­gâts ?

Dans ce match de belle fac­ture, le meilleur du Tour­noi cô­té fran­çais, les Bleus man­quaient tou­te­fois des mo­ments cru­ciaux, comme ces quatre touches per­dues alors qu’il avait fal­lu tant d’ef­forts pour re­ve­nir dans le camp an­glais. Ou en­core sur cette mê­lée em­mé­lée avant la pause. Et à ce ni­veau... Les par­te­naires de Chou­ly (ca­pi­taine après la sor­tie de Gui­ra­do) al­laient aus­si man­quer de lu­ci­di­té, comme der­rière les dé­mar­rages de drag­ster de B. Vu­ni­po­la der­rière sa mê­lée. On peut aus­si s’aga­cer de cet en­avant d’Ato­nio sur contre ou de cette cra­vate de Je­dra­siak of­frant un pe­tit ma­te­las sur pé­na­li­té de Far­rell (21­28, 72e).

La fin al­lait re­pous­ser les Bleus à dix points des An­glais. Comme s’ils étaient ren­voyés à dix mètres. Si près, si loin sur ­ tout...

L’ar­rière des Bleus, pré­fé­ré à Mé­dard, n’a pas ra­té l’oc­ca­sion de convaincre Guy No­vès de ses qua­li­tés de re­lan­ceur ex­plo­sif et puis­sant. Mais le manque de réa­lisme tri­co­lore, de puis­sance et de ma­tu­ri­té col­lec­tive ont tué dans l’oeuf l’idée d’un ex­ploit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.