Les arbres font des choses étranges

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Anne Bourges anne.bourges@cen­tre­france.com

Si les branches d’un hêtre sont in­cli­nées à moins de 20°, c’est qu’il cherche la lu­mière. Si l’arbre gèle, c’est qu’il n’a pas eu as­sez froid. Et s’il ne se déshy­drate pas, c’est par manque d’eau… Le Piaf vous dit pour­quoi.

Si vous vous êtes tou­jours de­man­dé par quel mys­tère la vé­gé­ta­tion dé­cide sou­dain de re­dé­mar­rer au prin­temps, sa­chez que c’est aus­si une vraie ques­tion pour des équipes de re­cherche tout au­tour du globe. Le chan­ge­ment cli­ma­tique qui tend à bous­cu­ler les sai­sons a même po­si­tion­né au pre­mier plan les tra­vaux de l’uni­té mixte de phy­sique et phy­sio­lo­gie in­té­gra­tives de l’Arbre frui­tier et fo­res­tier ( UMR Piaf, IN­RA/UBP). En Au­vergne, on planche sur ces mys­tères or­di­naires. Sa­vez­vous, par exemple…

Comment un arbre peut-il se re­dres­ser seul ? C’est la ques­tion que l’on se pose de­vant le spec­tacle d’un arbre qui a fi­ni par pous­ser droit vers le ciel en par­tant d’une souche ac­cro­chée pres­qu’à l’ho­ri­zon­tale sur une fa­laise !

Ré­ponse : un mé­ca­nisme en­core mal connu in­cite l’arbre à dé­ve­lop­per deux types de bois « de ré­ac­tion ». De l’un ou de l’autre cô­té du tronc ( se­lon qu’il s’agit de feuillu ou ré­si­neux), ce bois de struc­ture dif­fé­rente agit comme ten­deur ou comme pous­soir, en créant des ten­sions qui per­mettent le re­dres­se­ment.

Comment un arbre sait- il qu’il n’est pas droit ? Deux in­di­ca­teurs entrent en jeu : la lu­mière et la gra­vi­té. Le si­gnal gra­vi­taire se­rait per­çu par le vé­gé­tal grâce à de pe­tites par­ti­cules d’ami­don, les sta­to­lythes, qui s’ac­cu­mulent et se stra­ti­fient au fond de cer­taines cel­lules.

Pour le si­gnal lu­mi­neux : la di­rec­tion de crois­sance est mo­du­lée par l’angle d’ar­ri­vée de la lu­mière. « La po­si­tion d’équi­libre est liée aux deux si­

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.