Le Sa­voy, dé­fi avant-gar­diste

A la (re)dé­cou­verte du pa­tri­moine bâ­ti du centre­ville cler­mon­tois L’an­cien hô­tel Le Sa­voy, der­rière l’Opé­ra, au­rait sans doute sa place dans la short liste des « au­daces ar­chi­tec­tu­rales » de la ci­té cler­mon­toise.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - CLERMONT VIVRE SA VILLE - Pierre Gabriel Gon­za­lez pgg@orange.fr

Si­tué à l’angle de la rue de la Pré­fec­ture et la rue du Théâtre (au­jourd’hui rue Nes­tor­Perret), l’hô­tel « Le Sa­voy » inau­gu­ré en 1936 se pré­va­lait d’être à l’époque « Le plus mo­derne du Centre de Cler­mont » avec vingt chambres « do­tées de tout le confort ».

Il prend alors, de ma­nière sans doute un peu snob, le nom du pa­lace lon­do­nien « The Sa­voy », construit sur les bords de la Tamise, près de West­mins­ter et de Big Ben, sur l’em­pla­ce­ment d’une ré­si­dence de Pierre II de Sa­voie da­tant du XIIIe siècle.

Le Sa­voy s’ins­crit dans la grande vague du mo­der­nisme cu­biste des an­nées 1930. Le style que Vi­gne­ron a don­né à ce bâ­ti­ment doit être consi­dé­ré un vé­ri­table dé­fi avant­gar­diste dans une ca­pi­tale ré­gio­nale qui avait tou­jours une pré­di­lec­tion pour le néo­clas­sique (voir l’an­cienne Pré­fec­ture ache­vée vers 1925). Dans notre ville mar­quée par la pierre de Vol­vic, Vi­gne­ron im­pose des bâ­ti­ments aux tons clairs, prin­ci­pa­le­ment construits en bé­ton ar­mé..

Avec cet hô­tel, nous re­trou­vons l’es­prit du Bau­haus al­le­mand du dé­but des an­nées 1930, une ar­chi­tec­ture al­liant lignes droites et ou­ver­tures, au­tant de sym­boles de la re­cherche pour un nou­veau style de vie. Vi­gne­ron im­pulse « une ar­chi­tec­ture trans­pa­rente fon­dée sur la ré­duc­tion des points d’ap­puis » comme le sou­ligne Agnès Pra­nal dans le mé­moire qu’elle a consa­cré à l’ar­chi­tecte cler­mon­tois.

Re­mar­quez qu’en bas de la rue de la Pré­fec­ture, là où le so­leil a un peu de mal à s’im­po­ser, la re­cherche per­ma­nente de la clar­té avec les pans bri­sés qui rythment la fa­çade en même temps qu’ils l’ouvrent sur la lu­mière. Dans cet im­meuble, bé­ton, verre et acier se conjuguent dans une géo­mé­trie ri­gou­reuse… et sans doute trop in­no­vante puisque Vi­gne­ron ne pour­sui­vra pas dans cette voie, re­ve­nant à une concep­tion plus clas­sique pour ses réa­li­sa­tions sui­vantes.

En 1996, après un dra­ma­tique in­cen­die, le Sa­voy était fer­mé pour des rai­sons évi­dentes de sé­cu­ri­té. Il était trans­for­mé en ap­par­te­ments par un pro­mo­teur cler­mon­tois quelques an­nées plus tard. Mal­gré quelques amé­na­ge­ments an­té­rieurs dis­cu­tables au ni­veau du rez­de­chaus­sée (com­merces et en­trée), ce pro­fes­sion­nel sou­cieux d’au­then­ti­ci­té ar­chi­tec­tu­rale a conser­vé sa pu­re­té à un bâ­ti­ment qui mé­ri­te­rait sans doute d’être clas­sé.

L’hô­tel fer­mé de­puis 1996 suite à un in­cen­die

AN­NÉES 30. L’im­meuble tel que nous pou­vons le voir au­jourd’hui. PHO­TO PGG

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.