L’IN­RA fait dé­cou­vrir ses re­cherches

Hier et au­jourd’hui, l’Ins­ti­tut na­tio­nal de la re­cherche agro­no­mique de Crouël ouvre ses portes

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME - Ma­rie Col­li­net lo­cale@cen­tre­france.com

Pour fê­ter ses 70 ans, l’IN­RA du site de Crouël ouvre ses portes au grand pu­blic. L’oc­ca­sion de com­prendre pour­quoi cer­tains arbres d’une même par­celle ré­agissent dif­fé­rem­ment lors d’une tem­pête.

Avec le chan­ge­ment cli­ma­tique, le vent de­vrait être moins ré­gu­lier mais les tempêtes aug­men­te­raient. Ben­ja­min Niez, doc­to­rant à l’uni­té PIAF (Phy­sique et Phy­sio­lo­gie In­té­gra­tives de l’Arbre Frui­tier et Fo­res­tier) étu­die son im­pact sur les arbres.

Hier et au­jourd’hui, dans le cadre des portes ou­vertes de l’IN­RA (Ins­ti­tut na­tio­nal de la re­cherche agro­no­mique) sur le site de Crouël, à Cler­mont­Fer­rand, il a vul­ga­ri­sé ses re­cherches afin de les rendre in­tel­li­gibles à tous. Un exer­cice dif­fi­cile et qui lui per­met de se rendre compte que s’il n’ar­rive pas bien à en par­ler, c’est qu’il doit re­tra­vailler.

Bois de ten­sion

Face au vent, les arbres évo­luent pour ré­sis­ter. Plu­tôt que de pous­ser en hau­teur pour al­ler cher­cher la lu­mière, ils s’élar­gissent afin d’aug­men­ter leur iner­tie. Pour rem­pla­cer les muscles hu­mains qui nous per­mettent de res­ter de­bout, l’arbre dé­ve­loppe un bois de ten­sion. Sur un feuillu, si le vent ar­rive de droite, l’arbre va en fa­bri­quer à droite pour contrer le vent. Mais sur un ré­si­neux, il pous­se­ra de l’autre cô­té.

Grâce à ce bois de ten­sion l’arbre va ar­ri­ver à pous­ser droit mais à l’in­té­rieur, il ne se­ra pas for­cé­ment ex­ploi­table pour en faire des planches par exemple. « Quand la coupe est faite, les contraintes sont li­bé­rées et par­fois le bois ex­plose », ex­plique le jeune cher­cheur. Il veut connaître la ré­sis­tance de ce bois de ten­sion. « C’est une don­née im­por­tante pour son uti­li­sa­tion fu­ture ». Mais ses re­cherches de­vraient éga­le­ment per­mettre de com­prendre comment ma­na­ger les fo­rêts face à l’aug­men­ta­tion des tempêtes.

« On a consta­té, no­tam­ment avec celle de 1999, ou par les re­cherches scien­ti­fiques, que les arbres aux bords des plan­ta­tions sont plus ré­sis­tants car ils ont dé­jà été sou­mis au vent. Ceux à l’in­té­rieur ont pous­sé en hau­teur pour al­ler cher­cher la lu­mière et non en lar­geur. Ils sont donc beau­coup plus fra­giles ». Éclair­cir les par­celles pour­rait être l’une des so­lu­tions à en­vi­sa­ger.

Le site de l’IN­RA Crouël ouvre en­core ses portes au grand pu­blic au­jourd’hui de 13 heures à 18 heures. Ate­liers, ani­ma­tions et dé­mons­tra­tions se­ront or­ga­ni­sés au­tour de quatre thé­ma­tiques : les prai­ries : de la plante à l’éco­sys­tème, l’arbre face au chan­ge­ment cli­ma­tique, les cé­réales, leur ADN et leur in­croyable Bio­di­ver­si­té et Ex­pé­ri­men­ta­tion de pré­ci­sion : des cé­réales sous haute sur­veillance. Des mi­nis confé­rence ac­ces­sibles à tous sont éga­le­ment or­ga­ni­sées : à 14 heures, l’arbre pour cli­ma­ti­ser la ville ; à 15 heures, la pre­mière plante : les ori­gines et à 16 heures, les prai­ries face au chan­ge­ment cli­ma­tique.

PU­BLIC. Ben­ja­min Niez a pré­sen­té ses re­cherches dans la thé­ma­tique l’arbre face au chan­ge­ment cli­ma­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.