Oli­vier Gi­roud ré­pond aux cri­tiques en s’of­frant un dou­blé

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS -

Il est loin de faire l’una­ni­mi­té et pour­tant… Oli­vier Gi­roud, dont le dou­blé a per­mis à l’équipe de France de battre l’Ecosse (3-0), sa­me­di, à Metz, a en­core mon­tré qu’il avait les épaules pour as­su­mer son rôle de bu­teur à cinq jours du dé­but de l’Eu­ro contre la Rou­ma­nie.

Pré­sent dans les tri­bunes du stade Saint­Sym­pho­rien, Vio­rel Mol­do­van, l’an­cien bu­teur rou­main du FC Nantes et ac­tuel ad­joint du sé­lec­tion­neur de la Rou­ma­nie An­ghel Ior­da­nes­cu, a dû ap­pré­cier et bien no­ter. Les Bleus ont en Gi­roud un bu­teur en grande forme à moins d’une se­maine du dé­but du tournoi conti­nen­tal (10 juin­10 juillet).

Dans deux re­gistres d’avant­centre bien dif­fé­rents, le na­tif de Cham­bé­ry âgé de 29 ans s’est dis­tin­gué à son avan­tage pour lan­cer confor­ta­ble­ment le suc­cès des Bleus face à des Écos­sais plu­tôt friables en dé­fense. A prio­ri loin du ni­veau qu’op­po­se­ra la Rou­ma­nie au Stade de France ven­dre­di pro­chain.

Mais qu’im­porte, son ou­ver­ture du score a té­moi­gné de la grande confiance qui anime ac­tuel­le­ment Gi­roud. On jouait de­puis 8 mi­nutes et l’an­cien Mont­pel­lié­rain frap­pait vite et juste, au terme d’une ac­tion ini­tiée par une nou­velle ac­cé­lé­ra­tion de King­sley Co­man.

Son deuxième but Gi­roud l’a mar­qué, à point nom­mé, dans un style plus bri­tan­nique, en ta­clant le bal­lon au fond des fi­lets, après que Da­vid Mar­shall a pé­ni­ble­ment re­pous­sé une frappe lourde de Di­mi­tri Payet, qui ve­nait de trans­per­cer le mi­lieu ad­verse (35e).

Son pre­mier geste ra­té, et il y en eut peu, sur­vint à la 28e mi­nute, lors­qu’il hé­ri­ta du bal­lon dans ses 40 mètres pour ini­tier un contre. Mais sa passe la­té­rale trop té­lé­pho­née était in­ter­cep­tée.

Pied au plan­cher

Au­pa­ra­vant, Gi­roud s’était en re­vanche illus­tré en of­frant une as­tu­cieuse re­mise à Blaise Ma­tui­di (1re) qui au­rait pu abou­tir à un but, et en pres­sant Grant Han­ley, à deux doigts de trom­per son gar­dien après un coup franc loin­tain de Payet (4e). Un dé­but de match pied au plan­cher, comme il en a pris l’ha­bi­tude avec les Bleus lors­qu’il dé­bute. Et voi­là, une nou­velle fois donc, comment en à peine plus d’une de­mi­heure, au cours de la­quelle il pe­sa de tout son poids sur l’ar­rière­garde écos­saise, pour ins­crire ses 6e et 7e buts lors de ses sept der­niers matches en Bleu (17 au to­tal en 49 sé­lec­tions), le nu­mé­ro 9 a ache­vé de ral­lier tous les suf­frages du soir.

À Nantes pour­tant, face au Ca­me­roun, Gi­roud fut en ef­fet ac­cueilli par des sif­flets, qua­li­fiés en­suite d’in­justes par Des­champs, à l’énon­cé de son nom par le spea­ker. Ce qui ne l’avait pas em­pê­ché d’ins­crire le 2e but fran­çais.

À Metz, les en­cou­ra­ge­ments étouf­fèrent les rares quo­li­bets à son en­droit avant le coup d’en­voi, signe que la ten­dance s’in­ver­sait dé­jà. Et à sa sor­tie à la 63e mi­nute, c’est une franche et cha­leu­reuse ova­tion qui le rac­com­pa­gna sur le banc des rem­pla­çants.

Il lui reste à pré­sent de confir­mer face à la Rou­ma­nie. Et le dé­bat se­ra clos.

EF­FI­CACE. Il a fal­lu 35 mi­nutes à Oli­vier Gi­roud pour ins­crire un dou­blé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.