Le match fou qui a mar­qué l’Au­vergne !

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - GRAND ANGLE -

S’il fal­lait n’en re­te­nir qu’un, ce se­rait ce­lui­là. Le match qui op­po­sa le 1er mars 1997, en 8e de fi­nale de la Coupe de France au stade Mont­pied, le PSG de Ber­nard La­ma, Rai et Ngot­ty à un mo­deste club ama­teur de 5e di­vi­sion. Sur le pa­pier, l’af­faire semble jouée… et sur le ter­rain aus­si : à la 68e mi­nute, les Pa­ri­siens ont dé­jà ins­crit 4 buts au Cler­mont Foot qui, mal­gré un pe­nal­ty trans­for­mé par Bes­saque à la 51e, pense dé­jà dire adieu à la Coupe. A Jaude, les Cler­mon­tois qui suivent le match sur grand écran com­mencent à ren­trer chez eux, dé­pi­tés… Tant pis pour eux : il y au­ra d’abord ce se­cond but de Chas­tang, puis, à la 80e, Le Bel­lec trompe La­ma et en­tre­tient un es­poir fou. Une fo­lie qui s’ac­cen­tue à la 87e quand Chas­tang presse Ngot­ty qui trompe son gar­dien : 4 ­ 4 ! In­croyable ! Mais tout reste à faire. Pen­dant les pro­lon­ga­tions, les Cler­mon­tois tiennent bon et at­teignent l’épreuve des pe­nal­tys : Oli­vier En­jol­ras, obs­cur por­tier de CFA2, face à Ber­nard La­ma, meilleur gar­dien de France. Et c’est Da­vid qui ter­rasse Go­liath : En­jol­ras ar­rête les tirs de Paul Le Guen et Vincent Gué­rin quand les Cler­mon­tois marquent tous les leurs. Pour le PSG, c’est l’hu­mi­lia­tion et pour les Cler­mon­tois, une liesse qui fe­ra cha­vi­rer la ville jus­qu’au ma­tin. Le club vient d’écrire la plus belle page de sa jeune his­toire. (Photo d’ar­chives Fran­cis Cam­pa­gno­ni)

1 MARS 1997. ER Ngo­ty dé­pas­sé par Ri­be­rol et Le Bel­lec.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.