Un ly­céen condam­né pour avoir bles­sé un ca­ma­rade

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - RÉGION ACTUALITÉ - Ch­ris­tian Le­fèvre ch­ris­tian.le­fevre@cen­tre­france.com

Le 22 sep­tembre 2015, lors d’un cours d’édu­ca­tion phy­sique au sein du ly­cée pro­fes­sion­nel Fran­çois-Ra­be­lais, à Bras­sac-les-Mines, un élève avait été sé­rieu­se­ment bles­sé au bras lors d’une bous­cu­lade.

L’au­teur pré­su­mé de ce « coup d’épaule » aux consé­quences fâ­cheuses – la vic­time s’était vue pres­crire quinze jours d’in­ter­rup­tion to­tale de tra­vail – un ca­ma­rade de classe âgé de 19 ans, com­pa­rais­sait, mar­di, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel cler­mon­tois pour s’ex­pli­quer sur ce geste qui n’avait ap­pa­rem­ment rien d’in­no­cent. Car la vic­time sem­blait être de­ve­nue le souffre­dou­leur de plu­sieurs élèves.

Trois jours d’ex­clu­sion

A la barre, le jeune pré­ve­nu a re­con­nu la bous­cu­lade du bout des lèvres. « C’était juste un pe­tit coup, comme ça, pour l’em­bê­ter », glisse­t­il, avant de re­con­naître que ce geste lui avait va­lu trois jours d’ex­clu­sion.

Une sanc­tion as­sor­tie de l’obli­ga­tion d’écrire un ar­ticle, dans le jour­nal du ly­ cée, sur le har­cè­le­ment en mi­lieu sco­laire. « La vic­time était la tête de turc de cer­tains autres élèves, a in­sis­té son avo­cat, Me Fri­bourg. A la barre, j’au­rais ai­mé en­tendre des ex­cuses. Il n’en est rien.».

Une ana­lyse par­ta­gée par la re­pré­sen­tante du mi­nis­tère pu­blic, qui a évo­qué « un dos­sier de la lâ­che­té ». Elle a re­quis cent heures de tra­vail d’in­té­rêt gé­né­ral, sus­cep­tibles de se trans­for­mer en deux mois de pri­son ferme en cas d’in­exé­cu­tion.

L’avo­cat de la dé­fense, Me Lan­thiez, qui plai­dait la re­laxe, a es­ti­mé qu’« une bous­cu­lade en cours de sport n’est pas for­cé­ment sy­no­nyme de har­cè­le­ment ». « De plus, a­t­il ajou­té, il n’y avait au­cun dif­fé­rend entre ces deux jeunes gens ».

Le pré­ve­nu a été condam­né à trois mois de pri­son avec sur­sis et 200 € d’amende. Le tri­bu­nal a éga­le­ment or­don­né une ex­per­tise mé­di­cale afin d’éva­luer les sé­quelles phy­siques de ce « coup d’épaule ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.