Dia­logue

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 JOURS EN POLITIQUE - Claude Lesme

Le pour­ris­se­ment d’un mou­ve­ment so­cial mul­ti­forme qui s’étire en lon­gueur et la fer­me­té du gou­ver­ne­ment sur la loi Tra­vail amènent à une ra­di­ca­li­sa­tion de la base des op­po­sants, chauf­fée à blanc dans un pre­mier temps par les cen­trales syn­di­cales qui ont re­fu­sé le jeu ré­for­miste et qui se re­trouvent main­te­nant en dif­fi­cul­té pour sor­tir du pic de crise.

L’exa­cer­ba­tion des rap­ports de force dans une so­cié­té où monte une vio­lence la­tente a conduit à des dé­bor­de­ments, d’abord contre la po­lice dans les ma­ni­fes­ta­tions, puis à des mou­ve­ments de­vant des do­mi­ciles pri­vés de mi­nistres (comme de­vant chez Ma­nuel Valls ou My­riam El Khom­ri), et plus grave à une qua­ran­taine de per­ma­nences de dé­pu­tés so­cia­listes ou du PS sac­ca­gées avec, en point d’orgue, des tirs réels à Gre­noble contre la fé­dé­ra­tion lo­cale.

Dans ce re­gistre où plus au­cun membre du gou­ver­ne­ment ne peut sor­tir se­rei­ne­ment, le jet d’oeuf anec­do­tique sur Em­ma­nuel Ma­cron, à Mon­treuil où le maire, contrai­re­ment aux usages ré­pu­bli­cains, ne l’a pas ac­cueilli, peut être consi­dé­ré par cer­tains comme « le mé­tier qui rentre » ou par d’autres comme le de­gré zé­ro de l’ac­tion politique.

Seul un vrai dia­logue so­cial pour­rait main­te­nant per­mettre à cha­cun de sor­tir la tête haute, avant des évé­ne­ments plus graves et une image com­plè­te­ment abî­mée du pays. De tous bords montent des ap­pels au dia­logue, d’au­tant que, mal­gré les désa­gré­ments, 70 % des Fran­çais res­tent op­po­sés à la loi Tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.