L’Al­le­magne, du chas­seur de titres au chas­seur de doutes

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - EURO 2016 -

L’Al­le­magne a beau être cham­pionne du monde en titre, elle a be­soin de se ras­su­rer à l’heure d’en­ta­mer son Eu­ro contre l’Ukraine, ce soir (21 heures) à Lille. Après une suc­ces­sion de for­faits, la Mann­schaft veut chas­ser ses doutes, sur­tout en dé­fense.

« Nous n’al­lons pas nous api­toyer. Nous avons une très bonne équipe, nous avons beau­coup de bons joueurs. J’ai en­tiè­re­ment confiance dans les joueurs qui sont ici ». Der­rière cette phrase vo­lon­ta­riste du sé­lec­tion­neur al­le­mand Joa­chim Löw, on de­vine les nom­breuses em­bûches que son équipe a croi­sées.

Après un par­cours en qua­li­fi­ca­tion bien moins brillant que ces der­nières an­nées, même s’ils ont fi­ni en tête de leur groupe, les Al­le­mands, com­pé­ti­teurs hors­pair, avaient hâte d’en dé­coudre en France et d’étren­ner leur sta­tut de cham­pions du monde.

Casse-tête en dé­fense

Mais entre les for­faits sur bles­sure du mi­lieu dé­fen­sif Il­kay Gün­do­gan, de l’at­ta­quant Mar­co Reus, sui­vis de ce­lui du stop­peur An­to­nio Rü­di­ger dès le pre­mier jour dans le camp de base d’Evian, ain­si que les in­cer­ti­tudes sur la forme de Bas­tian Sch­weins­tei­ger et a for­tio­ri de Mats Hum­mels, il y a de quoi voir de fa­çon moins op­ti­miste ce pre­mier match, même contre la mo­deste Ukraine.

Pas­sés par les bar­rages après avoir ter­mi­né der­rière l’Es­pagne et la Slo­va­quie en éli­mi­na­toires, les hommes du très pru­dent Mi­khayl Fo­men­ko offrent le vi­sage d’un en­semble so­lide et sans sa­veur, si ce n’est ses deux stars, An­driy Yar­mo­len­ko du Dy­na­mo Kiev et Yev­hen Ko­no­plyan­ka, ré­cent vain­queur de la Ligue Eu­ro­pa avec le FC Sé­ville.

Le casse­tête le plus urgent pour Joa­chim Löw se­ra de com­po­ser sa dé­fense, et sur­tout de trou­ver qui mettre aux cô­tés de Je­rome Boa­teng dans l’axe.

Löw a lui­même li­mi­té à deux noms la liste des can­di­dats : Sh­ko­dran Mus­ta­fi (Va­lence) et Be­ne­dikt Hö­wedes, avec un pe­tit avan­tage pour le pre­mier, car re­cen­trer le joueur de Schalke, même si c’est pour re­ve­nir à son poste de mé­tier, crée­rait un vide sur le flanc droit qu’il oc­cupe ha­bi­tuel­le­ment en sé­lec­tion.

De­vant aus­si l’Al­le­magne est à la re­cherche de sa for­mule ma­gique. Ha­bi­tué à jouer sans vé­ri­table avant­centre de­puis la re­traite in­ter­na­tio­nale de Mi­ro­slav Klose, après le sacre mon­dial bré­si­lien, Joa­chim Löw a tout de même convo­qué Ma­rio Go­mez dans les 23 après sa très bonne sai­son en Tur­quie avec le Be­sik­tas.

Il sem­ble­rait tou­te­fois que Ma­rio Götze, très en dif­fi­cul­té en club, car Pep Guar­dio­la ne comp­tait guère sur lui au Bayern, tienne la corde pour évo­luer en « faux nu­mé­ro neuf ».

ÉQUIPES PROBABLES

Neuer (cap.) - Hö­wedes, Mus­ta­fi, Boa­teng, Hec­tor Khe­di­ra, Kroos - Mül­ler, Özil, Drax­ler - Götze.

Pya­tov - Fe­dets­kyi, Kha­che­ri­di, Ra­kits­kyi, Shev­chuk - Ste­pa­nen­ko, Ro­tan - Yar­mo­len­ko, Gar­mash, Ko­no­plyan­ka - Zo­zu­lya.

Mar­tin At­kin­son (Ang.)

GÖTZE. L’at­ta­quant ba­va­rois de­vrait être ali­gné, ce soir, face à l’Ukraine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.