Re­mon­ter dans l’his­toire à tra­vers les li­vrets de fa­mille

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - GRAND ANGLE -

D’après la lé­gende mais aus­si les im­pla­cables sta­tis­tiques, neuf Fran­çais sur dix des­cendent de Char­le­magne. Reste main­te­nant à prou­ver ce lien, en sui­vant ce fil très gé­né­ral don­né par le CGHAV. Bien­ve­nue dans le monde mé­tho­dique de la gé­néa­lo­gie ! Dans la très grande ma­jo­ri­té des cas, il suf­fit de connaître les in­for­ma­tions concer­nant ses propres pa­rents. Elles fi­gurent sur leur li­vret de fa­mille ou sur de nom­breux do­cu­ments of­fi­ciels. Si on ne connaît pas le lieu et la date de ma­riage de ses pa­rents, il suf­fit de de­man­der co­pie in­té­grale de leur acte de nais­sance à la mai­rie concer­née ; mais l’idéal bien sûr c’est de connaître les noms, dates et lieux de ses quatre grands-pa­rents. Il convient d’abord de consul­ter, dans les re­gistres d’état ci­vil, les actes de ma­riage de ses grand­spa­rents qui vous in­di­que­ront non seule­ment leur date et lieu de nais­sance mais aus­si les noms de leurs pa­rents, c’est-à-dire de vos grands-pa­rents. Vous ne connais­sez pas le lieu de ma­riage ? Il était presque tou­jours au lieu de nais­sance d’un des époux. Vous ne connais­sez pas ce lieu de nais­sance ? Il suf­fit de consul­ter les re­cen­se­ments du lieu d’ha­bi­ta­tion du couple, sur le site In­ter­net des Ar­chives dé­par­te­men­tales jus­qu’en 1911, di­rec­te­ment aux ar­chives jus­qu’en 1936. Vos quatre grands-pa­rents bien iden­ti­fiés, vous connaî­trez for­cé­ment vos huit ar­riè­re­grands-pa­rents dont vous re­cher­che­rez de la même ma­nière les actes de nais­sance, ma­riage et dé­cès. Pour eux, les nais­sances et ma­riages se si­tuant sans doute à la fin du XIXe siècle ou au tout dé­but du XXe siècle, vous pour­rez les re­cher­cher fa­ci­le­ment à dis­tance via In­ter­net sur les sites des Ar­chives dé­par­te­men­tales, en consul­tant d’abord les tables dé­cen­nales qui re­censent par pé­riode de dix ans l’en­semble des actes d’une com­mune, puis les actes eux-mêmes. Vous at­tein­drez ain­si, gé­né­ra­tion après gé­né­ra­tion, la pé­riode de la Ré­vo­lu­tion. Plus de re­gistres d’état ci­vil, mais des actes de bap­têmes, ma­riages et sé­pul­tures conser­vés eux aus­si aux Ar­chives dé­par­te­men­tales et éga­le­ment nu­mé­ri­sés. À par­tir de là, il vous fau­dra né­ces­sai­re­ment l’aide d’un cercle gé­néa­lo­gique qui met à dis­po­si­tion de ses adhé­rents une im­mense base de don­nées. L’état ci­vil, créé en 1793, est une source im­por­tante, mais il en existe tant d’autres, prin­ci­pa­le­ment no­ta­riales (dont les plus an­ciennes dans cer­taines ré­gions datent du XVe siècle). Ver­sées en prin­cipe aux Ar­chives dé­par­te­men­tales, elles re­groupent contrats de ma­riage, in­ven­taires après dé­cès, tes­ta­ments et autres actes et conte­nus va­riables. Les ar­chives fis­cales per­met­tront éga­le­ment de suivre les traces d’une fa­mille, sans tou­te­fois four­nir de fi­lia­tions. Il fau­dra aus­si pen­ser aux ar­chives mi­li­taires en par­ti­cu­lier celles de l’Ar­mée de terre et celles de la Ma­rine… peut-être moins per­ti­nentes en Au­vergne. Quand vous en se­rez là, plu­sieurs an­nées de re­cherche se se­ront pas­sées et vous ne se­rez sans doute ar­ri­vé qu’à Jeanne d’Arc. En­core un pe­tit ef­fort, tou­jours gra­ti­fiant, et le cé­lèbre em­pe­reur pour­rait poin­ter le bout de sa barbe fleu­rie à la cime de votre arbre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.