En at­tente des mises en exa­men

Deux proches du tueur des fonc­tion­naires de­vant la jus­tice an­ti­ter­ro­riste

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS -

Deux proches de La­ros­si Abballa, le dji­ha­diste qui a tué un po­li­cier et sa com­pagne, lun­di, dans les Yve­lines, ont été pré­sen­tés, hier, aux juges an­ti­ter­ro­ristes dans l’en­quête sur cette nou­velle at­taque me­née, en France, au nom du groupe État is­la­mique.

En garde à vue de­puis mar­di ma­tin, Saad Ra­j­ra­ji, 27 ans, et Cha­raf­Din Abe­rouz, 29 ans, sont connus de l’an­ti­ter­ro­risme fran­çais. Ils avaient été condam­nés avec Abballa, en sep­tembre 2013, lors du procès d’une fi­lière d’en­voi de dji­ha­distes au Pa­kis­tan.

Cinq jours après ce double as­sas­si­nat de po­li­ciers, qui a ra­vi­vé la me­nace ter­ro­riste alors que la France ac­cueille l’Eu­ro de foot­ball, le par­quet de Pa­ris a ou­vert une in­for­ma­tion ju­di­ciaire, no­tam­ment pour « as­sas­si­nats sur per­sonnes dé­po­si­taires de l’au­to­ri­té pu­blique et com­pli­ci­té », et « sé­ques­tra­tion d’un mi­neur de moins de 15 ans » (l’en­fant du couple de fonc­tion­naires, âgé de 3 ans), « en lien avec une en­tre­prise ter­ro­riste ».

Le par­quet a re­quis la mise en exa­men des deux sus­pects, mais pour « as­so­cia­tion de mal­fai­teurs ter­ro­riste cri­mi­nelle », ne re­te­nant pas à ce stade le crime de com­pli­ci­té d’as­sas­si­nat. Le par­quet a de­man­dé qu’ils soient pla­cés en dé­ten­tion pro­vi­soire. La garde à vue d’un troi­sième homme de 24 ans a été le­vée sans pour­suite à ce stade de l’en­quête.

Lun­di, peu après 20 heures, Abballa, 25 ans, a tué à coups de cou­teau Jean­Bap­tiste Sal­vaing, 42 ans, com­man­dant de po­lice ad­joint du com­mis­sa­riat des Mu­reaux, de­vant son pa­villon à Ma­gnan­ville, près de Pa­ris.

Mode opé­ra­toire

Il a en­suite sé­ques­tré à l’in­té­rieur de la mai­son sa com­pagne Jes­si­ca Sch­nei­der, 36 ans, agent ad­mi­nis­tra­tif du com­mis­sa­riat voi­sin de Mantes­la­Jo­lie, qu’il a égor­gée, et leur pe­tit gar­çon, re­trou­vé dans un état de « si­dé­ra­tion ». Abballa, qui a dé­cla­ré avoir prê­té al­lé­geance au groupe dji­ha­diste État is­la­mique (EI), a été tué lors de l’as­saut me­né par les po­li­ciers.

L’EI, qui ex­horte fré­quem­ment ses par­ti­sans à tuer des po­li­ciers et des mi­li­taires dans les pays de la coa­li­tion en­ga­gée contre ses po­si­tions en Sy­rie et en Irak, a re­ven­di­qué ce double ho­mi­cide. Le mode opé­ra­toire ré­pond aus­si à des consignes de l’or­ga­ni­sa­tion : pas­ser à l’ac­tion de ma­nière iso­lée et avec n’im­porte quelle arme dis­po­nible.

le prin­ci­pal ob­jec­tif de l’in­for­ma­tion ju­di­ciaire ou­verte, hier, est de ten­ter de com­prendre comment et avec quelles éven­tuelles com­pli­ci­tés La­ros­si Abballa, qui avait mon­té une pe­tite en­tre­prise de li­vrai­son de sand­wiches ha­lal, a pu pré­pa­rer son crime.

Comment a­t­il ci­blé, puis re­pé­ré sa vic­time ? Abballa et le com­mis­saire se connais­saient­ ils à cause de pré­cé­dentes af­faires ? Le dji­ha­diste était connu des ser­vices de po­lice dans les Yve­lines, où il a tou­jours vé­cu, et avait été condam­né à deux re­prises pour un vol et un re­cel, alors que Jean­Bap­tiste Sal­vaing a fait une bonne par­tie de sa car­rière dans le dé­par­te­ment.

Quant aux deux hommes dé­fé­rés hier, sont­ils seule­ment soup­çon­nés d’avoir ap­por­té une aide lo­gis­tique au tueur, sans connaître son pro­jet, ou ont­ils par­ti­ci­pé à sa pré­pa­ra­tion ?

Fi­lière pa­kis­ta­naise

Au procès de la fi­lière pa­kis­ta­naise, ils avaient tous deux été condam­nés à cinq ans de pri­son et pré­sen­tés comme les lieu­te­nants du chef de ce groupe, Mo­ha­med Niaz Ab­dul Ra­seed, un res­sor­tis­sant in­dien.

Le groupe s’était don­né pour but de fa­vo­ri­ser le re­cru­te­ment en France, la for­ma­tion phy­sique et idéo­lo­gique, ain­si que l’en­voi au Pa­kis­tan de jeunes vo­lon­taires pour le dji­had ar­mé. Abballa jouait alors les se­conds rôles et avait été condam­né à trois ans de pri­son, dont six mois avec sur­sis, une peine cou­verte par sa dé­ten­tion pro­vi­soire.

AS­SAS­SI­NÉS. Jes­si­ca Sch­nei­der, 36 ans, et Jean-Bap­tiste Sal­vaing, 42 ans. AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.