Neuf bonnes rai­sons de se mettre au golf

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - PHO­TO FRED MAR­QUET

AU­VERGNE. Et si vous pro­fi­tiez de l’été pour dé­cou­vrir le golf ? Entre ri­vières et vol­cans, une ving­taine de sites dans la ré­gion sont prêts à vous ac­cueillir pour une ini­tia­tion.

AU VERT. Bon pour la san­té comme pour le mo­ral, le golf ne manque pas d’atouts : avec 6.904 li­cen­ciés en Au­vergne, il sé­duit un pu­blic de plus en plus large.

Parce que ça tient en forme, que ce­la per­met de prendre l’air, que ça sti­mule vos neu­rones et qu’il n’y a pas d’âge pour com­men­cer… Voi­ci neuve bonnes rai­sons de vous mettre au golf.

Àl’ap­proche des beaux jours, vous avez en­vie de pra­ti­quer un sport au grand air ? Le golf pa­raît tout in­di­qué à en­tendre l’équipe du golf des Vol­cans, à Or­cines (Puy­de­Dôme).

Tour d’ho­ri­zon de ces bonnes rai­sons avec Ger­main Desbois, di­rec­teur, Pierre Che­va­lier, di­rec­teur de la com­mis­sion spor­tive, Claude Au­bert, pré­sident, et le mé­de­cin du club.

Parce que c’est bon 1 pour la san­té. Le golf est l’un des meilleurs exer­cices car­dio­vas­cu­laires qui puisse exis­ter : un par­cours 18 trous de golf re­pré­sente un peu plus de 7 ki­lo­mètres de marche, sans trau­ma­tisme au­cun, et ce en pleine na­ture.

« Une très sé­rieuse étude sué­doise met en évi­dence un gain d’es­pé­rance de vie de cinq ans grâce à une pra­tique ré­gu­lière du golf », ex­plique le mé­de­cin du club. Si le coeur y trouve donc son compte, le reste du corps n’est pas en reste : tous les muscles sont sol­li­ci­tés.

Parce que c’est bon 2 pour le men­tal. Votre prin­ci­pal ad­ver­saire, c’est sou­vent vous­même ! Évi­dem­ment c’est une ex­pres­sion, si­non vous ga­gne­riez sys­té­ma­ti­que­ment. Le golf est un chal­lenge vis­à­vis de soi­même.

Au golf, « tout peut vrai­ment bas­cu­ler d’un jour à l’autre, d’un coup à l’autre, d’un état men­tal à l’autre. C’est ter­ri­ble­ment lu­dique pour ce­la. » At­ten­tion, ce sport de­vient tel­le­ment lu­dique que le golf est ra­pi­de­ment ad­dic­tif.

Parce que l’on s’oxy­gène 3 la tête. Pour cer­tains, très oc­cu­pés au quo­ti­dien, c’est même la rai­son fon­da­men­tale de pra­ti­quer ce sport. « Faire du golf, c’est prendre un bon bol d’air, on dé­con­necte de tous ses sou­cis », es­time Pierre Che­va­lier. Jouer au golf, c’est aus­si dé­cou­vrir des en­droits im­pro­bables. Le tourisme lié au golf est d’ailleurs ul­tra­ten­dance…

Parce que c’est bon 4 pour les neu­rones. «Le golf se joue sur­tout sur un par­cours de 25 cm : l’es­pace entre vos deux oreilles ». Le golf est en ef­fet un sport où la stra­té­gie compte au­tant que l’adresse et la force phy­sique. Sa pra­tique ré­gu­lière mo­bi­li­se­ra en per­ma­nence vos neu­rones qu’il s’agisse de choi­sir votre cible, le club qu’il faut uti­li­ser, ou le coup à ef­fec­tuer. À par­tir d’un cer­tain ni­veau de jeu, « le golf, c’est 20 % de tech­nique, 20 % de phy­sique et 60 % de men­tal », disent les spé­cia­listes.

Parce que c’est l’un des 5 rares sports où l’on ne se blesse pas. En golf, la tech­nique, la tac­tique et le men­tal priment sur la force brute. De plus, les risques de bles­sures sont qua­si­ment in­exis­tants. Après un échauf­fe­ment ap­pro­prié et avec une tech­nique adé­quate, vous n’au­rez pas de li­mites à vos ex­ploits fu­turs.

Parce que l’on peut vite 6 pro­gres­ser. C’est peu­têtre le plus jouis­sif dans le golf. Au bout de quatre ou cinq séances de prac­tice, après avoir pris quelques le­çons, vous au­rez très vite le sen­ti­ment de dé­col­ler et d’être prêt à par­tir sur votre pre­mier dix­huit trous…

Ce sport est d’ailleurs l’un des rares où, sur un trou, un qua­si­dé­bu­tant pour­ra faire mieux qu’une star mon­diale. La dif­fi­cul­té, bien sûr, est de sa­voir te­nir ce ni­veau sur la du­rée, voire même de fran­chir un pa­lier dans son clas­se­ment.

Parce que ce­la a des 7 ver­tus autres que le sport. « Le golf, c’est une belle école de la vie ». Cette phrase, que l’in­té­res­sé lui­même juge as­sez ba­nale, s’ap­plique pour­tant par­fai­te­ment au golf. « Le golf a des ver­tus qui dé­passent les fron­tières du sport et du bien­être. » Au ni­veau de votre ac­ti­vi­té cé­ré­brale, par exemple, « le golf vous oblige et vous pousse à la concen­tra­tion ».

Il y a éga­le­ment des règles dans le golf qu’on ap­pelle « l’éti­quette ». Pas du sno­bisme, mais une sorte de guide du sa­voir vivre, vis­à­vis du par­cours et des autres.

Par ailleurs, dans une par­tie vous au­rez de grandes chances de jouer avec un in­con­nu. C’est donc éga­le­ment un bel ou­til de so­cia­bi­li­sa­tion.

Parce que L’âge n’est 8pas

un han­di­cap. C’est une des seules ac­ti­vi­tés où l’on pro­gresse toute sa vie. Le swing s’adapte à l’âge. L’âge n’est pas un han­di­cap et on peut s’amé­lio­rer sans cesse, sur­tout si l’on a com­men­cé tar­di­ve­ment.

Parce que ce­la ne coûte 9 pas si cher. Le golf un sport de riche ? Faux. Ce n’est pas non plus to­ta­le­ment gra­tuit mais ne coûte pas tel­le­ment plus cher que beau­coup d’autres dis­ci­plines in­di­vi­duelles. Dans beau­coup de golfs, réa­li­ser un 18 trous vous coû­te­ra ain­si entre 20 et 30 €.

Deuxième as­pect : l’équi­pe­ment. Sou­vent, les a prio­ri veulent qu’il faille dé­bour­ser plu­sieurs cen­taines d’eu­ros pour être opé­ra­tion­nel. « Quand on com­mence, ce n’est pas la peine d’al­ler ache­ter un jeu com­plet, avec tout l’at­ti­rail de marque. Des clubs d’oc­ca­sion ou ache­tés dans des grandes sur­faces, font lar­ge­ment l’af­faire pour dé­bu­ter ».

Sur Internet, en cher­chant un peu, vous pour­rez aus­si trou­ver une de­mi­sé­rie de qua­li­té pour moins de 100 eu­ros… Le golf, en re­vanche, de­mande du temps.

Ce sport sé­duit de plus en plus de jeunes. « Il y a une vraie pro­gres­sion chez les jeunes. Le golf c’est un sport avec des va­leurs, où l’on est son propre ar­bitre, où on ca­na­lise son éner­gie », es­time Ger­main Desbois, di­rec­teur du golf des Vol­cans. PHO­TO FRED MAR­QUET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.