La Mon­tagne thier­noise panse ses plaies

Les com­munes de Pal­la­duc et Saint­Ré­my­sur­Du­rolle ont été par­mi les plus tou­chées

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - PAGE 6

Hier ma­tin, la Mon­tagne thier­noise ré­pa­rait les ci­ca­trices lais­sées par la mi­ni-tor­nade de ven­dre­di soir, comme à Pal­la­duc et à Saint-Ré­my-sur-Du­rolle.

Sur la route de Pi­te­let, à Pal­la­duc, les deux chênes n’ont pas ré­sis­té. Ils avaient pour­tant sur­vé­cu aux tem­pêtes de 1982 et de 1999 mais cette fois­ci, c’était… autre chose. « On peut par­ler de mi­ni­tor­nade. Je n’avais ja­mais vu ça », confie le maire de la com­mune, Serge Perche.

Dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di, deux épi­sodes ora­geux ont tra­ver­sé l’Au­vergne mais la Mon­tagne thier­noise semble avoir payé un tri­but un peu plus lourd que les autres ter­ri­toires. A 19 h 30 puis à 1 h 30, l’eau, le vent et la grêle ont conju­gué leurs ef­forts dé­vas­ta­teurs, cau­sant très vite d’im­por­tants dé­gâts. « Mes col­lègues et moi, on a été ap­pe­lés vers 19 h 30, ra­conte Ar­naud Besse, agent com­mu­nal à Saint­Ré­my­sur­Du­rolle. C’est simple, on ne pou­vait pas sor­tir de la com­mune à cause des arbres ar­ra­chés ».

« Ca­tas­trophe na­tu­relle »

Hier ma­tin, le ter­ri­toire s’est ré­veillé avec des cernes. Mal­gré une nuit de la­beur, les plus cou­ra­geux ont re­pris les tron­çon­neuses, les ba­lais pour fi­nir de dé­ga­ger des ac­cès ou de net­toyer des lo­caux. Dès 7 heures, le maire de Pal­la­duc est re­mon­té en voi­ture pour faire le tour du bourg et des ha­meaux avec son em­ployé com­mu­nal. « On a re­le­vé quelques inon­da­tions dans l’école, dans la salle des fêtes, dans les mai­sons de plu­sieurs ha­bi­tants. Mais, à mon sens, ceux qui ont le plus souf­fert, ce sont les agri­cul­teurs. Tout est broyé, l’herbe comme les se­mis. Je vais d’ailleurs de­man­der l’état de ca­tas­trophe na­tu­relle pour la com­mune ».

A Saint­Ré­my, les arbres qui jonchent la plu­part des routes at­testent aus­si de la vio­lence de l’évé­ne­ment mé­téo­ro­lo­gique. Et l’eau ? Elle s’est in­fil­trée par­tout, plus ou moins sour­noi­se­ment. Pierre Va­len­ty a été tout sur­pris de voir les deux ten­nis cou­verts de la com­mune trans­for­més en pis­cines de cinq cen­ti­mètres de pro­fon­deur. « Nor­ma­le­ment, on avait une réunion, té­moigne le pré­sident du club de ten­nis. Mais on a tout an­nu­lé et on a pas­sé la ma­ti­née à pom­per, avec l’aide des sa­peurs­pom­piers. L’eau s’est in­fil­trée au ni­veau des baies vi­trées. J’ai me­su­ré chez moi : il est tom­bé 37 mm en une de­mi­heure, ven­dre­di soir. Puis 31 mm de plus vers 1 h 30. Qu’est­ce que vous vou­lez faire contre ça ? »

En­traide

Im­puis­sants face aux élé­ments, les ha­bi­tants de la Mon­tagne thier­noise ont ten­té de ré­pondre par l’en­traide et l’em­pa­thie. A Saint­Ré­my comme à Pal­la­duc, les exemples ne manquent pas. Que ce soit sur la route de Pi­te­let ­ où huit agri­cul­teurs ont conju­gué leurs ef­forts pour dé­ga­ger les chênes abat­tus ­ ou dans le bourg… « Une mai­son a été tra­ver­sée par une cou­lée de boue, ra­conte Serge Perche. Ce sont des per­sonnes âgées. Je peux vous dire que beau­coup d’ha­bi­tants du vil­lage sont ve­nus les ai­der à sor­tir des meubles et à net­toyer. Et ils y sont en­core ».

SO­LI­DA­RI­TÉ. Mal­gré le tra­vail des ser­vices du Dé­par­te­ment ou des em­ployés des com­munes tou­chées, les ha­bi­tants ont sou­vent été mis à contri­bu­tion pour dé­ga­ger les routes en­com­brées, comme ici sur la route de Pi­te­let, à Pal­la­duc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.