Le Ra­cing 92 doit pen­ser pour du­rer

Après avoir dé­cro­ché le titre de cham­pion de France ven­dre­di

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS L'ACTU NATIONALE -

Dix ans après sa re­mise à flots par le pré­sident Ja­cky Lo­ren­zet­ti, le Ra­cing 92 est ar­ri­vé à des­ti­na­tion en rem­por­tant un titre de cham­pion de France qui doit sur­tout lui per­mettre de s’an­crer du­ra­ble­ment par­mi les poids lourds du Top 14.

Ven­dre­di soir, dé­gou­li­nant dans les cour­sives du Camp Nou de Bar­ce­lone, Ja­cky Lo­ren­zet­ti était un homme heu­reux. « J’ai des étoiles dans la tête, je suis un peu en lé­vi­ta­tion », confiait le fon­da­teur du ré­seau im­mo­bi­lier Fon­cia, sauveur en 2006 d’un Ra­cing mo­ri­bond en Pro D2.

De­puis, l’homme d’af­faires âgé de 68 ans a beau­coup in­ves­ti : de son argent, de son temps et aus­si de son éner­gie pour of­frir au club sé­cu­laire, pre­mier cham­pion de France en 1892, des in­fra­struc­tures et un ef­fec­tif à même de jouer les pre­miers rôles dans le cham­pion­nat le plus lu­cra­tif du monde.

Et après quelques tâ­ton­ne­ments et fausses pistes, l’al­chi­mie s’est faite cette sai­son, pour le troi­sième exer­cice du duo d’en­traî­ neurs Laurent Tra­vers et Laurent La­bit.

« C’est une sai­son ex­cep­tion­nelle, sou­ligne ain­si La­bit. On a fait les deux com­pé­ti­tions jus­qu’au bout. On était tom­bé sur plus fort que nous en fi­nale de Coupe d’Eu­rope (mi­mai, dé­faite contre les Sa­ra­cens 21­9, ndlr). Mais on a su re­bon­dir, re­ve­nir jus­qu’en fi­nale du cham­pion­nat. »

Cette réus­site est en grande par­tie due à un re­cru­te­ment de qua­li­té, avec des élé­ments d’ex­pé­rience comme les All Blacks Dan Car­ter, Joe Ro­ko­co­ko et Ch­ris Ma­soe, ou en­core Yan­nick Nyan­ga, et l’ar­ri­vée à ma­tu­ri­té d’une autre par­tie de l’équipe, comme Maxime Ma­che­naud, Ed­dy Ben Arous, Ber­nard Le Roux ou en­core Juan Im­hoff.

À peine les fes­ti­vi­tés en­ta­mées, Lo­ren­zet­ti comme La­bit ont ce­pen­dant spon­ta­né­ment évo­qué la sai­son pro­chaine, signe de la né­ces­si­té pour le club fran­ci­ lien de se sta­bi­li­ser par­mi les grandes puis­sances.

Un nou­veau stade li­vré dans 15 mois

« La conquête est là main­te­nant on es­père que c’est le dé­but d’un long che­min vers d’autres titres, glisse ain­si l’en­traî­neur des ar­rières. Notre tra­vail va consis­ter à se re­mettre en ques­tion et à re­dé­mar­rer parce qu’on sait que la di­ges­tion du titre peut être dif­fi­cile, on l’a vu cette sai­son avec le Stade Fran­çais. »

Le club des Hauts­deSeine ne peut pas vrai­ment se per­mettre de flé­chir alors que son fu­tur stade, l’Are­na 92, se­ra li­vré dans 15 mois. Cette en­ceinte, qui pour­ra ac­cueillir jus­qu’à 40.000 spec­ta­teurs, est le grand pro­jet à 400 mil­lions d’eu­ros de Ja­cky Lo­ren­zet­ti, qui le fi­nance via sa hol­ding, Oval­to In­ves­tis­se­ment.

À des an­nées­lu­mière du désuet stade Yves­du­Ma­noir de Co­lombes, l’Are­na 92 est donc un écrin rê­vé pour le Ra­cing qui doit ca­pi­ta­li­ser sur son titre pour créer un en­goue­ment.

AM­BI­TIONS. Ja­cky Lo­ren­zet­ti (à gauche) es­père ins­tal­ler le Ra­cing 92 dans l’élite du rug­by mon­dial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.